Le marché immobilier ralentit, une bonne nouvelle selon Trevi

L'activité immobilière a progressé au deuxième trimestre, mais beaucoup moins qu'au premier trimestre, selon l'indice Trevi. Mais c'est une bonne nouvelle, selon Eric Verlinden, qui voit ainsi la preuve que le marché belge ne connait pas de bulle.

L'indice Trevi, qui mesure les prix de l'immobilier, continue de progresser. Il a augmenté de 0,4% au deuxième trimestre de l'année, pour s'établir à 111,01. C'est un rythme deux fois plus lent qu'au premier trimestre, au cours duquel il avait progressé de 1%.

Toutefois, Eric Verlinden, CEO du réseau d'agences, s'en félicite : "Il eut été dangereux de connaître deux voire trois ou quatre hausses successives similaires à celle qui avait été enregistrée au premier trimestre. Nous aurions pu dans ce cas de figure, craindre la formation d’une bulle immobilière car historiquement une hausse aussi forte que celle du premier trimestre n’avait plus été enregistrée depuis deux ans".

Actuellement, 80% des biens mis en vente par Trevi partent dans les trois semaines, pour autant que le prix ne soit pas écarté de plus de 5% du prix du marché. Les appartements offrent une vitesse de vente identique (sauf les grands espaces). Le marché des maisons individuelles surperforment le marché tant qu'en rapidité de transaction (5 jours) qu'en croissance de prix (+4% depuis le début de l'année). Ces éléments sont preuves, pour Eric Verlinden, d'une "grande maturité" des vendeurs et des acquéreurs dans le comportement d'achat.

Trevi continue de rester très optimiste pour l'avenir, tablant sur une progression de 3,5 à 4% des prix sur l'année. Voici les arguments du CEO:

  • il semble de plus en plus acquis que le taxe shift n’entraînera pas de modification spectaculaire de la taxation des revenus locatifs résidentiels;
  • la volatilité sur les marchés d'actions et le manque de visibilité sur la politique de taux des banques centrales devraient permettre au secteur immobilier de gagner encore un peu plus ses lettres de noblesse. Les investisseurs apprécient de plus en plus cette "exceptionnelle stabilité" et cette "remarquable sérénité" que la brique continue à démontrer;
  • le marché de l’emploi se redresse légèrement et les perspectives de croissance s’embellissent;

  • les alternatives crédibles à l’investissement immobilier continuent de briller par leur absence.

 

Lire également

Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content