Faites une enchère le dimanche et devenez propriétaire le lundi

©rv

Les notaires belges ont déjà vendu plus de 80 habitations via leur nouvelle plate-forme en ligne. Que faut-il savoir avant de faire une offre, confortablement assis dans votre fauteuil?

Biddit.be, la plate-forme en ligne de la Fédération belge des notaires (Fednot) a été lancée début mai – en toute discrétion dans un premier temps afin de tester le système – et tourne à plein régime depuis septembre. Actuellement, près de 120 biens sont proposés à la vente. Chaque vente attire de 4.000 à 6.000 visiteurs.

Le mois dernier, la notaire Catherine De Moor a vendu six biens via Biddit.be. "En principe, le notaire dispose de dix jours après la vente en ligne pour attribuer le bien. Chez nous, cette attribution se fait le lendemain. Vous pouvez donc devenir propriétaire d’une nouvelle habitation dès le lundi, en faisant une offre le dimanche, confortablement assis dans votre fauteuil."

"Le vendeur ne voit que le montant offert. Seul le notaire sait qui fait une offre."
Catherine De Moor
Notaire

Cela ne signifie pas pour autant que vous disposiez des clés dès le lendemain. "Le nouveau propriétaire reçoit les clés dès qu’il s’est acquitté du montant de la vente. Les acheteurs disposent de six semaines à partir du jour de l’attribution définitive", explique Catherine De Moor. C’est un des avantages de la vente en ligne: le vendeur perçoit beaucoup plus rapidement le montant de la vente. "Dans le cas d’une vente traditionnelle, le vendeur doit souvent attendre quatre mois pour être payé", poursuit la notaire.

Il est important de noter que l’attribution du bien va de pair avec le transfert des risques vers le nouveau propriétaire, même s’il n’a pas encore payé. "Il ne faut donc pas oublier de souscrire une assurance incendie pour le bien."

Offres contraignantes

Les offres sont contraignantes. Si un candidat acheteur fait une offre et se voit attribuer le bien, il ne peut plus changer d’avis. L’impossibilité d’obtenir un crédit hypothécaire ne peut servir d’excuse pour dénoncer l’offre. Les candidats disposent cependant d’un délai de réflexion avant de faire une offre, ce qui leur permet de consulter leur banque. Les enchères sont annoncées à l’avance et durent huit jours calendrier. "En cas de vente aux enchères en salle ou dans un bistrot, les candidats acheteurs ne disposent pas de ce délai", explique Catherine De Moor.

Comment faire une offre?

Pour faire une offre, il faut commencer par s’inscrire sur la plate-forme biddit.be. Cette inscription se fait à l’aide de la carte d’identité électronique (et d’un lecteur de cartes) ou via l’application Itsme (à télécharger sur l’App Store ou Play Store).

Si vous ne disposez pas de lecteur de carte ou d’Itsme, vous pouvez contacter le notaire concerné pour faire contrôler votre identité et ouvrir un compte. Il n’est cependant pas possible de demander au notaire d’enchérir à votre place. Les candidats ont donc besoin au minimum d’un ordinateur pour participer au processus de vente.

Il est possible de faire offre de deux manières: soit manuellement, soit de manière automatique. Dans le cas d’une offre automatique, le candidat-acheteur fixe un montant maximum. Tant que ce dernier n’est pas atteint, il reste dans la course et le système génère automatiquement une nouvelle offre en son nom dès qu’un autre candidat a placé une offre supérieure. Le montant des enchères est fixé par le notaire. S’il a été fixé à 1.000 euros et que la dernière offre est de 175.000 euros, votre offre passera automatiquement à 176.000 euros.

Le vendeur ne peut pas non plus se retirer du processus d’enchère. Il doit préalablement donner une procuration (irrévocable) au notaire. Toutefois, un vendeur peut décider de ne pas vendre le bien si le prix souhaité n’a pas été atteint.

De plus, les offres sont anonymes. "Le vendeur ne voit que le montant offert. Seul le notaire sait qui fait une offre", souligne Catherine De Moor. Vous pouvez donc faire une offre pour la maison de votre voisin sans qu’il se rende compte que vous êtes l’enchérisseur.

Comme souvent en ligne, les enchères ne commencent réellement que lors de la dernière (demi-) heure. "Pour éviter que tous les candidats ne fassent offre à la dernière minute, le système fonctionne avec un sablier. Si une offre arrive au cours des cinq dernières minutes du processus d’offre, le délai est prolongé de cinq minutes. En d’autres termes, si la limite est fixée à 15 heures et qu’une offre arrive à 14 h 58, le délai est automatiquement reporté à 15 h 05", explique Catherine De Moor. Ces prolongations peuvent durer au plus tard jusqu’au huitième jour à minuit. Attention cependant: seuls les premiers offrants peuvent surenchérir pendant les prolongations. Les nouveaux candidats ne sont plus autorisés à participer à la vente.

Avant d’attribuer le bien définitivement à un candidat, le notaire vérifiera si ce dernier est autorisé à acheter le bien. "Il vérifiera par exemple que l’acheteur est majeur, poursuit Catherine De Moor. En cas de problème, le notaire pourra attribuer le bien à la seconde meilleure offre."

Il n’est pas permis de faire offre en dessous du prix de départ. Il faut donc au minimum offrir ce montant. Quid si personne n’est prêt à payer cette somme? "Les conditions générales de vente stipulent qu’en cas de vente judiciaire, le notaire est autorisé à adjuger le bien. Il peut donc réduire le prix jusqu’à ce qu’un acheteur se manifeste."

Il n’existe par ailleurs aucune règle en ce qui concerne le prix de départ. "C’est purement psychologique. Nous conseillons toujours aux vendeurs de fixer un prix réaliste, sans cependant viser trop bas, car dans ce cas, les acheteurs potentiels pourraient penser qu’il y a un problème avec le bien, poursuit Catherine De Moor. En laissant jouer le marché, on obtient généralement un juste prix". À titre d’exemple: le prix de vente moyen des biens adjugés jusqu’ici se monte à 240.000 euros.

Pour pousser les candidats acheteurs à faire rapidement une offre, les ventes publiques proposent une prime au premier enchérisseur: si après la fin du processus le bien lui est finalement attribué, il bénéficie d’une réduction de 1% sur sa première offre. "Pour cela, il faut être très rapide et proposer un bon prix. Lors des six ventes en ligne dont je me suis occupée le mois dernier, un seul acheteur a pu bénéficier de cette prime", explique Catherine De Moor.

Quid des frais? L’achat d’un bien immobilier s’accompagne d’une série de frais supplémentaires, comme les droits d’enregistrement et les honoraires du notaire. Pour un bien de 240.000 euros, l’acheteur devra payer au total 28.560 euros de frais. Le vendeur doit lui aussi payer des frais. Pour ce même bien, ils se montent à 5.200 euros (un forfait de base qui comprend la publicité).

Mais les notaires ne sont pas les seuls à avoir lancé un système d’enchères en ligne. D’autres initiatives comme Vendomi et soldandset.be ont vu le jour. Ces sites fonctionnent globalement de la même manière, à de petites différences près. Par exemple, si une offre arrive chez Vendomi dans les dernières 24 heures, l’enchère est prolongée de 24 heures. Chez Soldandset, la période d’enchères est prolongée de 10 minutes si une offre est faite au cours des dernières secondes.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content