Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

1.500.000 coopérateurs... conscients des risques?

Ils sont 1,5 à 2 millions à détenir des parts de coopérateurs. La débâcle d’Arco leur a ouvert les yeux. Leur épargne comportait bien des risques. Mais il ne faut pas pour autant mettre toutes les parts de coopérateurs dans le même panier qu’Arco!
Francine Swiggers (Arco)

L’auditeur du Conseil d’État a indiqué récemment que la garantie de l’État fédéral accordée à près de 800.000 coopérateurs d’Arco était illégale sur plusieurs points. Il a donc conseillé d’annuler les arrêts royaux en question. Nous n’y sommes toutefois pas encore. Le ministre des Finances, Steven Vanackere, a en effet déclaré qu’il entendait appliquer la loi. Il n’empêche, le risque existe pour les associés d’Arco de ne plus revoir leurs sous.

La débâcle a également suscité des questions chez les associés d’autres sociétés coopératives. La Belgique compte en effet pas moins de 26.000 coopératives, dont quelque 500 sont agréées par le Conseil national de la Coopération. Cette agréation est nécessaire notamment pour bénéficier de l’avantage fiscal sur les dividendes. On n’a pas de chiffres précis sur le nombre d’associés, mais les estimations sont de l’ordre de 1,5 à 2 millions.

Les sociétés les plus connues sont celles qui ont un bras financier comme Arco (Dexia), Cera (KBC), Argen-Co (Argenta) et Lanbokas (Crédit Agricole). Ces dernières années, nous avons aussi vu de plus en plus de coopérateurs dans le secteur des énergies alternatives et du microcrédit. Ecopower, Eco-force, Limburg Wind, Alterfin et Incofin, par exemple. Les fiches dans le tableau ci-dessous ne concernent qu’un échantillon des coopératives les plus importantes du point de vue de l’épargnant ou de l’investisseur.

Cliquez sur l'image pour agrandir. Lien étroit

Cliquez sur l'image pour agrandir.

Lien étroit

Le statut d’une coopérative est bâti sur une relation à long terme avec l’associé. Il y a donc généralement un lien étroit avec la coopérative. Le plus souvent, ce sont des clients (par exemple dans les coopératives bancaires) ou des fournisseurs (par exemple dans des coopératives horticoles ou laitières) qui deviennent associés.

La relation à long terme est aussi facilitée par le fait qu’on ne peut pas vendre ses parts à n’importe quel moment de l’année. Pour la plupart des sociétés (agréées), ce n’est possible qu’au cours des six premiers mois de l’exercice comptable. C’est une différence importante avec les actions cotées que vous pouvez vendre à chaque seconde.

Avantage fiscal et avantages spécifiques

Conséquence: la valeur d’une part de coopérateur ne change pas de minute en minute. Elle conserve toujours la même valeur nominale. Celui qui vend ne pourra jamais le faire qu’à cette valeur, sans plus-value.

6%
Chaque année, les coopératives agréées peuvent distribuer au maximum un dividende de 6%.

L’attrait de ces parts, c’est le dividende. Chaque année, les coopératives agréées peuvent distribuer au maximum un dividende de 6%. Un dividende qui en outre est exonéré de précompte mobilier jusqu’à 180 euros (revenus de 2012). Les fonds de développement agréés comme Alterfin donnent en plus droit à une réduction d’impôt. Celle-ci est égale à 5% des versements que vous avez effectués au cours de l’année (avec un maximum de 375 euros).

À côté du dividende, les parts de coopérateurs donnent des avantages spécifiques aux membres, comme des ristournes sur des produits ou services. Souvent, ces avantages sont même la principale motivation à devenir coopérateur. Au Crédit Agricole, les avantages consistent entre autres dans un compte à vue gratuit et un taux plus intéressant pour l’assurance habitation. Les associés doivent cependant verser 30 euros chaque année dans le développement et la gestion du panier d’avantages. Dans le passé, les parts Arcopar donnaient aussi parfois droit à une réduction sur l’emprunt hypothécaire. Chez Eco-force, des actions sont organisées lors de l’achat de panneaux solaires et les associés d’Ecopower peuvent conclure un contrat d’électricité à un prix fixe.

Risques

Les avantages ne doivent cependant pas aveugler les épargnants sur les risques auxquels leur épargne est exposée. Les parts de coopérateurs semblent être un monde idéal où la valeur ne baisse pas car elles distribuent souvent un dividende élevé et parce qu’il y a de nombreux avantages pour les membres. Mais le monde idéal n’existe pas, nous a appris Arco.

Une part de coopérateur, c’est un certificat de propriété d’une entreprise. Si cette entreprise fait faillite, vous courez le risque, tout comme pour une action cotée en Bourse, de perdre (une partie de) votre capital. De plus les dividendes de 6% sont un maximum. La société peut décider de ne pas distribuer de dividende pendant plusieurs années, comme ce fut le cas chez Cera l’an dernier.

Pour évaluer le risque de votre part de coopérateur, il est donc conseillé, tout comme pour les actions cotées en bourse, de savoir dans quoi vous investissez. Une bonne lecture du prospectus peut à coup sûr y contribuer et s’avère même nécessaire.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés