Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Que cache un rendement de 6%?

Avec Keytrade Booster, la banque par Internet sort un "vieux" produit du placard. Ce livret d’épargne non réglementé permet aux épargnants de bénéficier, pendant une période limitée, d’un taux d’intérêt élevé. Ce produit en vaut-il vraiment la peine? Existe-t-il des alternatives?

(Mon Argent) – Au début de l'année, Keytrade Bank a lancé le compte Booster sur le marché belge. Non sans succès, puisque la banque a décidé de renouveler l'expérience. De nombreux épargnants se laissent séduire facilement, il est vrai, par son taux de base (brut) de 6% sur base annuelle. Cela dit, l’action est réservée aux seuls nouveaux clients. De plus, le rendement réel sur base annuelle est moins généreux qu’il y paraît.

Le Keytrade Booster est en effet un livret d’épargne non réglementé. Contrairement à ses homologues réglementés, il est donc soumis au paiement d’un précompte mobilier de 15% sur le rendement de l’épargne. Un taux annuel brut de 6% se traduit donc automatiquement par un taux net de 5,1%.

Cette action court sur trois mois. Ensuite, l’argent est viré sur le compte Azur ordinaire de la banque, qui offre actuellement un taux de base de 1,65%.

Si Keytrade laisse inchangé le taux de base du compte Azur, la promotion Booster fournit, après un an, un taux net de 2,51%. La prime de fidélité du compte Azur n’est évidemment pas prise en compte car elle est acquise après seulement douze mois.

Un rendement net de 2,5% sur base annuelle représente à peine plus que le taux du compte d’épargne à haut rendement (prime de fidélité incluse) moyen disponible sur le marché belge de l’épargne. Ce compte offre 2,3% (livret Record Bank Gold) à 2,5% (BNP Paribas Fortis Premium).

Compte à terme

Les opportunistes peuvent évidemment toujours ouvrir un compte et en retirer l’argent au bout de trois mois. À condition d’investir le montant maximum de 10.000 euros, ils percevraient alors 10.125 euros au terme de cette période. Le Booster serait le cas échéant utilisé comme compte à terme à trois mois. Mais cette comparaison n’est pas tout à fait exacte : l’argent du Booster reste exigible à tout moment, ce qui lui confère un avantage.

Une action comme celle de Keytrade Booster mise en tout cas sur la quête actuelle de rendement d’épargne supérieur par les épargnants belges. Comme chacun le sait, les taux des comptes d’épargne traditionnels sont particulièrement chiches. Ainsi le rendement total moyen (taux de base + prime de fidélité) des livrets belges s’élève-t-il seulement à 1,9%. En termes réels, les épargnants sont même en perte: dans un contexte d’inflation à 2,32% (pour le mois d'août), les prix des biens de consommation augmentent plus rapidement que ce que rapport un livret d’épargne moyen.

Les épargnants qui peuvent se passer de leur argent sur une plus longue période peuvent évidemment opter pour un compte à terme. Là aussi, les taux sont en baisse, en réaction au repli des taux à long terme. Le taux long belge à dix ans est ainsi passé, depuis le début de l’été, de 3,45 à 3%. Les épargnants à terme qui visent un rendement sensiblement plus élevé que celui du livret d’épargne préféreront opter pour un compte à trois ou cinq ans. Sur cette période, on peut en effet espérer un taux maximal net de 2,76% (3 ans), 2,98% (4 ans) ou 3,27% (5 ans).

L’inflation accrue implique quant à elle qu’une part plus importante du rendement réel de l’épargne soit annulée par la hausse des prix. Compte tenu de ces incertitudes, il est préférable d’attendre que le ciel se dégage avant de bloquer son épargne pour une longue période. Même si le rendement du livret d’épargne est actuellement bien chiche, il lui existe pour l’heure très peu d’alternatives.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés