Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Les crédits à la rénovation explosent

Au premier trimestre, le nombre de crédits hypothécaires destinés à la rénovation a grimpé de plus de 48%. En revanche, ceux qui concernent un achat sans rénovation ou une construction ont considérablement diminué, après le rush de fin 2014 avant la modification du bonus-logement en Flandre.
©Gerard Til / Hollandse Hoogte

Les taux bas continuent de soutenir le marché hypothécaire en Belgique. Au premier trimestre de l'année, le nombre de demandes de crédit a ainsi augmenté de près de 17% et leur montant a progressé de 8,9% par rapport à la même période de 2013, selon des chiffres fournis par l'UPC (Union professionnelle du Crédit).

©Caroline Sury

Sur la même période, le nombre de crédits octroyés a, lui, augmenté de 9,5% (à 46.500) pour un montant en baisse de 2,3% (à 4,5 milliards d'euros). Ces contrats conclus font suite à des demandes introduites vers la fin de l'année dernière pour la plupart. Cela explique donc pourquoi le nombre de contrats octroyés pour l'achat a reculé de plus de 11% sur la période. En effet, de très nombreux emprunteurs ont tout fait pour souscrire anticipativement leur crédit hypothécaire avant le 1er janvier 2015 pour pouvoir profiter du bonus-logement "ancienne version" en Flandre, nettement plus intéressant que le nouveau. Ceci explique aussi la chute de près de 15% des crédits octroyés dans le but de financer un projet de construction.

En revanche, la rénovation a résolument le vent en poupe. Le nombre de crédits octroyés pour la rénovation a explosé de plus de 48% au cours du premier trimestre de 2015, et ceux qui concernent des projets d'achats et de rénovation ont progressé de 13%.

Sur cette période, le montant moyen emprunté pour un achat ou une construction s'élevait à 140.000 euros.

En termes de formules de crédits, 8 emprunteurs sur 10 ont opté pour un taux fixe. Quelque 14,5% des emprunteurs ont opté pour un taux d'intérêt variable assorti d'une période de fixité initiale entre 3 et 10 ans, et 4% pour une formule variable assortie d'une période de fixité initiale de 10 ans minimum. Le taux variable annuellement a pratiquement disparu (1%).

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés