C'est parti pour "Biddit", l'eBay belge de l'immobilier

biddit ©internet

Il est désormais possible d'enchérir sur un bien immobilier sans sortir de chez soi grâce à la plateforme Biddit qui dématérialise les ventes publiques. Créée par les notaires, la plateforme propose environ 50 biens répartis à travers le pays.

Les notaires lancent ce mardi la plateforme Biddit permettant d'enchérir en ligne sur un bien immobilier vendu en vente publique. Les ventes online via Biddit commencent avec environ 50 biens répartis à travers le pays. L’offre Biddit sera ensuite étendue dans les mois à venir.

Simple et transparent

Voici le fonctionnement concret de la plateforme. Les candidats à l'acquisition savent directement dans quelle catégorie de prix se trouve un bien, car il y a un prix de départ pour chaque offre. L'enchérisseur peut placer une offre via son ordinateur, en utilisant sa carte d'identité électronique, ou via son smartphone, avec l'application Itsme. Les enchères peuvent être faites manuellement ou automatiquement jusqu'à un montant maximum prédéterminé par le candidat acquéreur et que lui seul connaît. La vente online est 100% transparente : chaque offre émise est visible par celui qui consulte la plateforme. 

Avec la vente online, vous pouvez devenir propriétaire d'une maison en quelques semaines. C’est beaucoup plus rapide qu'une vente classique, où l’on compte entre trois et quatre mois entre le compromis de vente et l'acte.
Renaud Grégoire
Porte-parole de Fednot

La période durant laquelle les offres sont acceptées est clairement identifiée et dure 8 jours. Une fois cette période dépassée, le candidat sait directement s'il est le meilleur enchérisseur. Dans ce cas, le notaire le contacte pour finaliser la vente.

"Avec la vente online, vous pouvez devenir propriétaire d'une maison en quelques semaines. C’est beaucoup plus rapide qu'une vente classique, où l’on compte entre trois et quatre mois entre le compromis de vente et l'acte. Avec la vente online, le notaire aura accompli toutes les démarches à l'avance, de sorte que, et en tant qu'acheteur, et en tant que vendeur, vous sachiez immédiatement où vous vous situez", explique Renaud Grégoire, le porte-parole de la Fédération des notaires Fednot. 

Engageant

Attention, enchérir sur un bien via la plateforme en ligne n'est pas moins engageant que dans une salle de vente. De fait, le notaire connaît chaque enchérisseur et chaque offre qu’il fait l’engage dans la vente. C’est pourquoi, les notaires recommandent aux acheteurs potentiels de bien se préparer: prévoir une visite de la maison, connaître les limites de son budget disponible et s’il faut contracter un emprunt, veiller à d'abord contacter sa banque. Par exemple, le cahier des charges qui sera fixé avant la vente pourra prévoir une condition suspensive de crédit dans des cas bien précis. Il est donc important pour chacun de bien se renseigner sur la question.

Les acheteurs ont d'ailleurs le temps de se préparer sans pression extérieure, car entre la publication d'une offre immobilière et la clôture des offres, il faut en moyenne six semaines. Côté vendeur, grâce à l'enquête préliminaire concernant le bien et le contrôle d'identité de chaque enchérisseur (et pas seulement l'acheteur final), le processus en ligne ajoute une dose supplémentaire de certitude. Ils savent à l'avance que le bien sera vendu, que le montant de la vente sera perçu et qu’ils devront mettre le bien à disposition.

Les notaires 2.0

"C’est donc la Justice qui se numérise pas à pas, également en ce qui concerne les professions juridiques. Je suis très heureux que les notaires aient saisi à deux mains cette occasion."
Koen Geens (CD&V)
Ministre de la Justice

La plateforme Biddit constitue une nouvelle étape dans la numérisation de la profession notariale. Depuis les années 2000, les notaires se sont beaucoup investis dans la numérisation de leurs processus de travail. "De plus en plus de citoyens viennent nous consulter pour leurs projets privés et professionnels, même quand notre intervention n'est pas légalement nécessaire. Les dossiers que gèrent les notaires et leurs 8 000 employés deviennent également de plus en plus complexes. C'est pourquoi nos investissements dans les développements informatiques sont absolument indispensables: en numérisant une série d'activités, nous pouvons libérer du temps supplémentaire pour l'essentiel, à savoir des conseils adaptés à nos clients", poursuit Renaud Grégoire. 

  • Dans la première phase de développement, un réseau interne a été déployé entre Fednot et les 1.150 études notariales, avec une cinquantaine d'outils et de bases de données en ligne.

  • La deuxième phase consistait en une série d'applications en collaboration avec le gouvernement, telles que eDepot (la création d'entreprises en ligne) et eRegistration (l'enregistrement en ligne des actes chez SPF Finances).

  • Depuis 2017, Fednot a lancé MyBox, grâce auquel les citoyens peuvent trouver des informations sur leur contrat de cohabitation ou de mariage et la plateforme StartMyBusiness a également été lancée ; elle permet aux entrepreneurs de démarrer rapidement la création online de leur entreprise.

Le ministre de la Justice Koen Geens salue la dernière initiative des notaires dans le domaine immobilier. "La nouvelle loi sur l'insolvabilité entrée en vigueur ce 1er mai, nous a ouvert la voie pour simplifier la vente publique de biens immobiliers et la rendre numériquement possible. C’est donc la Justice qui se numérise pas à pas, également en ce qui concerne les professions juridiques. Je suis très heureux que les notaires aient saisi à deux mains cette occasion pour la numérisation et que ce grand projet se réalise aujourd'hui", a-t-il affirmé. 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content