Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

4 stratégies pour l'investisseur hésitant

La peur d'une rechute de l'économie crée la confusion. Comment pouvez-vous gérer cette incertitude? William De Vijlder, stratégiste de BNP Paribas Investment Partners vous répond.

(mon argent) – La peur d’un " double dip ", une deuxième récession à court terme, refait surface dans les conversations. " Que les choses soient claires: une reprise si faible que le chômage et les surcapacités augmentent au lieu de baisser n’est pas vraiment une reprise. Si nous n’avons qu’une croissance de 1,5 pour cent, nous aurons le double dip au sens plein du terme ", a déclaré l’économiste américain Paul Krugman au New York Times. Son collègue Nouriel Roubini estime, lui aussi, qu’un " double dip sera difficile à éviter ".

William De Vijlder, stratégiste de BNP Paribas Investment Partners, nuance ces messages de mauvais augure. Selon lui, chaque phase de ralentissement aux États-Unis s’accompagne de la crainte d’un double dip. Et pourtant, ajoute-t-il, ils sont très rares en réalité. Le retour de ce scénario à l’avant-scène tient surtout à l’accumulation des perspectives peu réjouissantes. Il est clair que les ondes de choc de la " Grande récession " sont encore perceptibles.

Que l’on songe simplement aux problèmes de l’immobilier US et au nettoyage des bilans des banques. " Parce que les pays en croissance poursuivent leur marche en avant, avec un certain ralentissement d’ailleurs, commente William De Vijlder, et parce que tous les pays ne mettront pas le pied sur le frein en même temps, les ondes négatives sont écrêtées, ce qui permet d’éviter la rechute. "

Des opportunités pour les investisseurs

Soumis à des signaux en sens très divers, l’investisseur éprouve quelque difficulté à préciser sa stratégie. Pourtant, s’il cherche à faire front à la volatilité élevée des marchés des actions, plusieurs pistes s’ouvrent à lui. William De Vijlder nous les cite:

  1. " Raccourcir l’horizon de placement et davantage jouer sur les mouvements à court terme. Les ordres stop loss jouent un grand rôle dans ces stratégies de momentum ".

  2. " Allonger l’horizon de placement en choisissant des types d’investissement intrinsèquement attrayants sur la base de la valorisation, avec toutefois l’inconvénient que représente la volatilité à court terme ". 

  3. " Investir partiellement dans des instruments à profil de rendement asymétrique (songeons par exemple aux fonds à rendement absolu, aux fonds à effet de levier et aux fonds à capital – entièrement ou partiellement – garanti) ". 

  4. " Espacer ses achats dans le temps, les ventiler sur plusieurs mois. Dans les conditions de marché actuelles, les investisseurs se tourneront de préférence vers les actions à rendement de dividende élevé émanant d’entreprises aux bilans solides, les obligations d’entreprise à haut rendement (high yield), les  fonds obligataires des pays émergents qui investissent en devises locales et les actions des pays en croissance. " 

" Raccourcir l’horizon de placement et davantage jouer sur les mouvements à court terme. Les ordres stop loss jouent un grand rôle dans ces stratégies de momentum ".

" Allonger l’horizon de placement en choisissant des types d’investissement intrinsèquement attrayants sur la base de la valorisation, avec toutefois l’inconvénient que représente la volatilité à court terme ". 

" Investir partiellement dans des instruments à profil de rendement asymétrique (songeons par exemple aux fonds à rendement absolu, aux fonds à effet de levier et aux fonds à capital – entièrement ou partiellement – garanti) ". 

" Espacer ses achats dans le temps, les ventiler sur plusieurs mois. Dans les conditions de marché actuelles, les investisseurs se tourneront de préférence vers les actions à rendement de dividende élevé émanant d’entreprises aux bilans solides, les obligations d’entreprise à haut rendement (high yield), les  fonds obligataires des pays émergents qui investissent en devises locales et les actions des pays en croissance. " 

Y a-t-il un abri sûr ?

La quête d’un abri sûr est typique d’un climat boursier où dominent l’incertitude et la peur d’un danger imminent. Pour William De Vijlder, il n’existe qu’un abri sûr en toutes circonstances: les titres à court terme en euros de bons débiteurs. " Ils tiennent le coup dans les circonstances les plus diverses avec l’inconvénient, bien sûr, que le rendement est limité. De par sa nature même, cette politique de mise à l’abri implique que l’on cherche à préserver son capital et non à obtenir un rendement. D’autres placements peuvent être sûrs dans certaines circonstances, mais pas dans d’autres. Par exemple, les obligations d’Etat à long terme, le dollar ou l’or. "

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés