Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Cinq pièges à éviter lorsque vous vendez un bien immobilier

Vendre sa maison ou son appartement ne se résume pas à placer une annonce sur internet. Voici les erreurs à éviter si vous vendez vous-même votre bien.
©Filip Ysenbaert

"On sous-estime souvent toutes les démarches à effectuer lorsqu’on vend une habitation. Certes, rien ne vous oblige à recourir à un professionnel. Mais, pour réussir, il faut disposer de temps, d’envie et de connaissances", souligne Filip Dewaele, de Dewaele Vastgoed. Il observe que les particuliers tombent toujours dans les mêmes pièges.

1. Prix mal fixé

Avant de rechercher un acheteur pour votre habitation, vous devez bien sûr déterminer un prix de vente. "Les vendeurs non professionnels sont parfois contents de voir partir leur bien en deux jours à peine. Mais, au vu du prix demandé, on sait d’emblée que l’acheteur a réussi l’affaire de sa vie. D’autres vendeurs fixent un prix trop élevé et s’étonnent de l’absence de candidats-acheteurs pendant des mois", explique Filip Dewaele.

2. Dossier incomplet

Un dossier incomplet peut faire capoter une vente.
Filip Dewaele
Dewaele Vastgoed

Le vendeur doit constituer un dossier fourni, comprenant le certificat de performance énergétique, le dossier d’intervention ultérieure (avec notamment les plans de construction, les plans détaillés de l’électricité et de la tuyauterie, le cahier des charges et les factures d’achat), l’extrait cadastral et le plan cadastral, l’attestation de sol, la certification électrique et les renseignements urbanistiques. "Un dossier incomplet peut faire capoter une vente. Soyez-y donc très attentif", prévient Filip Dewaele.

3. Annonces peu soignées

Placer une annonce sur des sites web tels que Vlan, Immoweb ou Zimmo est un must. Les tarifs varient selon la taille des photos ou la position dans les résultats de recherche. Les formules les plus chères sur les différents sites, réseaux sociaux et Google varient de 300 à 500 euros pour trois mois. "Les photos doivent être de bonne qualité. On remarque trop souvent des photos prises avec un smartphone où l’on voit le vendeur dans un miroir ou le reflet des fenêtres. Cela ne fait pas très professionnel", constate Filip Dewaele.

4. Manque de feeling commercial

Un dossier incomplet peut faire capoter une vente.
Filip Dewaele
Dewaele Vastgoed

Le vendeur particulier doit avoir des réflexes commerciaux. Par exemple, demandez toujours les coordonnées des personnes qui visitent l’habitation, afin de pouvoir les recontacter par la suite. Pendant les visites, ne bombardez pas les acheteurs potentiels de détails inutiles. Les candidats doivent avoir l’esprit clair en quittant l’habitation. Autre exigence: veillez à être toujours joignable. "Les gens qui s’intéressent à un bien veulent le visiter le plus vite possible. Rien n’est plus frustrant qu’un vendeur qui n’est pas joignable ou qui ne répond qu’après quelques jours", prévient-il. 

5. Compromis irrégulier

Après avoir trouvé un acheteur, il faut signer un contrat sous seing privé, également appelé compromis de vente. "Sur internet, on trouve de nombreux modèles de compromis proposés gratuitement. Mais beaucoup sont dépassés. La législation change continuellement. Nous-mêmes devons adapter notre document de compromis au moins deux fois par an. Le particulier doit donc veiller à disposer d’un texte actualisé et concluant", poursuit Filip Dewaele. Pour ce faire, le vendeur particulier peut s’adresser à un notaire, à un courtier immobilier ou à un juriste.

Résumé
  • Fixer correctement le prix de vente est la première chose à faire lorsqu'on veut vendre un bien. S'il est vendu trop vite, c'est peut-être que le prix était trop bas. À l'inverse, si le bien traîne sur le marché, le prix est peut-être trop élevé. Voici comment vous aider à fixer le prix de vente de votre bien. 
  • Un dossier de vente incomplet (PEB, certificat électrique, etc. ) peut faire capoter une transaction.  
  • Les photos que vous placez sur les sites d'annonces immobilières doivent être de bonne qualité.
  • Soyez disponible et joignable, prenez les coordonnées des personnes qui ont visité le bien pour pouvoir les recontacter, ne les bombardez pas de détails pendant la visite, bref, ayez une attitude commerciale. 
  • Préparez un compromis de vente que vous avez fait valider au préalable par un notaire, un agent immobilier ou un juriste. Mieux encore, signez-le chez le notaire. 

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés