Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Les 10 paradis fiscaux préférés des super-riches

Quel est le pays le plus intéressant du point de vue fiscal? Le bureau d’avocats Bradley-Hackford, expert dans la relocalisation des riches dans des pays aux régimes fiscaux avantageux, établit chaque année un hit-parade des 10 paradis fiscaux préférés des super-riches.
Ile Maurice | Il est très simple de devenir résident de cette île de l’Océan Indien, où l’on parle aussi bien le français que l’anglais. ©© Guido Alberto Rossi

La liste est basée sur cinq critères:

  • Le taux d’imposition des personnes physiques
  • La qualité de la vie
  • La sécurité (juridique et physique)
  • Le montant minimum d’investissements locaux que les candidats résidents doivent consentir, et l’efficacité de l’administration
  • La situation géographique et les principaux centres d’intérêt.
Les 10 paradis fiscaux préférés des super-riches: 1. Antigua -et-Barbuda - 2. Royaume Uni - 3. Monaco - 4. Andorre - 5. Bahamas - 6. Île Maurice - 7. Malte - 8. Gibraltar - 9. Émirats arabes unis et Dubaï - 10. Îles Caïmans ©mediafin

1. Antigua -et-Barbuda

©mediafin

Ce nouveau venu se place d’emblée sur la première marche du podium. Les citoyens de cet État insulaire de la zone orientale de la Mer des Caraïbes paient 0% d’impôt sur leurs revenus et sur les capitaux d’origine étrangère. 

 Ceux qui souhaitent devenir résidents doivent payer une somme unique et forfaitaire de 250.000 dollars et peuvent ensuite acheter une habitation d’au moins 400.000 dollars dans le cadre du programme "citizenship-by-investment".

2. Royaume Uni

©mediafin

Les résidents "non-dom" (pour "non-domiciled") dont le domicile ou la majeure partie de leur patrimoine se situe dans un autre pays, bénéficient au cours des sept premières années d’une exonération totale d’impôt sur leurs revenus d’outre-mer. Ils paient ensuite un forfait oscillant entre 30.000 à 90.000 livres sterling, en fonction de leur statut.

Parmi les célèbres "non-domers", on trouve le propriétaire de Chelsea, Roman Abramovitch et le CEO d’HSBC, Stuart Gullivert. 

Le parti travailliste souhaite mettre fin à ce régime de faveur vieux de 200 ans, mais se heurte à de nombreux lobbies.

3. Monaco

©mediafin

Ce micro-État ne lève aucun impôt sur les revenus, les héritages et le capital de ses résidents, à l’exception des Français, qui doivent continuer à payer leurs impôts en France.

Ceux qui veulent vivre à Monaco doivent cependant prouver qu’ils détiennent un capital minimum de 500.000 euros (un extrait de compte bancaire suffit). La principauté attire surtout des Italiens, des Russes et des Suisses.

4. Andorre

©mediafin

L’impôt sur le revenu dans ce mini-État est de 10%, mais les Français et les Espagnols qui souhaitent échapper au fisc de leur pays d’origine peuvent bénéficier d’un régime de faveur.

Les riches Russes ont découvert cette principauté comme porte d’entrée vers l’Europe.

Ceux qui veulent s’y installer doivent investir au minimum 350.000 euros et disposer d’au moins 50.000 euros d’économies.

5. Bahamas

©mediafin

L’archipel des Bahamas, situé dans l’Océan Atlantique, à l’est de la Floride, occupait encore la première place du podium en 2014.

Ceux qui veulent devenir résidents doivent être prêts à investir au moins 500.000 euros dans l’immobilier local.

Le processus pour devenir résident peut être accéléré si l’on s’offre un pied-à-terre d’au moins 1.500.000 dollars.

6. Île Maurice

©mediafin

Il est très simple de devenir résident de cette île de l’Océan Indien, où l’on parle aussi bien le français que l’anglais: il suffit d’acheter une villa d’au moins 500.000 dollars agréée par le gouvernement.

Vous bénéficiez ensuite d’un taux d’imposition avantageux, soit à peine 15% sur tous vos revenus.


7. Malte

©mediafin

Ce micro-État du sud de la Méditerranée accorde un statut particulier aux Européens, aux Non-Européens et aux retraités.

Ces avantages sont comparables au statut "non-dom" du Royaume Uni. Seuls quelques revenus locaux sont taxés.

Les revenus étrangers sont exonérés d’impôts tant qu’ils ne sont pas rapatriés à Malte.

8. Gibraltar

©mediafin

Les étrangers qui obtiennent le statut "Category 2", doivent payer entre 22.000 livres et 28.630 livres d’impôts par an. Tous les revenus dépassant 80.000 livres sont exonérés.

La "Category 2" n’est prévue que pour les étrangers qui disposent d’un patrimoine d’au moins 2 millions de livres, et qui achètent une villa agréée par les autorités pour leur propre usage ou celui de leur famille.

9. Émirats arabes unis et Dubaï

©mediafin

Le plus important atout de Dubaï et des autres émirats, ce sont les zones franches, où les étrangers peuvent détenir des sociétés sans aucune limite.

Dubaï attire de plus en plus d’expatriés qui commencent par établir une société et vont ensuite s’y installer, vu que l’émirat ne lève aucun impôt – qu’il s’agisse d’impôt sur le revenu ou sur les plus-values.

10. Îles Caïmans

©mediafin

C’est sans aucun doute un des paradis fiscaux les plus connus, en particulier pour les patrimoines off-shore.

Ce groupe d’îles dispose d’une zone commerciale spéciale où les titulaires de professions libérales peuvent fonder une société et obtenir ensuite facilement le statut de citoyen. Le taux d’impôt des sociétés et des personnes physiques y est de 0%.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés