Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Evitez la surchauffe de vos actions en été

Si l'on peut s'inspirer du passé, trois très mauvais mois boursiers s'annoncent avec juillet, août et septembre. Le troisième trimestre est de loin le pire de l'année en Bourse. Mais quelle stratégie adopter pour protéger votre portefeuille d'un krach en plein été?

(mon argent) - Depuis sa création en 1991, l'indice Bel20-return a enregistré un rendement moyen de -1,1% en juillet, août et septembre. Une performance nettement inférieure aux rendements positifs obtenus au cours des trois autres trimestres. Ainsi un investissement dans le baromètre belge rapporte-t-il en moyenne 4% au quatrième trimestre.

Au cours des dix-neuf dernières années, la Bourse de Bruxelles a été particulièrement peu performante à neuf repriss au cours du troisième trimestre. Le contraire ne s’est produit qu'en 2004, 2005 et 2009, années lors desquelles l'indice Bel20 a enregistré son rendement le plus élevé en été. L'an dernier a été exceptionnel, avec un gain trimestriel de 22,5%.

Le summer blues ne se limite pas à Bruxelles. Selon une étude de l'agence de notation Standard & Poor’s, le S&P 500, le plus grand indice américain, a enregistré un rendement moyen de 0,5% au troisième trimestre depuis 1945. Pour les premier, deuxième et quatrième trimestres, les rendements moyens s'élèvent respectivement à 1,9%, 2,2% et 3,6%.

Difficile d'isoler une raison spécifique à cette tendance. Même si on peut imaginer plusieurs causes. La plus évidente est que l’été, les investisseurs s’occupent davantage de leurs projets de vacances que de leur portefeuille. Cette idée est étayée par les volumes de transactions, inférieurs l'été.

Stratégie

On remarque pourtant que certaines actions sont beaucoup plus souvent confrontées à de mauvais étés que d'autres. Ainsi les entreprises sensibles à la conjoncture semblent-elles particulièrement souffrir du summer blues, alors que les actions plus défensives résistent mieux. Stratégiquement, il serait donc intéressant de profiter de l'été pour augmenter le poids des actions défensives.

Une autre stratégie consisterait à délaisser tout simplement les marchés pendant l'été, pour  n’y revenir qu’en octobre. Nous avons fait l'exercice pour l'indice Bel20 return. Ces dix-neuf dernières années, les investisseurs qui ont systématiquement vendu leurs actions le 30 juillet pour les racheter le 1er octobre ont obtenu un rendement annuel moyen de 11,8%. Ceux qui ont conservé leurs actions toute l'année ont enregistré un rendement annuel moyen de 10,9%.

Indépendamment des frais de transaction, le calcul démontre qu'il est bel et bien profitable de remodeler son portefeuille l’été. Cependant, les investisseurs doivent avoir conscience que cette tendance ne se dessine que sur le long terme. Seuls ceux qui appliquent systématiquement cette stratégie pendant plusieurs années en tirent un avantage. Ceux qui pensent que cette tendance estivale se manifeste chaque année pourraient bien se prendre les pieds dans le tapis. L’analyse de l’été 2009, marqué par un fort rebond boursier, démontre que les marchés d’actions ne reposent pas sur une science exacte.

 

Samedi 03/07, gratuit avec L'Echo

Ne "grillez" pas vos actions cet été

Quelles sont les pires et les meilleures actions d'été?

Par ailleurs:

  • 5 questions à Gino Delaere: "Profiter d'une correction pour acheter de l'or"
  • Succesion: "L'ex" peut-elle prétendre à une part d'héritage?
  • Investir: Du pétrole en portefeuille: oui mais ...
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés