Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent
Publicité

Options, turbos, CFD… prudence avec les produits complexes

L’offre de produits complexes se multiplie pour les particuliers belges. La FSMA multiplie les avertissements contre des sociétés non agréées en Belgique, suite aux alertes des particuliers.
Publicité
©vince

Difficile d’échapper à certaines publicités sur comment devenir trader. Derrière ces publicités se cache une offre pour négocier des produits complexes, qui ne s’adressent pas à n’importe quel investisseur. Récemment, la FSMA, l’autorité de régulation du marché financier belge, a reçu de nombreux coups de fil de particuliers alertant de produits comme les Contracts for Difference ou les options binaires. Le régulateur a d’ailleurs publié plusieurs avertissements contre des sociétés qui ne disposent d’aucun agrément à exercer leurs activités en Belgique. Et parmi celles-ci, on retrouve des sociétés proposant du trading sur les options binaires, basées à Chypre.

"Avant, les gens nous alertaient sur des cas de phishing (vol de données bancaires), aujourd’hui, ils nous préviennent sur les CFD et les options binaires, des produits qui n’existaient pas il y a dix ans", relève une porte-parole de la FSMA. Le régulateur publie un avertissement lorsqu’il constate un démarchage auprès des particuliers belges, de sociétés "mentionnant un numéro de téléphone et une adresse email en Belgique, alors qu’elles ne disposent pas d’un agrément". "Sur notre site, nous avons aussi publié une liste des plateformes à éviter, que l’AMF (l’autorité Française des Marchés Financiers) a établie", précise la porte-parole de la FSMA.

Gagner et surtout perdre en 20 minutes

Les sites en question proposent notamment de doubler sa mise en vingt minutes, grâce aux options binaires. Mais il est demandé au particulier de payer avec une carte de crédit ou par le réseau paypal. Difficile, voire impossible de récupérer sa mise initiale.

Saxo Bank, le courtier agréé par la Banque Nationale de Belgique spécialisé dans les produits complexes tels que les CFD, ne propose pas les options binaires, c’est dire… Et la plupart des courtiers en ligne proposent au particulier de créditer un compte de trading via un organisme bancaire agréé en Belgique.

Et malgré leur accessibilité sur internet, les courtiers en ligne agréés en Belgique demandent à leurs futurs clients de remplir des formulaires papier et de les renvoyer avec leur approbation.

CFD, Turbos…

Les courtiers agréés en Belgique proposent des produits complexes comme les CFD et les turbos. Ces produits permettent de parier à court terme sur une hausse ou une baisse d’un actif financier (cours de change euro-dollar, indices boursiers, actions individuelles,…) avec la possibilité de multiplier sa mise de départ parfois jusqu’à 200 fois. Mais ces produits sont aussi assortis de conditions. Dans le cas des turbos, il faut faire attention à la barrière désactivante, qui annule le contrat et peut être atteinte à tout moment pendant les horaires de cotation de l’actif sous-jacent. Dans le cas des CFD, le levier important peut entraîner des gains conséquents, mais des pertes de la même ampleur.

L’autorité européenne des marchés financiers (ESMA) avait aussi prévenu des risques associés aux CFD en 2013. "Les investisseurs particuliers européens doivent être conscients de tous les risques adhérents aux CFD. Ces produits promettent des rendements substantiels à faibles coûts, mais au final, ils peuvent coûter davantage que ce que l’investisseur est prêt à perdre", indiquait le régulateur dans un communiqué. L’ESMA ajoutait que les CFD s’adressent à des investisseurs possédant une expérience extensive du trading dans des conditions de marchés volatils.

Car l’intérêt de ces produits complexes réside dans la faible mise de départ. C’est pourquoi ils séduisent de plus en plus de particuliers. Toutefois, la FSMA ne sait pas chiffrer combien de Belges misent dans ces produits.

Certificats long/short

Récemment, la Bourse de Bruxelles vient de lancer la cotation de deux certificats long/short sur le Bel 20. Société Générale, à l’origine de ce produit, explique que ces certificats ne présentent pas les mêmes caractéristiques que les turbos en matière de barrière désactivante, car ces certificats se traitent comme des actions, avec toutefois la possibilité d’un effet de levier allant jusqu’à 5. La différence réside aussi dans la largesse de la gamme: les certificats se limitent au Bel 20, alors que les turbos et CFD couvrent un plus large choix d’actifs.

Du côté de la FSMA, un porte-parole insiste sur les règles de base à respecter pour les particuliers qui souhaitent se lancer dans ces produits. "Il faut consulter la liste des courtiers autorisés en Belgique, et faire attention aux promesses de gains élevés". Prudence, donc

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés