Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent
Publicité

Comment Soros a bâti sa réputation

Ainsi donc, George Soros tire sa révérence à 81 ans... L’investisseur hors pair qu’il a été ces 50 dernières années prend sa retraite. Comment a-t-il bâti sa réputation?
Publicité

(mon argent) - George Soros... L’homme qui a mis à genou la Banque d’Angleterre est considéré comme l’un des plus grands investisseurs de l’histoire. Avoir obligé dans les années 90’ cette institution à retirer la livre sterling du système monétaire européen – pour ensuite la dévaluer – est le plus haut fait d’arme de la carrière de ce spéculateur.

Un milliard et des poussières sur la livre

Gain au passage pour George Soros: plus d’un milliard de dollars à l’époque, d’après la presse britannique. L’homme qui a fondé le Soros Fund (rebaptisé Quantum Fund depuis lors, mais sous management du Soros Fund Mangement LLC) avec Jim Rogers dans les années 70 est cependant très avare en informations sur les investissements réalisés et sur les returns affichés sur les actions sélectionnées. Contrairement à Warren Buffett, autre star de la finance, le portefeuille de George Soros varie sans cesse et n’est manifestement pas toujours basé sur une approche fondamentale des résultats et perspectives bénéficiaires des sociétés dans lesquelles il investit. Le trading est intensif. L’investisseur profite également du côté émotionnel, irrationnel, de nombreux investisseurs. Le nombre d’actions en portefeuille est impressionnant: près de 700 en portefeuille, pas moins. Rien que pour cette année, plus de 220 actions sont venues garnir son portefeuille. Berkshire Hathaway, le véhicule d’investissement de Buffett, en compte à peine 40…

Quelques coups juteux

Si les informations sont très rares sur le timing d’achat et de vente des actions en portefeuille, le track-record du fonds de l’investisseur d’origine hongroise est impressionnant: plus de 20% par an entre 1969 et 2010. Ici et là, quelques informations filtrent sur ses choix, cependant. On sait par exemple que durant les années 2000, comme son compère Jim Rogers, l’homme a fait confiance à l’or. Lorsque le métal noble a dépassé le cap des 1.500 dollars en début d’année, le spéculateur fait une sortie remarquée en affirmant qu’il n’y croit plus, et qu’il se désinvestit de l’ensemble de ses positions. Les gains empochés sont vraisemblablement colossaux mais les opérations multiples sur les actifs dérivés de l’or où le gourou avait pris position empêchent de le cerner précisément. Les matières premières (or, pétrole, palladium par exemples), les actifs dérivés de l’immobilier et des financières, ainsi que les devises (dollar en tête) ont globalement marqué la gestion (très active) du portefeuille de Soros ces dernières années, dont la valeur a atteint plus de 26 milliards de dollars. Même la crise des subprimes de 2007 semble lui avoir profité. Là où les hedge funds ont perdu 20% en moyenne en 2008, le fonds de Soros sort la tête haute cette année-là avec un return annuel de 8%.

Et maintenant?

George Soros, s’il est devenu l’un des philanthropes les plus généreux de la planète, a manifestement le tour pour faire fructifier ses investissements. Son aura est telle que l’apparition de son nom dans le cadre d’une entrée en Bourse en Chine – pays dans lequel il croit/investit énormément – ou  de l’achat d’un fabricant de pierres aux Maroc suffit à doper les cours de Bourse. En tirant sa révérence, sûr que certains mouvements de cours seront moins aigus. Le fonds va retourner "à la famille" après avoir remboursé les avoirs (bien capitalisés) aux investisseurs extérieurs. Pour la route, un dernier aperçu de son portefeuille: il fait la part belle aux valeurs industrielles et de soins de santé. Mais les investisseurs n’en sauront pas plus sur les mouvements actuels. Soros s’en va. Ses secrets sont et resteront bien gardés.

3 citations de George Soros

"Avoir raison ou tort importe peu, ce qui compte c’est combien d’argent vous gagnez lorsque vous avez raison, et combien d’argent vous perdez lorsque vous avez tort"

"Je me fie principalement à mes instincts animaliers"

"Lorsqu’il s’agit de suivre les règles, chacun s’efforce de les appliquer du mieux qu’il peut, sans se préoccuper des conséquences sociales. Mais lorsqu’il s’agit d’élaborer les règles, on devrait se préoccuper des conséquences sociales et non de ses propres intérêts"

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés