Plus de 8 millions d'euros dérobés en 2018 via la fraude bancaire

©istock

Près de 9.800 cas de fraudes bancaires ont été enregistrés l'an dernier via la technique d'hameçonnage. Si les montants de chaque arnaque étaient plus petits, le nombre d'escroqueries, lui, a été largement supérieur d'une année à l'autre.

Les avertissements ont beau être multiples, trop de consommateurs belges se font encore voler leurs données bancaires par des escrocs. En 2018, les cas d’hameçonnage ont plus que triplé, indique-t-on chez Febelfin.

Sur les douze mois de l'année, 9.747 cas ont été enregistrés. La technique utilisée est connue: un coup de téléphone, un SMS, un mail, un message Whatsapp, un message sur un site de seconde main... L'escroc vous donne un faux prétexte pour vous diriger vers un site frauduleux où le code de carte vous sera demandé, voire le code généré par votre lecteur de carte. Une fois cette opération effectuée, les portes de vos comptes leur sont grandes ouvertes.

L'arnaque va désormais plus loin. Les hameçonneurs ne se contentent en effet plus de chercher à percer vos codes bancaires. Ils veulent aussi s’approprier toutes vos données qui leur permettront de vous dérober de l’argent.

Au total, ce sont donc plus de 8 millions d'euros qui ont ainsi été volés l'an dernier. Certes les montants dérobés à chaque arnaque sont plus petits, mais bien plus nombreux.

©Document Febelfin

Alors que faire pour éviter d'être la victime des escrocs?

→ Sur les sites de seconde main? Méfiez-vous des réponses trop rapides et rédigées dans un français, un néerlandais ou un anglais approximatif. Soyez aussi très prudent face à une personne prête à payer plus que le prix demandé. 

Pour les contacts via mail ou SMS? Ne jamais communiquer votre code bancaire ou le code généré par votre lecteur de carte. Ce type d'information ne vous sera jamais demandé par un vendeur ou votre banque. Si vous êtes invité à vous rendre sur le site d'une banque, ne le faites jamais via le lien internet mentionné, mais allez directement via le site de la banque.

"Maintenant qu'il devient de plus en plus difficile de pirater les logiciels et les ordinateurs, les cybercriminels ciblent les personnes qui se trouvent derrière l'ordinateur. Ils appellent les utilisateurs d’internet et se font passer pour des employés de Microsoft. Dans un anglais souvent médiocre, ils vous disent que des problèmes ont été détectés sur votre ordinateur. Leur but est de vous convaincre d'y installer un logiciel - malveillant - afin de vous dérober des données sensibles ou de bloquer votre pc jusqu'à ce que vous payiez une rançon", explique Karel Dekyvere, Chief security officer auprès de Microsoft BeLux.  

Si malgré tout vous avez transmis vos données, il est impératif de contacter au plus vite votre banque et Cardstop pour bloquer le compte et la carte. Il faudra ensuite changer au plus vite le code de votre carte.

Si enfin, vous recevez un message d'hameçonnage, renvoyez-le sans l'ouvrir à votre banque via l'adresse phishing@nomdedomainedela-banque et à suspect@safeonweb.be  

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect