Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

7 questions à poser à votre banquier avant d’investir dans un fonds

Qui souhaite obtenir plus de rendement de ses économies qu’en les laissant sur un compte d’épargne se verra rapidement proposer un fonds d’investissement par son banquier. Mais quelles questions devez-vous lui poser avant de faire votre choix ?
©Pieter Van Eenoge

Plus de 10.000 fonds d’investissement de plus de 100 maisons de fonds belges et étrangères sont enregistrés sur le marché belge. Il est très peu probable que votre banquier vous donne accès à ces 10.000 fonds. La plupart des banques en Belgique ne proposent d’ailleurs que leurs fonds maison. Quant aux supermarchés de fonds, qui proposent les produits de différents gestionnaires, ils se limitent généralement à une partie du marché. Mais même dans ce cas, le choix est généralement suffisant pour que chacun y trouve son bonheur.

Bien entendu, vous pouvez demander à votre banquier de vous guider dans votre choix. Sachez cependant qu’il n’est pas libre de vous présenter n’importe quel fonds. Il est obligé de vérifier si les fonds proposés correspondent à votre profil. Malgré tout, il est important de ne pas suivre aveuglément l’avis de votre banque. Quelques questions bien ciblées peuvent vous aider à y voir plus clair.

"N’investissez que dans ce que vous comprenez."

1 Dans quels actifs le fonds investit-il?

Si cette question peut sembler évidente, elle n’en est pas moins importante. «N’investissez que dans ce que vous comprenez», dit l’adage. Et cela s’applique également aux fonds d’investissement, car il existe différentes catégories de fonds, certaines plus complexes que d’autres.
Par exemple, certains fonds n’investissent que dans des actions ou des obligations, ou dans une combinaison des deux. Mais il existe également des fonds alternatifs qui investissent dans un mix d’instruments sophistiqués comme les options et les futures. D’autres fonds offrent une protection du capital ou une "surveillance d’un niveau plancher".

Une bonne compréhension du fonctionnement d’un fonds est non seulement importante pour bien évaluer les risques, mais permet également de savoir quel rendement vous pouvez en attendre et combien de temps vous devrez conserver ce fonds. En cas de fonds avec protection du capital, il n’est par exemple pas seulement important de se focaliser sur la protection, mais aussi de comprendre comment le rendement est obtenu. Ce dernier point est souvent négligé, ce qui crée de la frustration.

2 Comment le fonds se comporte-t-il dans un marché en baisse?

Un bon indicateur du risque d’un fonds est le résultat qu’il obtient sur un marché en baisse. L’année de crise 2008 est un bon exemple. En 2020, au moment de l’éclatement de la pandémie de coronavirus, les marchés ont également subi une forte correction.

En examinant les résultats du fonds pendant ces périodes, vous pouvez vous faire une idée de ce à quoi vous attendre en cas de nouvelle correction. Si vous n’êtes pas prêt à supporter ces pertes, même si elles ne sont que temporaires, il vaut peut-être mieux éviter d’acheter ce fonds. Si par exemple vous avez des sueurs froides rien qu’à l’idée que votre fonds perde soudain 40% de sa valeur, évitez les fonds qui n’investissent que dans des actions.

3 Comment le fonds se comporte-t-il, comparé à ses concurrents?

Les résultats du passé ne sont pas une garantie pour le futur. Nous le savons tous. Mais avant d’acheter un fonds, vous devez absolument vous renseigner sur la façon dont il s’est comporté dans le passé par rapport à d’autres fonds comparables ou à son indice de référence. Les informations clés pour l’investisseur comprennent par exemple les rendements annuels des dix dernières années. Certains fonds se comparent avec leur indice de référence, d’autres pas.

Ne vous laissez pas convaincre sur la base d’une seule excellente année et vérifiez plutôt la régularité des performances du fonds.

Ne vous laissez pas convaincre sur la base d’une seule excellente année et vérifiez plutôt la régularité des performances du fonds, car celle-ci indique si l’équipe de gestion applique un processus d’investissement cohérent. Les couronnes de L’Echo, calculées pour les fonds disponibles sur le marché belge et qui sont à la base des Fund Awards (lire page 42), évaluent les fonds en fonction de leur régularité au cours des cinq dernières années. Seuls les fonds faisant partie chaque année des meilleurs fonds de leur catégorie peuvent espérer obtenir le score maximum de 3 couronnes (www.lecho.be/couronnes).

4 Le fonds est-il géré activement?

Il est peu probable que votre banquier vous propose spontanément d’acheter un tracker. Les trackers sont des fonds indiciels cotés qui sont bon marché parce qu’ils se contentent de répliquer un indice. Il existe par exemple des trackers qui répliquent l’indice Bel20, qui reprend les 20 plus grandes actions d’Euronext Bruxelles, ou l’indice américain S&P500, qui comprend les 500 plus importantes sociétés cotées sur Wall Street.

Des études menées par Standard & Poor’s révèlent que dans plusieurs catégories de fonds, la majorité des fonds gérés activement affichent de moins bons résultats que leur indice de référence.
Voornaam Naam
Functie

Les fonds proposés par les banques sont généralement des fonds gérés activement, dont le gestionnaire a pour objectif de faire mieux que son indice de référence. Dans la réalité, les promesses ne sont pas toujours tenues. Des études menées par Standard & Poor’s révèlent que dans plusieurs catégories de fonds, la majorité des fonds gérés activement affichent de moins bons résultats que leur indice de référence.

Cela s’explique par le fait que ces fonds prétendument gérés activement ne le sont pas réellement. Il s’agit de fonds dont le gestionnaire se base sur l’indice de référence pour composer son portefeuille en se contentant de modifier ici et là certaines positions. Ce n’est pas le type de fonds qui vous rendra plus riche.

Il existe plusieurs façons de démasquer ces fonds, notamment via "l’active share". Celle-ci indique le pourcentage des actifs du fonds qui diffèrent de ceux présents dans l’indice de référence. Plus ce pourcentage est élevé, plus l’écart entre le fonds et son indice est important. Les lauréats des Fund Awards affichent par exemple une active share supérieure à 80%. Votre banquier ne sera pas toujours à même de vous communiquer l’active share du fonds proposé, car tous les gestionnaires ne la calculent pas. D’autres façons de distinguer les vrais fonds actifs des autres fonds est de comparer leurs dix principales positions avec celles de leur indice de référence.

Souvent, on reconnaît les "stock pickers" à leurs fortes convictions. Étant donné qu’ils croient au potentiel des actions qu’ils ont analysées et sélectionnées, ils leur accordent un poids important dans leur portefeuille. Par conséquent, ces fonds sont très concentrés (en d’autres termes, avec peu de titres) et les dix principales positions représentent généralement une part importante du portefeuille. Les fonds lauréats détiennent en moyenne entre 30 et 50 positions.

5 Combien coûte le fonds?

Contrairement à l’achat d’un smartphone ou d’un ordinateur, le prix que vous déboursez pour un fonds n’est pas basé sur sa qualité. En d’autres termes, un fonds cher n’est pas nécessairement meilleur. Informez-vous sur les coûts, car plus ils sont élevés, plus le fonds doit être rentable pour compenser ces coûts et afficher des résultats nets acceptables.

Le prix que vous déboursez pour un fonds n’est pas basé sur sa qualité. En d’autres termes, un fonds cher n’est pas nécessairement meilleur.

Deux types de coûts doivent être pris en considération: d’une part, les droits d’entrée que vous payez au moment où vous achetez le fonds. La plupart des supermarchés de fonds ne facturent pas de droits d’entrée, contre 2 à 3% dans les banques traditionnelles. Évitez les droits d’entrée exorbitants. Dans certains cas (rares), vous devrez également payer des frais de sortie au moment de la revente.

Les frais courants représentent une autre catégorie de coûts. Ils sont exprimés en pourcentage annuel et déduits chaque jour de la valeur d’inventaire du fonds. Vous ne les payez donc pas séparément. Les frais courants comprennent la rémunération du gestionnaire, du distributeur et de l’administrateur du fonds. Dans le cas de fonds d’actions, ces frais se situent entre 1,5 et 1,8%. Pour les fonds mixtes, ils sont généralement inférieurs à 1,5%, et pour les fonds obligataires, ils avoisinent 1%. Si vous savez que les frais des trackers se situent pour la plupart entre 0 et 0,4%, vous aurez compris que ces frais élevés ne peuvent se justifier que si le gestionnaire génère un rendement suffisant.

Enfin, il existe dans des cas exceptionnels des commissions de performance, qui sont facturées par les gestionnaires si leur fonds surperforme par rapport à un indice.

6 Quel est le montant des taxes?

Bien entendu, le fisc réclame également son dû. Deux types de taxes s’appliquent aux fonds d’investissement.

Tout d’abord, il y a la taxe boursière, qui ne concerne que les fonds qui ne distribuent pas de dividende (fonds de capitalisation). Vous ne payez la taxe qu’au moment de la revente du fonds. Celle-ci est de 1,32% du montant de la vente, plafonnée à 4.000 euros par transaction. Les fonds qui distribuent un dividende ne sont pas concernés par la taxe boursière, mais les dividendes sont soumis au précompte mobilier de 30%.

S’ajoute une autre taxe sur les fonds qui investissent au moins 10% en obligations ou autres titres à rendement fixe. Il s’agit généralement de fonds obligataires ou mixtes. Dans ce cas, vous devrez payer au moment de la revente 30% de précompte mobilier sur la plus-value réalisée par la partie obligataire du fonds.

Il est conseillé de n’investir que dans des fonds dont les actifs sous gestion sont supérieurs à 100 millions d’euros.

7 Quelle est la taille du fonds?

La taille du fonds n’est pas un critère essentiel, mais malgré tout important. Car dans le secteur des fonds également, l’effet de taille joue un rôle. Il vaut donc mieux éviter les trop petits fonds, car les frais sont souvent plus élevés. Pour bénéficier d’un effet de taille suffisant, il est conseillé de n’investir que dans des fonds dont les actifs sous gestion sont supérieurs à 100 millions d’euros.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés