Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent
Publicité

METHODOLOGIE DU GUIDE DES ACTIONS 2012

Vous arrive-t-il de sourciller à la lecture de l’un ou l’autre terme financier utilisé par les investisseurs avertis dans ce Guide des actions 2012? Pour vous faciliter la lecture et la compréhension des fiches, voici un dictionnaire abrégé des termes les plus couramment utilisés.
Publicité
DONNÉES DE COURS

1. code ISIN: ISIN est l’acronyme de "Interna­tional Securities Identification Number". Il s’agit du code international unique de l’action. Ce code facilite les ordres passés à un intermédiaire financier.

Exercice: se termine le 31/12/2011 sauf autre spécification (e) : attendu par L’Investisseur

2. Cours: cours des actions au 31/12/2011.

3. Volume quotidien moyen: donne le nombre d’actions échangées en moyenne par  séance au cours des 12 derniers mois. C’est  une bonne indication de la liquidité de l’action.

Plus haut: cours de l’action le plus haut atteint ces 12 derniers mois.

Plus bas: cours de l’action le plus bas atteint ces 12 derniers mois.

Return: indique ce qu’a rapporté le cours de l’action au cours des 12 derniers mois. 

Bêta: mesure le risque de marché de l’action. Les actions ayant un bêta < 1 fluctuent moins que le marché dans son ensemble et sont donc moins risquées. Les actions au bêta >1 fluctuent davantage que le marché et sont donc plus risquées. Attention: le bêta se calcule sur la base des données du passé et ne constitue donc pas une garantie pour l’avenir.

Capitalisation boursière: le nombre d’actions émises multiplié par le cours de Bourse. La  capitalisation boursière constitue généralement un important critère pour une intégration éventuelle dans un fonds de placement ou un indice. Les sociétés qui présentent une petite capitalisation boursière ne sont souvent pas reprises dans les sélections des investisseurs institutionnels.

Free float: pourcentage d’actions librement échangeables aux mains du public, encore appelé flottant. Plus le flottant est élevé, plus une action est liquide.  Une société présentant un free float élevé peut être considérée comme une proie d’achat potentielle compte tenu du manque d’actionnaires de référence.

4. Activités: reflète la spécialisation de la société. Les activités peuvent jouer un rôle crucial dans la valorisation de l’action. Si les activités sont très cycliques (chimie et acier), les résultats  fluctueront en fonction de la conjoncture. En revanche, si les activités sont moins cycliques (alimentation et boissons), les résultats seront moins influencés par la conjoncture.

COMPTE DE RÉSULTATS

5. Chiffre d’affaires: revenus globaux générés par la vente de produits & services d’une entreprise durant une période donnée (trimestre, semestre).   

(R)ebitda:  "(Recurrent) Earnings Before Interest, Taxes, Depreciation and Amortization" ou cash-flow opérationnel courant. Pour les sociétés industrielles surtout, les amortissements peuvent plomber le bénéfice. Aussi, sonder uniquement le bénéfice opérationnel ne suffit pas. 

Bénéfice net: c’est la dernière ligne du compte de résultats. C’est la somme du résultat opérationnel + résultat financier + éventuel résultat exceptionnel, diminué des impôts.

6. Bénéfice net par action: le bénéfice net absolu ne nous informe pas vraiment, en fin de compte, sur la qualité du résultat. Pour pouvoir mettre en opposition le bénéfice net et le cours de l’action, le bénéfice est divisé par le nombre (moyen) d’actions sur l’exercice.

Dividende brut par action: c’est l’assemblée générale qui décide comment allouer le bénéfice net. Une partie du résultat est généralement reversée à l’actionnaire sous forme d’un dividende brut. L’investisseur particulier est avant tout intéressé par ce qu’il percevra en net, c’est-à-dire après  retenue du précompte mobilier (25% ou 21% si strips VVPR). Les dividendes peuvent peser lourd dans le return à plus long terme.

(R)EBITDA par action: comme pour le calcul du bénéfice par action, il importe de connaître aussi le cash-flow d’exploitation (récurrent) par action.  Le cash flow par action est obtenu en divisant leash-flow absolu par le nombre (moyen) d’actions sur l’année.

7. Valeur comptable par action: s’obtient en divisant les fonds propres, tels que mentionnés  au passif du bilan, par le nombre d’actions. C’est en quelque sorte un prix minimum pour l’action dans l’hypothèse où la société n’accuse aucune perte. La valeur comptable est alimentée chaque année par les bénéfices non distribués aux actionnaires. Si la société accuse une perte, sa valeur comptable diminuera d’autant.

Cours/bénéfice (C/B): c’est le ratio le plus utilisé pour valoriser une action. Ce ratio reflète le rapport entre le cours de l’action et le bénéfice par action. Plus le rapport cours/bénéfice est élevé, plus l’action est donc chère. En théorie du moins. Vous devez en effet tenir compte du secteur dans lequel la société est active et de la croissance affichée par la société. Cette croissance détermine dans une large mesure l’évolution future du bénéfice. 

