Le "crowdfunding" s'invite dans l'immobilier belge

©Photo News

On connaissait les initiatives de "crowdfunding" pour financer le lancement de microprojets ou la publication de livres ou de BD. Cette fois, c’est une initiative en matière d’immobilier qui voit le jour en Belgique.

La plateforme de crowdfunding immobilier Deal5000 sera opérationnelle et accessible aux particuliers dès la fin février (www.deal5000.be).

Derrière cette initiative en matière de financement participatif sur Internet, on retrouve Thibault Verbiest, qui a co-fondé le cabinet d’avocats Ulys et qui s’est aujourd’hui reconverti dans d’autres activités, et Frédéric Cornard, un ancien d’Advalvas, présenté comme un "serial entrepreneur".

Ce concept de crowdfunding immobilier existe déjà aux Etats-Unis. L’an dernier, la France a suivi l’exemple américain avec le lancement de la plateforme Lymo.

"Nous sommes partis du constat que la plupart des gens veulent devenir propriétaires en Belgique. Mais tout le monde n’a pas les moyens de le devenir" disent Thibault Verbiest et Frédéric Cornard. Grâce au crowdfunding, on peut devenir propriétaire à partir de 2.000 ou 3.000 euros. Ce qui donne droit à une partie d’un bien."

Les biens immobiliers qui seront proposés au public seront déjà loués et rénovés. Il s’agit de maisons de moins de 100.000 euros, afin de respecter la réglementation belge en matière de crowdfunding.

Les premières offres se situent à Gilly, Marchienne ou Dampremy, mais la société vise aussi des biens à Bruxelles (bureaux) et à la Côte belge (appartements).

100.000 euros
Le montant des biens immobiliers proposés dans l’offre de crowdfunding de Deal5000 ne peut pas dépasser 100.000 euros.

Selon les initiateurs du projet, le rendement brut espéré est de l’ordre de 6,70 à 6,90%, basé sur les loyers. Après les frais et le précompte, le rendement net avoisine 4,80%. Bien entendu, il ne s’agit pas d’un rendement garanti. Mais chez Deal5000, on pense que la brique restera toujours intéressante en Belgique. Contrairement à une Sicafi ou un certificat immobilier, il n’y a pas de cotation en Bourse.

"Dans la pratique, une société est créée par bien immobilier. Si un jour, on veut revendre sa part, on la propose en priorité à un autre associé sur la base du prix du marché du bien, selon le baromètre des notaires. Deal5000 peut aussi se porter acquéreur. Et si personne n’est acheteur, on peut également la mettre en vente sur le site", disent les concepteurs du projet.

Si un bien n’était pas reloué ou si un locataire faisait défaut, les versements de loyers seraient suspendus. Mais Deal5000 dit alors s’engager à rechercher rapidement un autre locataire.

Tout l’aspect locatif et comptable est géré par Deal5000, qui reste toujours actionnaire d’une part de chaque bien.

La société dit viser le public qui souhaite "un rendement réaliste sans esprit spéculatif". Ce qui correspond à une cible d’épargnants assez large en Belgique.

[Suivez l’auteur de cet article sur Twitter en cliquant ici]

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect