Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Près d'un Belge sur trois ne met pas d'argent de côté

Les temps ne sont pas propices à l'épargne. Près de la moitié des Belges ont vu leur situation financière se détériorer. Ils sont donc contraints de faire l'impasse sur leur épargne et rognent sur leurs dépenses, d'après une étude d'ING.
©Hollandse Hoogte

Après la maison, la voiture, les factures, la nourriture, le club de foot du petit, les cours de dessin de l'aînée, les vacances et les cadeaux d'anniversaire, il ne reste pas toujours de l'argent à mettre de côté. D'où le constat d'ING qui a réalisé une étude sur le comportement des consommateurs:

• 46% des Belges n'épargnent pas pour le moment
• 29% des Belges n'ont aucune épargne

D'un point de vue personnel, "la plupart pointent leur revenu trop faible et/ou leurs factures trop élevées, ne leur laissant rien à la fin du mois. Mais aussi les dépenses imprévues", explique ING.

"Les mesures de modération salariale prises pour améliorer la compétitivité belge, comme le saut d'index, ont un effet tempérant sur la croissance des salaires."
ING

D'un point de vue sociétal, le tax shift pèse sur les ménage. Les mesures de modération salariale comme le saut d'index tempèrent la croissance des salaires. "Cet effet est cependant quelque peu compensé par la baisse des impôts sur le revenu dans le cadre du taxshift, ainsi que par le faible taux d'inflation", peut-on lire dans le rapport d'ING. De plus, la TVA sur l'électricité et les accises ont augmenté. Les factures de services publics (électricité, gaz, eau) ont augmenté selon 60% des Belges en un an. 

Pessimisme et réduction des dépenses

Les Belges sont donc logiquement plus pessimistes à propos de leur situation financière personnelle, révèle l'enquête. La banque révèle que 44% des Belges ont vu leur situation financière se détériorer récemment. Le chiffre était encore de 41% l'année dernière, souligne ING.

Les personnes qui affirment avoir vu leur situation se détériorer sont avant tout des femmes (49%), des personnes moins qualifiées et les personnes plus âgées. Parmi les Belges ayant déclaré ne pas avoir d'épargne (29%), le chiffre atteint même les 59%. 

Le saut d'index et la hausse de la TVA sur l'électricité et des accises constituent "une gifle en plein visage de ceux qui, en fin de mois, parviennent péniblement à joindre les deux bouts", estiment la FGTB, la CSC et la CGSLB.

Ces mesures créent une discrimination des pensionnés et des personnes vivant d'une allocation, et particulièrement les femmes, dénoncent lundi les syndicats en front commun.

Les Belges se serrent donc la ceinture en rognant sur leurs dépenses en loisirs (35%), vacances (29%) et vêtements et soins corporels (28%) durant l'année 2015.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés