Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent
Publicité
Publicité

Dans quels cas un étudiant jobiste ne paie pas d'impôts?

Pour bénéficier du régime fiscal de faveur réservé aux jobistes, l'étudiant qui travaille doit respecter différents plafonds.
©Filip Ysenbaert

En principe, les étudiants qui effectuent un job d'étudiant, que ce soit régulièrement au cours de l'année ou seulement pendant les vacances, ne sont presque pas taxés. Cela signifie que leur salaire brut est quasi équivalent à leur salaire net.

De fait, seule une cotisation de solidarité de 2,71% est retenue sur leur salaire (contre 13,07% pour le taux normal). Et aucun précompte professionnel n'est décompté. Mais attention, pour pouvoir bénéficier de ce régime de faveur, l'étudiant doit respecter certaines règles. 

475 heures maximum

Ces avantages ne s'appliquent que pour un maximum de 475 heures par an. Ces heures peuvent être prestées librement pendant l'année (sauf pendant les heures de cours) et auprès de différents employeurs. 

Via Student@work, les étudiants peuvent vérifier à tout moment le nombre d'heures qu'ils peuvent encore prester. Il n'est pas interdit de travailler plus de 475 heures par an, mais à partir de la 476e heure, les étudiants devront s'acquitter des cotisations sociales habituelles, c'est-à-dire 13,07% de leur rémunération brute.

Attention, en 2020, les heures prestées au cours du deuxième trimestre pendant la crise du coronavirus ne seront pas comptabilisées. Cette mesure concerne tous les étudiants jobistes et n’est pas limitée à un secteur en particulier.

50 jours dans l'horeca

Les étudiants qui travaillent dans le secteur de l'horeca ont le choix entre deux systèmes avantageux: le job étudiant et le travail occasionnel dans l'horeca. Ils peuvent travailler dans le cadre des deux systèmes, mais pas simultanément.

7,90 euros/heure
Travail occasionnel dans l'horeca
Dans le cadre du travail occasionnel dans l'horeca, les cotisations sociales ne sont pas calculées sur le salaire réel, mais sur un forfait de 7,90 euros par heure.

Grâce au système de travail occasionnel dans l'horeca, les jeunes peuvent travailler jusqu'à 50 jours par an en bénéficiant de conditions avantageuses. Les cotisations sociales (13,07%) ne sont pas calculées sur le salaire réel, mais sur un forfait, soit 7,90 euros par heure s'ils travaillent moins de 6 heures par jour ou 47,40 euros par jour s'ils travaillent plus.

Ce système est moins flexible que celui du job étudiant puisque dans le cadre du travail occasionnel, les étudiants ne peuvent conclure un contrat que pour maximum deux jours consécutifs. Il n'est donc pas possible de travailler pendant un mois dans un café. Il doit toujours y avoir un jour de congé entre deux journées de travail successives. Chaque jour ouvré compte pour une journée complète, même si l'étudiant n'a travaillé que quelques heures.

A partir du 51e jour de travail, les cotisations sociales sont à nouveau déterminées sur base des indemnités normales applicables.

Via Horeca@work, ils peuvent vérifier à tout moment le nombre de jours qu'ils peuvent encore prester. 

Plafond de revenus

L’étudiant qui travaille doit d'office remplir une déclaration fiscale. Il y indique le montant de ses ressources personnelles (rémunérations de jobs étudiants, pensions alimentaires, précompte professionnel s’il a été déduit, revenus de biens immobiliers, mobiliers ou capitaux, indemnités d’assurance-maladie).

Cela ne signifie pas pour autant qu'il devra payer des impôts! De fait, il ne paiera aucun impôt tant qu’il ne gagne pas plus de 12.700 euros par an. Il s'agit d'un montant brut, après retenue des cotisations sociales.

Par ailleurs, avoir des enfants à charge allège la facture fiscale des parents. D'où l'importance qu'il ne gagne pas "trop" pour être toujours considéré comme "à charge" de ses parents.

Les revenus qu'un jeune tire d'un job d'étudiant ne sont que partiellement considérés comme moyens de subsistance par le fisc: la première tranche de 2.780 euros de ces revenus n'est pas prise en considération. En outre, des frais sont déductibles de ce montant: soit le jeune introduit ses frais réels, soit le fisc applique automatiquement des frais forfaitaires de 20% avec un minimum de 460 euros. 

Concrètement, en supposant que le jeune perçoive uniquement un revenu d’un job d’étudiant, il peut gagner jusqu’à 7.045 euros par an pour rester à la charge d’un parent marié ou cohabitant légal et jusqu’à 8.920 euros par an dans le cas d’un parent isolé ou cohabitant de fait.

Résumé
  • En principe, les étudiants qui effectuent un job d'étudiant ne sont presque pas taxés. Cela signifie que leur salaire brut est quasi équivalent à leur salaire net. Seule une cotisation de solidarité de 2,71% est retenue sur leur salaire et aucun précompte professionnel n'est décompté. 
  • Ces avantages ne s'appliquent que pour un maximum de 475 heures par an. Ces heures peuvent être prestées librement pendant l'année et auprès de différents employeurs.
  • Les étudiants qui travaillent dans le secteur de l'horeca ont le choix entre deux systèmes: le job étudiant et le travail occasionnel dans l'horeca. Dans le 2e cas, les jeunes peuvent travailler jusqu'à 50 jours par an en bénéficiant de conditions avantageuses. 

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés