Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Tension sur les loyers en 2013

Century 21 fait un constat interpellant : en 2013, les loyers résidentiels ont explosé de 15%. Des chiffres à interpréter avec prudence, toutefois. Les prix de vente ont, eux, légèrement reculé. Mêmes attentes pour 2014. 
©BELGA

La loi de l’offre et de la demande a fait son oeuvre : avec de moins en moins de biens mis sur le marché de la location et de plus en plus de candidats-locataires, le prix moyen des loyers a explosé en 2013, selon les statistiques fournies par le réseau d’agences Century 21. Le plus marquant : les prix des loyers des appartements en Flandre ont flambé de 22%, tandis qu’ils sont restés stables (+1%) à Bruxelles. En Wallonie, ils ont grimpé de 8%. Quant aux loyers de maisons, ils ont légèrement augmenté en Flandre et en Wallonie, mais ils ont plongé de plus de 7% à Bruxelles. 

Pourquoi le marché locatif est-il tendu ? Mathieu Verwilghen, responsable de Century 21 pour le Benelux, estime que la diminution du nombre de biens à louer est en grande partie dûe "à une réglementation de plus en plus complexe, à un parc immobilier ayant vieilli et au rendement locatif en baisse". En face, le nombre de candidats à la location ne fait qu’augmenter, surtout en raison de l’accès de plus en plus difficile à la propriété -notamment en Flandre- mais aussi au nombre croissant d’expats, de seniors et de familles monoparentales. 

"Normalisation"

Concernant les prix de vente, Century 21 constate un recul de 0,8% en moyenne cette année, mais préfère davantage parler de "normalisation" que de baisse du marché. Si le prix des maisons a reculé, surtout à Bruxelles (-7%), les appartements sont toujours très recherchés et leur prix a grimpé de 3% en moyenne. 

Pour 2014, Century 21 s’attend à une poursuite de cette normalisation, comprenez une "légère" baisse. "Nous ne nous attendons sûrement pas à une hausse. L’âge d’or de l’immobilier est derrière nous. Mais nous ne nous attendons pas non plus à une crise", explique Mathieu Verwilghen. Par ailleurs, il note une tendance qui pourrait se renforcer : l’accès à la propriété de plus en plus tard. En 2011, l’âge moyen des primo-accédants était de 28 ans. Aujourd’hui, ils ont entre 30 et 35 ans, ce qui reste toutefois jeune au regard de nos voisins européens.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés