Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent
Publicité

Acheter un bien revient moins cher qu'il y a un an

Les prix sont plus ou moins stables mais les charges financières ont, elles diminué de 9% pour l'acheteur. De quoi largement compenser les pertes du bonus logement en Flandre.
Publicité
©BELGA

Les ventes d'habitation ont encore progressé en 2014 mais les prix sont plutôt stables, selon le dernier baromètre du réseau d'agents immobiliers ERA. Du moins pour les maisons, qui valent aujourd'hui à 230.447 euros en moyenne, soit à peine 420 euros de plus qu'il y a un an. Le prix des appartements a, lui, augmenté de 3% à 183.799 euros, surtout grâce à Bruxelles (+10%!) et au Brabant Flamand (+9%).

Mais chacun sait que les taux hypothécaires n'ont pas cessé de baisser l'an passé. Ce qui signifie qu'il est en réalité moins cher d'acheter un bien immobilier maintenant qu'il y a un an... Les charges financières pour l'acquéreur d'une maison moyenne ont baissé de 9,3%, ou 132 euros à rembourser en moins par mois dans l'hypothèse d'un crédit fixe sur 20 ans, a calculé ERA. De quoi relativiser le choc du remaniement du bonus logement en Flandre, qui s'est du reste surtout traduit par une hausse de l'activité à la fin de l'an passé puisqu'il s'agissait des dernières possibilités pour bénéficier de l'ancien régime fiscal.

Quand on ajoute la chute spectaculaire des prix pétroliers, il y a de quoi rester optimiste, dit en substance Iain Cook, managing partner d'ERA. La baisse du prix du mazout (-30% en 3 ans) relance en effet les ventes de biens anciens et énergivores, des ventes difficiles.

D'autant que, selon un index immobilier mis au point par la KU Leuven à partir des données d'ERA, index qui tient compte de nombreux facteurs d'appréciation comme la superficie du bien, ses finitions, sa situation géographique, sa performance énergétique etc., la valeur moyenne d'une maison aurait en réalité diminué de 1,7% entre 2012 et 2013. Autrement dit si les prix de vente sont plus chers, ils sont aussi de meilleure qualité.

En Wallonie, les gros bien anciens trinquent

En Wallonie, souligne Claude Darimont (ERA Wemmel), les "gros biens anciens", soit des biens mis en vente à plus de 400.000 euros, restent difficiles. Les deux façades en revanche, que ce soit en Wallonie ou à Bruxelles, ont le vent en poupe. Enfin pour les appartements, cela dépend de leur situation: leurs prix sont stables en Wallonie mais en hausse soutenue à Bruxelles.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés