mon argent

Offrez-vous une résidence secondaire à bon prix

La ville de Constanta en Roumanie dispose également d'un aéroport international.

Après le boom de la Croatie, c'est au tour de la Bulgarie et de la Roumanie de connaître la fièvre des investisseurs immobiliers. Profitez des faibles prix actuels de ces pays si vous souhaitez acquérir une seconde résidence. Et lisez attentivement nos conseils pour être certain de faire un bon achat, peu importe le pays de votre choix.

(mon argent) – La Provence, la Costa del Sol, la Toscane et encore bien d’autres régions de France, d’Espagne ou d’Italie accueillent une résidence secondaire belge. Mais de plus en plus, les Belges tendent à évoluer dans leurs choix de destination et s’établissent sur les côtes grecques, turques, marocaines et croates.

Grâce à l’élargissement de l’Union Européenne, la Bulgarie et la Roumanie font dorénavant partie des nouvelles destinations à privilégier. Situés sous la même latitude que l’Espagne ou l’Italie, ces pays intéressent particulièrement les investisseurs immobiliers. D’ailleurs, le nombre de nouvelles constructions ne cesse d’augmenter: il a même bondi de 39% en 2007 sur le littoral bulgare.

Une maison neuve de 130m² pour 80.000 euros

"Ce qui rend la Bulgarie si attrayante pour les investisseurs immobiliers, ce sont ses prix. Aucun autre pays de la Communauté ne peut se vanter d’avoir des prix aussi bas dans un environnement aussi attrayant", explique le patron d’Immo-bulgara dans les pages du quotidien français Les Echos. En effet, les prix se situent en moyenne entre 800 et 1.700 euros le mètre carré avec des pointes à 2.500 euros dans les villes côtières de Varna et Bourgas.

Eric Leandri, un jeune investisseur français, vient d'acquérir une maison neuve de 130m² pour 80.000 euros: "C'est le hasard qui m'a fait acheter en Bulgarie. J'avais un peu d'argent à placer et je n'avais pas envie de l'investir dans une vieille maison à retaper au fin fond de la France. L'endroit est magnifique! Il me rappelle la Grèce. Je louerai sans doute lorsque je n'y viendrai pas et je pense revendre dans cinq ans en espérant faire une bonne plus-value, d'autant qu'il n'y a pas d'imposition sur les plus-values."

Des prix défiant toute concurrence

 

Quelques conseils pour bien choisir

Si vous souhaitez investir dans une résidence secondaire, suivez ces quelques conseils fournis par Second Place, le website du salon consacé aux résidences secondaire. Il regorge de conseils aux candidats acheteurs:

  • Ne soyez pas aveuglé par des offres immobilières trop bon marché: il y a peut-être anguille sous roche (de nature fiscale, juridique ou technique).
  • Demandez à la personne qui souhaite vendre sa maison une copie de l'acte de propriété mentionnant les données du ou des propriétaires, de l'adresse officielle, des données cadastrales et du numéro d'enregistrement du bien immobilier au cadastre. Vérifiez ces données vous-même ou confiez cette tâche à un expert ou un conseiller juridique indépendant (notaire, avocat, agent immobilier agréé).
  • Prenez d'abord un rendez-vous sans engagement avec un notaire: la première visite est généralement gratuite. En outre, ils proposent souvent des biens immobiliers à vendre (y compris à l'étranger). Les notaires peuvent également vous renseigner sur le marché immobilier local, sur la rédaction des contrats, la date d'échéance d'un acte d'achat ou de vente, l'inscription au cadastre, les enquêtes des données cadastrales, les saisies, les servitudes etc. qui grèvent un bien immobilier.
  • Visitez l'immeuble à plusieurs reprises, de façon à vous faire une idée claire et déceler les éventuelles lacunes techniques (et vices cachés). Si vous n'êtes pas en mesure d'examiner valablement vous-même la maison, faites, au besoin, appel à un expert indépendant.
  • Lors de l'achat, songez aussi à une hypothétique revente. Ne vous focalisez pas uniquement sur vos goûts, essayez de trouver une habitation qui plaise au grand public. Elle doit être bien cotée sur le marché afin de pouvoir être facilement revendue, en particulier aux habitants du pays.
  • Dressez la liste des obligations financières imposées aux propriétaires : frais d'entretien, gaz, eau, éclairage, assurances, gestion, hypothèque, amortissement du crédit...
  • Ouvrez un compte bancaire auprès d'une banque nationale ou internationale reconnue, située dans les environs, et offrant des services d'envergure internationale. Examinez la possibilité de régler automatiquement les coûts mensuels récurrents depuis votre compte bancaire.
  • Si vous achetez la maison chez un courtier ou un agent immobilier, assurez-vous que cette personne soit réellement compétente pour intercéder au nom du propriétaire légal. Demandez-lui un ordre de vente écrit signé par le propriétaire.
  • Ne signez aucun contrat, ni document dont vous ne comprenez pas la totalité des termes.

 

À quoi devez-vous faire attention?

Et bien avant de signer n'importe quel contrat, vous devez vous poser toute une série de questions dont voici un aperçu:

  • De quelle façon pensez-vous financer votre seconde résidence? Est-il possible de conclure un crédit en Belgique ou devez-vous le faire à l'étranger?
  • Connaissez-vous le plan d'affectation des environs? Il existe peut-être un projet de bâtir une usine, une grand-route, une discothèque etc.
  • Les maisons avoisinantes et le quartier sont-ils bien entretenus? Cela revêt aussi une grande importance à long terme, pour la valeur de l'immeuble en cas de location ou de vente.
  • Le quartier est-il déserté durant les vacances (volets clos, pas d'activité économique, magasins fermés...)? Cela augmente le risque de vol et d'effraction.
  • À combien s'élève l'impôt sur le transfert de propriété? Et l'impôt immobilier? Devrez-vous payer une taxe si vous revendez votre habitation avec un bénéfice? La Belgique a-t-elle conclu un traité fiscal avec le pays concerné, pour éviter une double taxation?

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content