Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

"Pour ma maison, je ne suis pas disposé à m'endetter"

L'humoriste flamand Bert Kruismans a remporté le jeu télévisé "Allerslimste Mens" (l'homme le plus intelligent). Mais gère-t-il aussi son argent de manière intelligente?
©Photo News

(mon argent) - Bert Kruismans est le premier humoriste néerlandophone à avoir franchi la frontière linguistique pour présenter en Wallonie son spectacle "La Flandre pour les nuls". Actuellement, il teste son nouveau show "Geen gezeik: iedereen rijk", axé sur l’argent, qu’il gère lui-même très parcimonieusement.

Gérez-vous personnellement vos finances?

"Aujourd’hui oui. Je suis indépendant depuis 20 ans, dont 10 avec des sociétés. Confier l’administration à quelqu’un d’autre fut une mauvaise idée. Mes comptables n’ont pas fait correctement leur travail. Et avant qu’on ait le temps de dire ouf, le squelette sort du placard… comme une facture de téléphone de plusieurs milliers d’euros."

Vous êtes parti à la conquête de la Wallonie. Un choix artistique ou financier?

"Artistique. La Flandre est petite mais assez riche pour me permettre de vivre. Je veux voir plus loin, je vise d’abord les Pays-Bas et la Wallonie. Je pense également partir à la conquête de la France. Mais bien sûr, quand on est chef d’entreprise, on préfère voir son chiffre d'affaires augmenter."

Changez-vous de compte d’épargne si un autre rapporte davantage?

"Non, j’ai arrêté. Tout ceci est lié à mes activités. J’ai des comptes auprès de huit banques différentes. J’ai l’intention de réduirse ce nombre cette année."

Quelle importance accordez-vous à l’argent?

"Seuls les riches disent que l’argent ne fait pas le bonheur. Il y a huit ans, j’ai doublé mes revenus en peu de temps. J’en ai profité pour m’équiper du chauffage central. Je n’en avais jamais eu, même enfant. Heureusement, je ne dois rien faire ‘pour l’argent’. Je suis donc libre de prendre des risques."

Quelles leçons avez-vous tiré de la crise financière?

"J’ai appris que le système a de sérieux défauts. La technologie a anéanti les frontières. Nous avons besoin d’un organe de contrôle mondial, qui soit au-dessus des pays."

Êtes-vous un investisseur?

"Oui, et j’ai perdu beaucoup d’argent pendant la crise: environ 55% de mon portefeuille. Aujourd’hui, je suis revenu dans le vert. Pour autant, je n’ai jamais été tenté de tourner le dos à la Bourse. Je pense de dix ans en dix ans. Avant d’acheter ma première action, je me suis préparé pendant trois ans, en lisant beaucoup. Ma stratégie? Le bon sens."

Avez-vous des loisirs coûteux?

"Non, je suis trop économe à cet égard. Je me promène, je roule à vélo, j’achète mes livres dans un magasin de seconde main. Je ne suis pas avare, attention: je peux profiter d’un bon verre de whisky. Mais je n’ai pas le temps de dépenser de l’argent. Je suis souvent sur les planches cinq fois par semaine."

Quelle est votre dernière dépense importante?

"C’est une question difficile. Ma maison, il y a vingt ans. Je n’ai même pas encore fini de la restaurer. Je préfère ne pas m’endetter trop lourdement. Je ne dois pas tout avoir dans ma maison."

Pensez-vous que l’argent des impôts est bien dépensé?

"Les Belges sont les plus imposés au monde, mais ils reçoivent aussi pas mal en échange. Par ailleurs, l’État peut travailler de manière nettement plus efficiente. En revanche, que penser de l’administration? De nouvelles règles ne cessent de s’ajouter et aucune n’est supprimée. "

Que feriez-vous si vous gagniez au Lotto?

"J’achèterais un bois. J’ai toujours aimé travailler le bois et après le petit-déjeuner, j’adorerais aller scier et fendre du bois sur mon bout de terre."

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés