Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent
Publicité

Les nouveaux crédits hypothécaires ont subi une chute de 8% en 2013

L’année 2013 est marquée par une chute impressionnante du nombre de crédits hypothécaires conclus, alors que le crédit à la consommation se porte bien. Par ailleurs, les défauts de paiement sont restés sous contrôle.
Publicité
©Photo News

En 2013, le nombre de crédits conclus par les Belges est resté stable, avec une petite augmentation de 1,4%. Mais sous cette apparente stabilité se cache une vraie dégringolade: celle des crédits hypothécaires. Le nombre de nouveaux crédits habitation a en effet plongé de 8,2% par rapport à 2012. En réalité, c’est au deuxième semestre de l’année que les choses se sont vraiment gâtées, explique Peter Neefs, responsable de la Centrale des crédits aux particuliers: "au deuxième semestre 2013, le nombre de crédits hypothécaires conclus a chuté de près de 18% par rapport au deuxième semestre 2012".

Explications possibles selon lui: des prêteurs plus stricts, des demandes de crédits en baisse mais aussi une baisse des refinancements de crédits en cours alors que les taux restent stables. Ces chiffres sont en effet repris dans les statistiques de nouveaux crédits et peuvent donc impacter le résultat annuel.

L’Union professionnelle du crédit (UPC) a également constaté ce recul, mais il n’a pas été tant concentré que ce que disent les chiffres de la Centrale des crédits sur les six derniers mois de l’année. Selon l’UPC, le recul général est également dû à la baisse de la demande de la part des candidats-emprunteurs, en partie causée par l’incertitude concernant l’avenir du bonus logement. Le fait que la visibilité sur ce sujet se soit éclaircie pour l’année qui vient pourrait rendre un peu de confiance aux candidats à l’achat immobilier.

Défauts sous contrôle

En revanche, l’année 2013 a été plutôt faste pour les crédits à la consommation, après une année 2012 déprimée. Ils ont augmenté, en nombre, de 4,2% sur l’année. "Nous constatons que les crédits à la consommation sont cycliques. Lorsque la confiance est là, ils sont en augmentation, et ils baissent en cas contraire", explique l’UPC.

Sur ce type de crédits (qui servent par exemple à financer l’achat d’une voiture, de vacances ou d’une télévision), les défaillances ont très légèrement augmenté. Le ratio est en effet passé de 5,2 à 5,4% en un an.

1,17 milliard d’arriérés

Concernant les crédits hypothécaires, le ratio est bien plus bas, à 1,2% au 31 décembre 2013, même s’il a, lui aussi, très légèrement augmenté par rapport à l’année précédente (1,1% des contrats de crédits hypothécaires étaient défaillants en 2012). Ce qui signifie que les Belges n’ont pas eu significativement plus de difficultés à rembourser leur emprunt en 2013 par rapport à l’année précédente.

Naturellement, en termes absolus et étant donné que le nombre de crédits hypothécaires augmente chaque année, le nombre de contrats défaillants augmente lui aussi. Et le montant a de quoi donner le vertige: à la fin de l’année dernière, les arriérés de paiement concernant des crédits hypothécaires atteignaient ainsi 1,17 milliard d’euros, soit une hausse de 21% par rapport à 2012.

Au total, 5,5% des emprunteurs Belges avaient au moins un contrat défaillant à la fin de l’année 2013.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés