Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Hourra, votre salaire est moins imposé !

Grâce au tax shift, qui est entré dans sa dernière phase, vous payez moins d'impôts sur vos revenus professionnels perçus en 2019.

La réduction des impôts sur les revenus du travail s’articule autour de trois mesures : le relèvement du montant exonéré d’impôts, l’élargissement de la tranche d’imposition à 40% et l’augmentation du bonus à l’emploi.

1. Montant exonéré d’impôts plus élevé

Une partie de votre revenu échappe à l’imposition grâce à ce qu’on appelle le montant exonéré d’impôts. Jusqu’à l’an dernier (année d’imposition 2019, année de revenus 2018), la hauteur du montant exonéré d’impôts dépendait de votre revenu. Plus votre revenu était élevé, plus bas était le montant exonéré d’impôts. Ainsi, une personne qui avait un revenu de 45.750 euros ou moins bénéficiait d’un montant exonéré d’impôts de 7.730 euros. La personne qui gagnait plus voyait ce montant se réduire proportionnellement jusqu’à 7.430 euros. À partir de 46.050 euros de revenu, le montant exonéré d’impôts n’était plus que de 7.430 euros.

8.860 euros
Montant exonéré d'impôts
À partir de cette année (année d’imposition 2020, année de revenus 2019), le montant exonéré d’impôts est le même pour tout le monde, indépendamment du revenu : 8.860 euros.

À partir de cette année (année d’imposition 2020, année de revenus 2019), le montant exonéré d’impôts est le même pour tout le monde, indépendamment du revenu : 8.860 euros. La personne qui avait auparavant un montant exonéré d’impôts de 7.430 euros voit, grâce à cette mesure, ses impôts diminuer de 357,50 euros (hors centimes additionnels communaux), c’est-à-dire 25% de la différence entre 7.430 et 8.860 euros. Le gain peut être plus élevé si vous avez des enfants ou d’autres personnes à charge. Cela s’explique par le fait que le montant exonéré d’impôts total s’accroît. Comme le taux d’imposition progresse avec le revenu, le montant exonéré d’impôts (ou une partie de celui-ci) procure une réduction à un taux d’imposition plus élevé.

2. Part plus élevée de votre revenu imposé à 40%

La deuxième mesure consiste à élargir les tranches d’imposition. Lors du calcul de l’impôt, votre revenu est divisé en tranches. Le taux d’imposition augmente à mesure qu’on s’élève dans les tranches de revenu. Ces tranches de revenu sont indexées chaque année. Pour le calcul de l’impôt sur les revenus que vous avez gagnés en 2019, le tax shift fait passer une partie de ceux-ci de la tranche d’imposition de 45% à celle de 40%. Ainsi, le taux de 40% ne sera plus appliqué jusqu’à 22.290 euros de revenu, mais jusqu’à 23.390 euros. La différence de 1.100 euros (23.390 - 22.290 euros) ne sera donc plus imposée au taux de 45%, mais au taux de 40%, ce qui procure un avantage de 55 euros (5% de 1.100 euros, hors centimes additionnels communaux).

3. Bonus à l’emploi majoré

Le bonus à l’emploi est une mesure qui vise à doper les salaires les plus faibles : les salariés conservent davantage de leur salaire brut. Le bonus à l’emploi social s’accompagne d’une réduction des cotisations personnelles de sécurité sociale. Pour les personnes qui en bénéficient s’y ajoute un avantage fiscal : le bonus à l’emploi fiscal. Le pourcentage de cet avantage fiscal est à présent majoré, ce qui peut le faire grimper jusqu’à 150 euros.

Comment cela s’explique-t-il ? Jusqu’à l’année de revenus 2018, cette réduction d’impôts n’était encore que de 28,03% sur le bonus à l’emploi octroyé effectivement, et cela jusqu’à un plafond de 670 euros. À partir de l’année de revenus 2019, le pourcentage de la réduction passe à 33,14%, avec un maximum de 820 euros. Le bonus à l’emploi maximal vise les salariés dont le salaire mensuel brut ne dépasse pas 1.641 euros.

PwC FR
Lire aussi

Messages sponsorisés