Marge bénéficiaire: il s’agit du résultat opérationnel (récurrent) comparé au chiffre d’affaires. Nous obtenons le résultat opérationnel en déduisant du chiffre d’affaires tous les coûts courants (frais de production,  salaires, amortissements, provisions,..). Ce pourcentage constitue une première indication, certes incomplète, de la rentabilité de l’entreprise. Cette marge diffère fortement d’un secteur d’activité à l’autre.

EV/ebitda: rapport entre "l’enterprise value" et le cash-flow opérationnel. "L’enterprise value" est la somme de la capitalisation boursière + dettes financières nettes. "L’enterprise value" reflète le prix à payer par un repreneur potentiel pour la société au cours actuel. Ce rapport indique le nombre d’années nécessaires pour récupérer son investissement. L’EV/ebitda sert surtout à comparer des sociétés d’un même secteur.

Taux d’endettement: en cas de crise du crédit, afficher un bilan sain est essentiel. Le "gearing"  est un des principaux outils des analystes pour ausculter la  santé financière d’une entreprise. Il s’agit du rapport entre les dettes financières nettes et les fonds propres. 

Trésorerie p.a.: trésorerie nette (après dettes) divisé par le nombre d’actions.

8. Investor relations: coordonnées de la personne de contact qui peut vous fournir des informations sur une société.

Assemblée générale: assemblée annuelle des actionnaires, où ceux-ci sont invités à approuver les comptes annuels et le dividende. En tant qu’actionnaire, vous pouvez y participer en déposant au moins une action.

Actionnaires: les principaux actionnaires de référence et leurs parts dans la société.

9. Agenda 2012: calendrier des principaux événements financiers de l’exercice (résultats, distribution du dividende, etc).

10. Points d’attention: événements qui méritent une attention particulière lors du prochain exercice. Par exemple: l’évolution du dollar, les objectifs qui ont été formulés,  la dépendance aux prix des matières premières...

DONNÉES SUPPLÉMENTAIRES POUR…

Les banques

A. Rendement sur fonds propres (ROE): c’est le bénéfice net divisé par le capital en actions. Ce ratio reflète la mesure dans laquelle la banque alloue ses fonds propres efficacement. La crise financière a  entraîné un rendement négatif.

B. Ratio Tier1: rapport entre le capital Tier1 (capital de base) et l’actif pondéré selon le risque de la banque. Lors de l’estimation des actifs, on attribue aux actifs (emprunts d’état, emprunts hypothécaires) un poids en fonction du risque. Ce ratio juge la santé de la banque. Le minimum imposé s’élève à 4% mais souvent, ce ratio oscille entre 8 et 12%.

Les sicafi

La Sicafi est un fonds qui investit dans l’immobilier: bureaux, entrepôts, commerces,  maisons et/ou terrains. Un point typique de la Sicafi est qu’au moins 80% de son résultat opérationnel doit être reversé sous forme de dividende. On entend par résultat opérationnel les revenus locatifs diminués des charges et des impôts. Sur les dividendes versés par une Sicafi, seuls 21% de précompte mobilier sont retenus. 

C. Valeur intrinsèque: les Sicafi doivent annoncer chaque trimestre leur valeur intrinsèque. C’est la valeur  véritable de l’immobilier en portefeuille diminuée des dettes.

D. Sous-évaluation: le cours de la sicafi peut être supérieur ou inférieur à la valeur intrinsèque. Si le cours est supérieur, on parle de sur-évaluation (ou prime). Le cas échéant, vous payez finalement en Bourse plus que ce que le patrimoine immobilier vaut. Si le cours s’échange sous sa valeur d’inventaire, on parle de sous-évaluation (ou décote). Dans ce cas, vous payez moins en Bourse que ce que vaut réellement le bien immeuble.

E. Taux d’occupation: pour les futurs dividendes, il importe de voir si la Sicafi peut maintenir son taux d’occupation à niveau. En cas de diminution de ce ratio, il ne sera pas évident de maintenir le dividende au même niveau.

Les holdings

F. Valeur intrinsèque: somme de la valeur réelle de chaque participation additionnée (ou diminuée) de sa position nette en trésorerie (ou dette nette). 

G. Sous-évaluation: l’ampleur de la décote dépend d’un certain nombre de facteurs comme le climat boursier. Dans un contexte boursier négatif, la décote des holdings augmente généralement. Lorsqu’en revanche le climat boursier est favorable, elle diminue. Parmi les autres facteurs qui déterminent la décote du holding, citons le track-record (évolution de la valeur intrinsèque dans le passé), la politique de communication et les frais opérationnels.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés