Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Holding Communal: les 10 communes les plus touchées

Les jours à venir seront cruciaux pour le Holding Communal. Sera-ce la faillite ou la liquidation accompagnée? Une chose est sûre, certaines communes seront plus touchées que d’autres. Voici les principales victimes.
©Photo News

Même si le Holding Communal (HC) a été créé en 1996, ses racines sont nettement plus anciennes. Du temps où Dexia Banque Belgique s’appelait encore Crédit Communal, les communes et les pouvoirs locaux ont reçu des actions du Crédit Communal au prorata des emprunts souscrits. En 1996, le Crédit Communal s’est transformé en Dexia Belgique et l’actionnariat des communes a été intégré dans le HC.

Ces dix dernières années, conséquence de l’entrée en Bourse de Dexia, de la reprise de Dexia France par Dexia Belgique et de l’augmentation de capital en 2000, la participation du HC dans Dexia est retombée aux 14,1% actuels. Ajoutons que ces dernières années, le HC a diversifié ses activités. Même si la participation dans Dexia reste, et de loin, l’actif le plus important, le holding a notamment pris des participations dans l’immobilier (Cofinimmo, Montea…) et l’énergie (Enfinity…).

Le problème est que le HC a toujours financé ces nouvelles participations par l’emprunt. Le raisonnement était que ces emprunts coûteraient moins cher que ce que rapporteraient les placements. Ces derniers temps, cela n’a plus été le cas. L’emprunt supplémentaire de 500 millions d’euros que le HC a conclu en 2008 pour participer à l’augmentation de capital de Dexia a fait grimper son endettement à 1,6 milliard d’euros.

Endettement important

À des dettes en hausse s’opposent des recettes en baisse. Deux conséquences: d’une part, la principale source de revenus – le dividende de Dexia, – s’est asséchée. D’autre part, en raison de la baisse du cours de l’action Dexia, les garanties que le Holding pouvait fournir à ses créanciers ont progressivement perdu en valeur. Le Holding a alors été contraint de se tourner vers les régions pour ces garanties. Elles s’élèvent actuellement à 450 millions d’euros. Dans les comptes du Holding Communal, les actions de Dexia sont valorisées à 8,25 euros, alors que le cours actuel n’est que de 0,6 euro.

Endettement: 1,6 milliard d’euros; actifs:700 millions d’euros. Une solution doit donc être trouvée pour combler la différence, soit 900 millions d’euros de dettes. Actuellement, on semble se diriger vers une liquidation accompagnée. S’il faut en croire Kris Peeters, les communes ne devraient pas être mises à contribution pour apurer le reliquat de dettes. Elle n’en subiront pas moins les retombées de la disparition du Holding.

Conséquences

La principale conséquence est en effet que les communes devront se passer des dividendes du HC. En 2008, avant la crise financière, les communes flamandes ont reçu, à elles seules, 52 millions d’euros de dividendes. À cela s’ajoute encore le dividende de 13% promis aux communes qui, en 2009, ont participé à l’augmentation de capital du HC. Ce dividende disparaîtra également. En fin de compte, les communes n’auront reçu qu’une tranche de 13% en 2010. L’évaporation de ces dividendes représente une importante moins-value pour les budgets communaux. Voici les 10 communes qui possèdent le plus grand nombre d’actions du HC par habitant.

La deuxième conséquence est que les communes risquent de perdre toute leur participation dans le HC. Ceci n’a pas de conséquences budgétaires, hormis le fait que les communes devront enregistrer des pertes comptables. Par ailleurs, les communes qui ont participé, en 2009, à l’augmentation de capital auront eu pour seule récupération un dividende unique de 13%. Voici les communes qui, par habitant, ont le plus souscrit à l’augmentation de capital de 2009. Premier constat, cette liste est pratiquement identique à la précédente. Ce n’est pas un hasard: de nombreux administrateurs du HC sont également bourgmestre ou conseiller de ces communes.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés