Revoir l'avantage fiscal du livret d'épargne?

Koen Geens, ministre des finances

Les Belges laissent des sommes colossales sur leurs livrets mais cet argent sert très peu à l'économie. Koen Geens souhaite changer cela en modifiant l'avantage fiscal du carnet d'épargne. La proposition ne fait pas l'unanimité.

Le ministre des Finances Koen Geens estime samedi, dans une interview accordée à plusieurs journaux, que le gouvernement devrait adapter l'avantage fiscal sur le livret d'épargne.


    Il y a actuellement environ 240 milliards d'euros déposés sur des livrets d'épargne en Belgique. Pour le moment, il n'y a pas d'imposition sur les premiers 1.800 euros d'intérêts des comptes d'épargne. Les gens ont donc tendance à laisser des sommes colossales sur leurs livrets mais cet argent sert très peu à l'économie.


     "L'épargne qui est actuellement versée sur les livrets d'épargne est trop subsidiée", explique le ministre. "Nous devrions supprimer l'exonération de précompte mobilier sur le livret d'épargne et établir à 15% le précompte mobilier sur le livret d'épargne classique."

Pas touche au carnet d'épargne

Bruno Tobback a déclaré de son côté qu'il ne fallait pas toucher au carnet d'épargne. Le président du sp.a estime qu'il y a encore suffisamment de gains en capital non taxés qui pourraient être visés par le ministre des Finances. Pour Bruno tobback, il ne faut pas toucher au carnet d'épargne qui "reste un produit sûr".  Bruno Tobback ne veut ni suppression de l'exonération, ni précompte de 15% qui seraient "préjudiciables" pour l'épargnant.   

La présidente de l'Open Vld Gwendolyn Rutten s'oppose aussi à la proposition du ministre des Finances. "Il n'est pas question de toucher au carnet d'épargne", dit-elle sur Twitter. "Restreindre l'avantage fiscal pour l'épargnant ? Il n'en est pas question. Point. Le problème c'est le climat fiscal instable et non l'épargnant".

De son côté, Ecolo qui dénonce la cacophonie au sein du gouvernement a indiqué  que l’urgence, c’est la séparation des métiers bancaires et l’utilisation de l’épargne au profit d’une activité économique durable, via la mise en place d’un livret Vert.

     Avec cette proposition, Koen Geens rejoint le gouverneur de la Banque nationale Luc Coene qui ajoute, lui, qu'en échange, il faudrait prévoir plus d'avantages fiscaux pour les produits financiers de long terme, comme les obligations de l'Etat belge.  Selon M. Geens, le gouvernement attend un avis de la Banque nationale qui, pour l'été, doit rendre un rapport définitif sur une réforme en profondeur du secteur financier.


  Le ministre des Finances a par ailleurs indiqué que le gouvernement poursuivait ses travaux en vue du lancement d'un emprunt populaire, qui doit permettre de mobiliser davantage d'épargne vers l'économie réelle. Le gouvernement compte ainsi lancer des bons de caisse avec avantages fiscaux, dans le cadre de l'emprunt populaire. Le ministre des Finances  va proposer cette semaine ou la semaine prochaine un projet de loi au gouvernement concernant cet emprunt populaire. Il pourrait passer devant le Parlement avant l'été avant de voir le jour en novembre.

Un tarif raisonnable

Concrètement, les banques pourraient émettre des bons de caisse d'une échéance de 5 à 10 ans. Le rendement dépasserait légèrement celui des comptes d'épargne.

La fiscalité serait avantageuse, puisque le précompte mobilier serait limité à 15%, au lieu de 25%. Les banques souhaitent d'autres avantages fiscaux, mais sans obtenir gain de cause. "Vous pouvez naturellement demander toujours plus, mais 15% est un tarif raisonnable", estime-t-il. 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect