Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent
Publicité

"Youpie, 2009 sera une bonne année boursière!"

A en croire les théories du mois de janvier, nous pouvons déjà le dire avec certitude: 2009 sera une bonne année boursière.
Publicité

(mon argent) – Les 5 premiers jours d'échanges d'actions au début de l'année définissent le déroulement de l'année boursière dans son ensemble. C'est du moins l'avis du bureau américain d’études Stock Trader’s Almanac. Comme déjà écrit auparavant, le bureau s'appuie sur l'évolution de l'indice S&P500, le principal indice des actions américaines depuis 1950.

A la date du 8 janvier 2009 (c'est-à-dire, au cinquième jour d'échanges d'actions de l'année 2009), l'indice S&P500 clôturait sur une note de 909,73 points. Autrement dit, il a enregistré un gain de 0,7% par rapport à la fin de l'année 2008. Mais ce gain n'a pas été atteint sans peine. Tout comme en 2008, les bourses ont connu un mouvement volatil durant les premiers jours de l'année. Alors que qu'une hausse de 3,1% était enregistrée le 3 janvier, celle-ci s'est presque totalement effacée le 6 janvier.  

Un léger profit

Les rapports catastrophiques des grandes entreprises américaines comme Intel, et un rapport  inquiétant sur la situation du marché du travail, ont vite fait oublier l'ambiance des fêtes de fin d'année aux investisseurs américains. Toutefois, un léger bénéfice reste inscrit à la clôture des cours du 8 janvier.

Si l'on en croit les faits historiques antérieurs, il est peu probable que ce gain résulte en une année boursière négative. Depuis 1950, l'indice S&P500 a enregistré une hausse durant les cinq premiers jours de l'année par 36 fois. Au cours de ces 36 années, la bourse a terminé 5 fois l'année dans le rouge.  

Un signal psychologique

Ces chiffres constituent-ils des statistiques suffisamment significatives pour y baser vos décisions d'investissements? Peut-être pas. Les investisseurs ne doivent pas oublier que dans la plupart des cas, les bourses augmentent. Depuis 1950, l’indice S&P500 s'est inscrit en hausse 43 fois (au cours de 59 années). Ainsi et de manière générale, un début d'année boursier positif a de grandes chances de résulter en une année boursière positive. C'est aussi la seule explication scientifique à laquelle les analystes se réfèrent pour expliquer "l'effet janvier".

Les partisans de cette théorie soutiennent que cet effet envoie un important signal psychologique aux marchés. Les investisseurs anticipent un "effet janvier". S'ils estiment que le marché boursier sera en hausse en 2009, ils se rueront sur les achats d'actions aussi durant le passage à l'an neuf. Cette position semble déjà acquise pour 2009. La majorité des analystes s'attendent à ce que les bourses renouent avec les bénéfices en 2009. Une enquête menée auprès des groupes d'analystes belges dévoile que ces experts s'attendent à une remontée boursière d'environ 15%.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés