Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent
Publicité
Publicité

Changement de coupon, changement d'obligation?

La faiblesse actuelle des taux à long terme incite les entreprises à refinancer leurs dettes. Que faire si, vous détenez ce type d’obligations et si vous recevez une offre d’échange?

(mon argent) – Les supermarchés Delhaize lancent une opération d’échange d’obligations pour "boulonner"  à long terme les taux d’intérêts actuels. Delhaize va échanger des obligations avec un coupon de 9% (échéance 2031) et 8,05% (échéance 2027) contre des nouveaux titres avec un coupon de 5,70% avec une durée de validité prolongée jusqu'en 2040. La chaîne de supermarchés veut ainsi stabiliser sur le long terme les faibles taux d’intérêts actuels.

L’offre d’échange est privée et soumise à conditions. C’est ainsi que Delhaize doit se voir proposer un nombre suffisant de titres, correspondant à l’émission de nouvelles obligations pour un minimum de 375 millions de dollars (295 millions d’euros). Pour persuader les détenteurs d’obligations, Delhaize va devoir offrir une prime solide.

Senior

Mais que faire si vous êtes confronté à ce qu’on appelle une "offre d’échange"? Il est essentiel de savoir si votre obligation est du type "senior". Une obligation senior signifie que l’émetteur s’engage à toujours rembourser l’obligation à la date convenue. Dans ce cas, une "offre d’échange" reste libre. Si vous n’y répondez pas, votre obligation conserve ses caractéristiques originales. Les émetteurs continueront à payer le coupon et le capital sera remboursé à la date convenue.

Toutefois, vous pouvez aussi décider de répondre à l’offre. Par rapport à l’obligation originale, la valeur du coupon sera diminuée en échange d’une validité plus longue. Pour susciter l’intérêt, les émetteurs proposeront un coupon supérieur à celui d’une obligation comparable disponible sur le marché. Une prime est donc liée à l’offre d’échange. Si vous acceptez l’offre, le changement sera répercuté sur le coupon suivant.

Tendance           

Selon Alexander Goldwasser de la société de Bourse Goldwasser Exchange, plusieurs entreprises ont lancé une offre d’échange ces derniers mois. "Rallye et Veolia sont quelques exemples récents, précise-t-il, mais il y a de fortes chances que d'autres suivront dans les prochains mois". Kristof Wauters de BNP Paribas Fortis s’attend, lui aussi, à une hausse du nombre des offres d’échange. "Avec la faiblesse des taux actuels, commente-t-il, convertir des dettes à court terme en long terme entre dans une stricte logique économique".

Les investisseurs en obligations qui demandent d’ailleurs à être informés d’une éventuelle offre d’échange n’ont pas à craindre de passer à côté. "C’est le courtier lui-même qui doit informer ses clients d’une offre", confirme Alexander Goldwasser.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés