Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Pourquoi faut-il éviter d'investir pour ses amis?

Vous vous êtes peut-être déjà retrouvé dans cette situation: vous êtes connu auprès de vos amis et connaissances pour vos qualités de boursicoteur et on vous demande régulièrement des conseils d'investissement. Dans quelle mesure est-il opportun de répondre à ces sollicitations?

(mon argent/investopedia) – Malgré les circonstances de marché difficiles, vous êtes parvenu à atteindre un rendement confortable sur votre portefeuille. Vous ne vous en êtes pas vanté, mais des amis et connaissances ont remarqué au fil des conversations que vous aviez une vision pertinente et partant rentable des marchés. Ils aimeraient forcément pouvoir en profiter, eux aussi. Dans un premier temps, ils restent suspendus à vos lèvres, dans l’espoir d’y cueillir quelque conseil judicieux. Puis finalement ils vous demandent de gérer un portefeuille d’investissements en leur nom. Faut-il répondre à ces sollicitations? Ne vous y trompez pas : il y a suffisamment de raisons d’affirmer que ce n’est pas une bonne idée…

Des espoirs déçus

En tant qu’investisseur expérimenté, vous ne connaissez que trop bien cet avertissement : les rendements passés ne constituent aucune garantie pour l’avenir. Votre ami le sait-il aussi? Si vous avez atteint cette année un rendement de 20%, il s’attend peut-être à ce que vous réitériez la performance les prochaines années. Le fait que votre ami vous demande de l’aide indique qu’il n’est pas familiarisé avec la Bourse et partant avec risques qu’elle comporte. La probabilité est dès lors grande que le fait de ne pas atteindre le rendement prévu mette en péril votre amitié.

Assumer la perte

Ne pas atteindre le rendement espéré pourrait bien être le meilleur scénario que votre ami puisse envisager. Et si vous lui faisiez perdre de l’argent? Voir une partie de votre portefeuille partir en fumée, c’est une chose, mais quand il s’agit de l’argent de quelqu’un d’autre, la situation est bien plus complexe encore. Que faites-vous en cas de perte? Vous expliquez simplement la situation à votre ami? Vous l’indemnisez? Inutile de préciser que ce type de discussions peut marquer la fin d’une belle amitié.

Enregistrement officiel

Naturellement, il y a une différence de taille entre d’une part le conseil et d’autre part la gestion active du portefeuille d’un tiers. Dans ce dernier cas en effet, vous intervenez en tant que conseiller en placement ou courtier. Et vous êtes obligé légalement d’être enregistré à ce titre auprès de la CBFA, l’organe de contrôle du secteur.

Le club d’investissement, une alternative

L’inscription à un club d’investissement peut constituer une meilleure alternative pour les épargnants désireux de faire leurs premiers pas en Bourse de manière prudente. Ces associations sont en quelque sorte des groupes d’étude où tous les membres s’échangent leur vision des marchés. Pour les investisseurs moins expérimentés, c’est une bonne manière d’accumuler des connaissances et de tirer profit de celles d’investisseurs plus expérimentés. La majorité des clubs d’investissement gère également un portefeuille commun. Dans la pratique, chaque membre vire un montant fixe mensuel (généralement entre 20 et 60 euros) et les membres décident en concertation la manière dont ce capital est investi.

En principe, tout le monde peut lancer son propre club. “Mieux vaut créer une association de fait reposant sur des statuts”, explique Danny Van Liedekerke de la Fédération flamande des Investisseurs (VFB). “Ces clubs gèrent parfois des capitaux importants. Mieux vaut dès lors prendre des conventions claires des le départ. Quelle somme les membres doivent-ils virer? Auprès de quel organisme l’argent sera-t-il placé? Que se passe-t-il lorsque l’un des membres souhaite quitter le club?”

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés