Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Le marché immobilier wallon se réveille

Le nombre de transactions immobilières a augmenté de plus de 10% au mois de février en Wallonie. En revanche, l'activité est légèrement retombée en Flandre, après l'euphorie de la fin 2014. Signe que l'évolution de la fiscalité et son anticipation font un peu la pluie et le beau temps sur le marché immobilier.
©Photo News

Selon le dernier baromètre des notaires, qui se basent sur la signature des compromis de vente pour fournir leurs chiffres, le nombre de transactions immobilières a augmenté de 2,2% en Belgique au mois de février. Mais les évolutions régionales sont très inégales. Et ceci aurait beaucoup à voir avec l'évolution du bonus-logement, cet avantage fiscal accordé aux Belges qui empruntent pour financer l'acquisition de leur logement principal.

Ainsi, l'activité immobilière a bondi de 10,2% en Wallonie par rapport au mois de février 2014.  "L'évolution du mois de janvier était similaire", explique Bart Van Opstal, porte-parole de la fédération des notaires. Au dernier trimestre de 2014, le nombre de transactions avait seulement grappillé 0,5%. Alors que le gouvernement wallon n'a pas encore dit à quelle sauce il allait manger le bonus-logement et surtout, quand il allait changer les règles, les candidats acheteurs en Wallonie seraient-ils en train d'assurer leurs arrières ? "Etant donné que la Wallonie n'a pas encore annoncé sa deadline, on peut imaginer que les futurs acheteurs préfèrent ne pas trop tarder avant de se décider. On peut aussi imaginer que lorsque la deadline sera annoncée, cela boostera encore plus le marché", poursuit-il. Pour rappel, le bonus-logement wallon existe depuis le 1er janvier sous la forme d'une réduction d'impôts au taux forfaitaire de 40%. Les plafonds fiscaux qui entrent en compte n'ont pas été modifiés.

En Flandre, c'est l'inverse qui est en train de se produire. Le nombre de transactions immobilières y a baissé de 0,1% en janvier et de 0,9% en février, toujours par rapport à la même période de 2014. Cela ressemble bien au fameux " creux de la vague" que l'on attendait après l'euphorie observée au dernier trimestre 2014. Pour rappel, les candidats acheteurs en Flandre s'étaient rués chez leurs notaires pour conclure leurs actes avant la fin de l'année. Car depuis le 1er janvier 2015, le régime du bonus-logement est devenu nettement moins intéressant. Non seulement, un taux forfaitaire de 40% a été fixé pour la réduction d'impôts, mais les plafonds qui entrent en compte ont été drastiquement réduits.

Cependant, pour Bart Van Opstal, les dégâts sont limités en Flandre. "Les experts s'attendaient à une chute, nous assistons simplement à une normalisation du marché", estime-t-il.

Quant à la région de Bruxelles-Capitale, les transactions immobilières y ont grimpé de 2,5%. Ici, le cadre fiscal est stable pour les deux prochaines années, selon les plans du gouvernement bruxellois. C'est actuellement la Région où le bonus-logement est le plus intéressant, car la réduction d'impôts se fait au taux forfaitaire de 45% et les plafonds n'ont pas été abaissés.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés