Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Le plafond d'exonération des livrets monte à 990 euros

Compte tenu de l’inflation de 2019, les montants fiscaux seront adaptés à la hausse l’année prochaine. Les deux plafonds de l’épargne-pension passeront à 990 et 1.270 euros et le montant maximum pour l’exonération des intérêts des comptes d’épargne grimpera à 990 euros.
©Photo News

En 2020, les Belges pourront épargner davantage sans subir de précompte mobilier ou encore placer plus d’argent dans le troisième pilier des pensions. C’est la conséquence de l’adaptation annuelle des barèmes fiscaux à l’inflation, que L’Echo a calculée en primeur.

L’indice des prix à la consommation de décembre, publié ce lundi par le service public fédéral de l’Économie, permet de calculer les coefficients qui serviront à indexer les montants du Code des impôts sur les revenus l’année prochaine. D’après nos calculs, plusieurs montants importants pour les ménages belges subiront une hausse en 2020.

Minimum imposable

C’est notamment le cas de la part des revenus qui est exemptée d’impôt. On parle également de minimum imposable car la taxation ne commence à s’appliquer qu’aux revenus qui dépassent ce seuil. En 2019, cette quotité exemptée d’impôt était de 8.860 euros. L’année prochaine, ce montant grimpera à 8.990 euros, soit 130 euros supplémentaires qui échapperont au taux de 25% de la première tranche d’imposition, ce qui donnera lieu à une économie d’impôt supplémentaire de 32,50 euros sur l’année.

8.990€
La quotité des revenus exemptée d’impôt augmente de 130 euros, à 8.990 euros, 130 euros qui échapperont donc au taux de 25% de la première tranche.

Les montants qui délimitent les tranches d’imposition sont eux aussi indexés. Par exemple, l’an prochain, la tranche de revenus taxée à 40% verra son plafond augmenter jusqu’à 23.730 euros, contre 23.390 euros cette année. Cela signifie qu’une partie plus grande des revenus sera imposée à ce taux au lieu de l’être à 45% dans la tranche de revenus supérieure. Cette augmentation de 340 euros du plafond de la tranche taxée à 40% permet une économie d’impôt de 17 euros en un an.

Idem pour la tranche de revenus taxée à 25%: son plafond sera augmenté de 190 euros sous l’effet de l’adaptation à l’inflation. Ce montant évitera ainsi d’être soumis au taux de la tranche supérieure, à savoir 40%. D’où une économie d’impôt annuelle d’environ 30 euros.

Comme on le voit, il s’agit, sur une année, de petits montants mais qui, mis ensemble, constituent une somme appréciable qui viendra bien à point pour soulager le budget des contribuables confrontés à la hausse du coût de la vie.

Quotient conjugal

Le quotient conjugal va également grimper. Ce mécanisme permet d’attribuer fictivement une partie du revenu du conjoint (ou cohabitant légal) qui gagne le plus à celui qui gagne le moins, dans le but d’atteindre moins vite les tranches de revenus les plus élevées, taxées plus lourdement. En 2020, le quotient conjugal pourra aller jusqu’à 11.090 euros, contre 10.940 euros cette année.

Les investisseurs vont également bénéficier de l’indexation des barèmes fiscaux.

Les investisseurs vont également bénéficier de l’indexation des barèmes fiscaux. En 2020, la part des dividendes d’actions qui sont exonérés de précompte mobilier va progresser sous l’effet de l’inflation. D’après nos calculs, les investisseurs pourront toucher jusqu’à 816 euros de dividendes sans précompte, contre 800 euros cette année. Toutefois, rappelons que le précompte sera toujours prélevé à la source par l’intermédiaire financier et que ce sera au contribuable de le récupérer ensuite, en le mentionnant dans sa déclaration fiscale l’année suivante.

L’adaptation à l’inflation aura aussi un impact sur les épargnants, du moins sur ceux qui ont un compte d’épargne (très) bien garni. L’an prochain, le plafond jusqu’auquel les intérêts des livrets sont exonérés de précompte mobilier atteindra 990 euros, contre 980 euros en 2019. Mais sachant que beaucoup de banques appliquent le taux d’intérêt légal minimum à leurs comptes d’épargne, à savoir 0,11%, il faudrait détenir plus de 900.000 euros sur un tel livret pour subir un précompte mobilier sur des intérêts dépassant 990 euros, ce qui n’est pas à la portée de tout le monde…

Piège fiscal

Ceux qui épargnent pour leur pension dans le cadre du troisième pilier bénéficieront aussi de l’indexation annuelle des montants fiscaux. L’an prochain, on pourra verser jusqu’à 1.270 euros dans l’épargne-pension, contre 1.260 euros cette année. Attention, il s’agit du plafond qui implique une réduction d’impôt de 25%. Ceux qui souhaitent une réduction d’impôt de 30% devront limiter leur versement de 2020 à 990 euros, contre 980 euros en 2019.

À ce sujet, attention au fameux piège fiscal de l’épargne-pension: l’année prochaine, il s’agira de ne pas verser un montant compris entre 991 et 1.188 euros. Pourquoi? Car 25% de 1.188 euros égalent 297 euros, soit le montant de réduction d’impôt qu’on aurait obtenu en limitant la mise à 990 euros, montant donnant droit à la réduction d’impôt calculée au taux de 30%. CQFD.

L’année dernière, plus de 2.700 Belges étaient tombés dans ce piège fiscal de l’épargne-pension.

L’année dernière, plus de 2.700 Belges étaient tombés dans ce piège fiscal de l’épargne-pension et avaient donc reçu une réduction d’impôt inférieure à celle qu’ils auraient obtenue en limitant leur versement annuel au plafond inférieur.

Comme l’inflation n’a pas été très forte cette année, certains montants fiscaux peu élevés n’évolueront pas l’année prochaine, comme par exemple le montant maximum de la prime d’une assurance protection juridique qui donne droit à une réduction d’impôt, qui restera de 310 euros, ou encore le seuil de 40 euros à partir duquel un don à un organisme agréé est assorti d’un avantage fiscal.

Mais bon nombre d’autres montants fiscaux seront adaptés à l’inflation en 2020. Vous en trouverez un aperçu non exhaustif dans l’infographie ci-dessous.

©MEDIAFIN

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés