Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent
Publicité
Publicité

Vous ne savez pas tout sur les billets de banques!

Nous utilisons des billets de banque chaque jour. Mais il y a de fortes chances que vous ne sachiez pas tout sur ces petits bouts de papier...

(mon argent/time) – Dans notre pays, c’est la Banque Nationale qui est responsable de l’émission des billets de banque et des pièces de monnaie. Cette institution surveille attentivement la circulation de l’argent. Ainsi, chaque billet revient en moyenne entre une et trois fois par an au guichet de la Banque Nationale. Chaque année, ceux-ci traitent donc quelque 900 millions de billets de banque. Ils sont contrôlés par un processus électronique, puis détruits ou remis en circulation en fonction de leur état. Il y a beaucoup de billets en circulation, c’est le moins qu’on puisse dire. Et il n’en va pas autrement chez nous. Mais vous êtes loin de tout savoir sur ces billets de banque.

Le plus grand billet de banque

« Finalement, la taille, ça compte », ont-ils dû penser aux Philippines lorsqu’ils ont émis le plus grand billet de banque au monde. Le billet mesure 21,6 sur 13,3 cm, et vaut 2.000 pesos philippins. Il a été émis en 1998 à l’occasion du centième anniversaire de l’indépendance du pays. Le billet de banque n’a été vendu qu’aux collectionneurs, pour environ 3.700 dollars.

Publicité

Un billet d’un million

Le billet le plus cher a été émis par la banque centrale britannique, la Banque d’Angleterre, et valait pas moins d’un million de livres. Il a été émis en 1948, dans le cadre de la politique de reconstruction après la Deuxième Guerre mondiale. L’émission s’inscrivait dans le plan Marshall, et les billets étaient uniquement destinés à être utilisés par les autorités américaines. Ces billets ont été retirés de la circulation après quelques mois.

Le premier distributeur automatique

John Shepherd-Barron a eu l’idée du distributeur automatique de billets alors qu’il prenait son bain. Il a finalement vendu l’appareil à la banque britannique Barclays, qui a placé le premier distributeur automatique à Londres en 1967. À l’époque, il fallait déjà utiliser un code secret. Mais puisqu’il n’existait pas encore de cartes bancaires avec bande magnétique, on utilisait des chèques qui contenaient une matière légèrement radioactive.

Le symbole du dollar

Il existe de nombreuses histoires concernant l’origine du symbole du dollar. Le symbole était déjà utilisé avant 1875, année de l’émission du premier billet en dollar. Il était initialement utilisé pour représenter les pesos espagnol et mexicain, un S se superposant à un P.  Etonnamment, on ne trouve ce symbole sur aucun billet en dollars.

Durée de vie

Tôt ou tard, les billets finissent par ternir. Et plus la valeur est faible (et plus le billet est utilisé), plus sa durée de vie est brève. Aux États-Unis, la durée de vie d’un billet d’un dollar est d’environ 21 mois, contre sept ans en moyenne pour un billet de cent dollars. Selon la Banque Nationale, la durée de vie moyenne d’un billet de banque dans notre pays fluctue entre deux et cinq ans en fonction de la coupure.

Contrefaçon

Les Américains prennent très au sérieux la chasse aux faux billets. Un organisme public a été créé spécialement pour rechercher les faux-monnayeurs dès 1865. Il existe toujours et est connu sous le nom de « United States Secret Service » : aujourd'hui, c’est le service secret qui est aussi responsable de la protection du président et d’autres hauts responsables politiques.

Reine Élisabeth

Aucun autre individu n’apparaît sur autant de billets de banque que l’actuelle reine d’Angleterre, la reine Elizabeth II. Son effigie est utilisée sur des billets de banque de 33 pays différents. Le Canada est le premier pays à avoir utilisé une photo de la reine, alors qu’elle n’avait que neuf ans. Généralement, elle est présentée dans son habit traditionnel, avec couronne et sceptre. L’Australie et le Canada préfèrent cependant la reine dans une simple robe rehaussée de perles.

Argent sale

L’argent est sale, et de nombreuses études le prouvent. Ainsi, plus de la moitié des billets de banque américains contiennent des traces de cocaïne. De plus, on retrouve des germes de maladie sur 94 % des billets de banque, soit plus que dans les toilettes. Le fait que les billets de banque constituent un environnement accueillant pour les microbes est également démontré par les chiffres suivants : alors que les bactéries et les virus ne survivent que 48 heures sur la plupart des surfaces, un virus de la grippe peut se répandre pendant 17 jours par le biais d’un billet de banque.

Hyperinflation

Le billet de banque présentant la plus haute valeur faciale est sans nul doute zimbabwéen. Le pays est confronté à une hyperinflation d’une ampleur inédite: pas moins de 231 millions %. Pour vous donner une petite idée : un pain vaut aujourd’hui 300 milliards de dollars zimbabwéens. C’est pourquoi on y a émis un billet d’un billion de dollars. Depuis peu, les Zimbabwéens sont cependant autorisés à utiliser également d’autres monnaies...

Le premier billet de banque

Les Chinois ont été les premiers à émettre des billets de banque, sous la forme de reconnaissance de dette individuelle. C’était à l’époque de la dynastie Tang (de 618 à 907 après Jésus-Christ). Ce n’est qu’au 17e siècle que les Européens ont adopté l’usage, le reste du monde suivant deux siècles plus tard. Sachez aussi que les billets en papier ont été à nouveau supprimés en Chine à partir de 1455 : le pays était confronté avec une inflation élevée causée par une utilisation excessive de la planche à billets. D’ailleurs, le mot « cash » serait originaire de la dynastie Tang : les « kai-yuans » étaient des pièces de monnaie très utilisées à l’époque.

Lire également
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Messages sponsorisés
Tijd Connect
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Les partenaires impliqués sont responsables du contenu.
Partnercontent
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Les partenaires impliqués sont responsables du contenu.