Immoweb tente l'expérience de la blockchain

©Anthony Dehez

L’incontournable site d’annonces immobilières poursuit ses objectifs d’innovation en introduisant de la blockchain dans une nouvelle plateforme destinée à simplifier et sécuriser l’état des lieux.

Imaginez-vous: en quelques clics votre état des lieux est illustré, certifié, partagé entre les différentes parties et stocké de manière sécurisée. Cette étape vers une plus grande digitalisation des relations dans l'immobilier, Immoweb la franchit.  

L’impulsion vient d’en haut, explique d’emblée Laurent Dupont, responsable de l’innovation chez Immoweb. Le groupe Axel Springer – actionnaire majoritaire d’Immoweb - a pour objectif de développer un ensemble de services, basé sur la blockchain dans le cloud, essentiellement autour du "TimeStamping, ou horodatage en français dans le texte". Immoweb s’annonce comme un précurseur en la matière.

De l’intérêt du TimeStamping

"On peut certainement discuter de l’intérêt de la blockchain pour pas mal d’initiatives – même dans l'immobilier – mais le "TimeStamping" (l'association d'une date et d'une heure à un événement,ndlr) a une vraie valeur parce que prouver qu’un élément existait à un moment T de manière indiscutable, c’est une vraie force et c’est véritablement utile parce que cela répond à un réel besoin," juge Laurent Dupont.

Le groupe Axel Springer fournit tout le back-end (le développement des fonctionnalités) et les capacités de l’application, baptisée Homestamp. Cette dernière est déjà disponible sur iPhone et Android. "L’idée, c’est de la lancer rapidement sur le marché et de la faire évoluer en se basant sur le feedback de l’utilisateur", résume Laurent Dupont.

Pour ce dernier, "HomeStamp" est plus globalement un cas d’étude pour Axel Springer qui prouverait que, même en dehors du real estate, il est possible de fournir des services de TimeStamping dans la blockchain. "En Belgique, par exemple, on a d’ailleurs déjà deux services de blockchain qui n’en portent pas le nom: le car-pass et l’enregistrement du bail", estime-t-il.

Un état des lieux rapide et sécurisé

Homestamp vise en priorité les locataires et propriétaires qui dressent un état des lieux de commun accord. À long terme, Immoweb pense que les experts pourraient également être intéressés. "La valeur de l’expert restera toujours dans le conseil, mais l’action de prendre des photos, de tout consigner dans un rapport et de le signer, c’est quelque chose qu’on peut facilement offrir comme service", commente Laurent Dupont.

Concrètement, Homestamp est basé sur les photos et les vidéos. Une fois le rapport terminé, il sera certifié par les deux parties. Un certificat sera généré par l’application puis stocké de manière sécurisée avec le  contenu du rapport chez Immoweb.

Vers des SmartContracts ?

À ce jour, Homestamp se limite au partage entre les parties du rapport d’état des lieux certifiés. "Ce partage du contrat pourrait être réglé via SmartContract dans la blockchain. En plus du contenu, on notifierait également l’accord des parties", imagine Laurent Dupont.

Outre des améliorations en termes d’édition des photos, l’intégration d’Homestamp dans ImmowebDocs est également sur la roadmap. "L’idée, c’est à terme de certifier l’ensemble des documents présents dans ImmowebDocs comme les preuves d’assurance du bien immobilier ou d’entretien de la chaudière (mais pas le bail puisque MyRent le fait déjà) et de créer le portefeuille digital des propriétés", conclut Laurent Dupont.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content