Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Comment choisir son fonds mixte?

À cause des taux bas, de plus en plus d’investisseurs se tournent vers les fonds mixtes, une alternative pour ceux qui sont prêts à prendre un peu plus de risques, sans pour autant jouer à fond les actions.
©ISTOCK

La vente des fonds mixtes a retrouvé des couleurs. Les chiffres publiés cette semaine par la fédération des fonds européens (Efama), montrent que la vente nette de fonds mixtes a atteint 18 milliards d’euros en juin dernier, laissant loin derrière les fonds d’actions et d’obligations. Les ventes nettes représentent le total des montants investis dans les fonds, moins l’argent retiré par les clients.

Les fonds mixtes investissent à la fois en actions et en obligations. Ils sont en principe répartis en deux catégories: on trouve tout d’abord les fonds mixtes "classiques", qui investissent un pourcentage fixe en actions. Dans ce groupe, on trouve trois types de fonds: les fonds défensifs, qui n’investissent pas plus de 35% en actions, les fonds neutres qui investissent environ 50% en actions, et les fonds dynamiques, avec plus de 65% investis en actions.

L’autre catégorie comprend les fonds flexibles, dont le pourcentage investi en actions peut fluctuer librement entre 0 et 100%. Les gestionnaires adaptent leur exposition aux risques et leurs attentes en fonction du marché.

Avantages

Avantages

L’avantage des fonds mixtes, c’est qu’ils sont moins risqués que les fonds d’actions, tout en permettant de profiter des hausses boursières. Pour les investisseurs qui craignent de rater le train boursier, mais qui sont angoissés à l’idée d’une correction boursière, ces fonds sont une bonne alternative. Grâce aux investissements en obligations et dans d’autres instruments financiers, les corrections boursières sont quelque peu amorties. Le revers de la médaille, c’est qu’ils ne permettent pas de profiter à fond des hausses des cours.

Les fonds mixtes ont un autre atout de taille: ils constituent notamment un investissement idéal pour ceux qui disposent d’un montant limité, mais qui souhaitent malgré tout se familiariser avec les marchés financiers. 100 euros suffisent déjà pour investir dans un fonds mixte. Avec ce modeste montant, vous disposez d’un investissement bien diversifié dans des dizaines d’actions et obligations.

Mais cela ne signifie pas pour autant que ces fonds ne comportent aucun risque. Lors de la crise boursière de 2008, les fonds mixtes ont en moyenne perdu plus de 20%. C’est pourquoi il est important de s’en tenir à certaines règles de base lors du choix du fonds.

Règles de base

Tout d’abord, il est capital de connaître la part que le fonds investira en actions. Dans le prospectus ou les "Informations clés pour l’investisseur" — qui doivent obligatoirement être mis à la disposition des investisseurs — la politique d’investissement suivie par le fonds est normalement indiquée. La répartition géographique est également un critère important. Certains fonds mixtes se concentrent sur une seule région, tandis que d’autres investissent partout dans le monde. Plus un fonds est diversifié, moins il est risqué.

Un deuxième point d’attention, c’est la manière dont le gestionnaire constitue son fonds. De nombreux fonds mixtes s’inspirent des indices de référence et s’en éloignent donc très peu. Dans la pratique, ils investissent par exemple la moitié du fonds selon les composantes d’un indice boursier, et l’autre moitié selon un indice obligataire. Ces fonds indiciels masqués ne valent pas la peine qu’on s’y intéresse. Il vaut mieux dans ce cas acheter des fonds indiciels cotés qui suivent ces deux indices.

Feu clignotant

Il est très difficile de repérer de tels fonds parmi les autres. À cause du grand nombre d’indices de référence, il n’est pas simple de savoir si vous avez affaire à un fonds indiciel masqué. Une façon rapide de se faire une idée, c’est de comparer les dix principales participations du fonds avec l’indice de référence. Si vous retrouvez les mêmes noms dans le fonds, il vaudra mieux l’éviter. Si le fonds dispose d’un historique de cours suffisamment long, vous pourrez aussi, sur base de ses prestations passées, savoir si le rendement du fonds correspond à celui de la moyenne du secteur.

Comme pour tous les fonds d’investissement, les coûts sont un autre élément à prendre en compte. Renseignez-vous sur les droits d’entrée et sur les frais annuels récurrents. Ces frais courants, qui sont mentionnés dans les informations clés, sont exprimés en pourcentage annuel. Plus les frais sont élevés, mieux le fonds doit prester pour dépasser la moyenne.

On trouve plus de mille fonds mixtes sur le marché belge. Ils représentent ensemble près de 18 milliards d’euros d’investissements. Ce chiffre ne comprend pas les fonds d’épargne-pension. Ces fonds fiscalement avantageux sont, tout comme les fonds mixtes, un mélange d’actions et d’obligations.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés