Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Pourquoi (ne pas) acheter de l'or?

Les records atteints par le cours de l'or, tant à la hausse qu'à la baisse, suscitent tour à tour des sentiments d'espoir et de crainte auprès des investisseurs. L'espoir de pouvoir profiter d'une prochaine hausse et la crainte d'une bulle. Mais que confirment les faits?
©iStock

(mon argent) - Le cours de l'or pulvérise les records. Le sommet est-il bientôt en vue ou le cours du métal précieux pourrait-il encore grimper? Nous avons posé la question à deux spécialistes: Paul Duncombe (Head of Multi-Asset Investment Solutions auprès du gestionnaire de patrimoine Schroders) et Gino Delaere (gestionnaire de fonds chez Econowealth, centre de connaissances économiques articulé autour de Geert Noels).

L’or augmentera parce que…

  • … les mines d’or ne parviennent pas à doper leur production. Parallèlement, la demande est nourrie par les investisseurs individuels en quête d’un placement refuge, les banques centrales occidentales qui ne vendent que peu d’or et les pays émergents (Chine, Inde et Russie) qui étoffent leurs faibles réserves.
  • … les marchés financiers restent encore très instables. Aux États-Unis, la Réserve fédérale a injecté 600 milliards de dollars dans l’économie, dans l’espoir de la remettre sur les rails. Plus près de nous, après la Grèce, c’est l’Irlande qui est criblée de dettes. Les investisseurs recherchent donc des placements sûrs.
  • … la faiblesse des taux est favorable au cours de l’or. L’un des principaux inconvénients de l’or est qu’il n’offre aucune rémunération sous forme d’intérêts. "Cet inconvénient ne tient évidemment plus la route dans un contexte de faiblesse des taux comme celui qui domine actuellement", assure Delaere.
  • … l’or ne peut pas être "créé" comme l’argent papier. De nombreux investisseurs craignent que la valeur de l’argent baisse considérablement dans la mesure où les planches à billet tournent à plein régime. Cette crainte est aiguisée par les signaux indiquant que les taux de change constitueraient une nouvelle arme dans la guerre économique entre l’Occident et les pays émergents. "L’or est presque considéré comme une monnaie. Mais contrairement à l’argent papier, il ne peut être créé dans des quantités illimitées", affirme Duncombe.

L’or refluera parce que…

  • … la spéculation va s’amplifier. "En cas de correction du cours de l’or, les spéculateurs se positionneront plus rapidement.Cela risque d'exercer une pression baissière sur le cours", craint Delaere.
  • … il ne peut pas augmenter éternellement. Cette année, le cours de l’or a déjà progressé de plus de 25% et clôturera très probablement sur une dixième hausse annuelle consécutive. Au vu de ces records, de nombreux investisseurs finissent par se convaincre que le cours de l’or ne peut plus baisser et qu’aucune correction ne peut intervenir. Pour leur donner tort, Delaere rappelle la situation qui a prévalu au cours de la période comprise entre 1974 et 1976: le prix de l’or a baissé de moitié pour exploser quatre ans plus tard.
  • … la demande d’or au titre d’investissement est de plus en plus forte. Si cette demande s’écroule, l’impact sur le prix de l’or sera certainement nettement plus grand.
  • … les carnets de couverture des producteurs aurifères ont été allégés. En période de baisse du cours de l’or, les producteurs vendaient le métal avant même qu’il soit extrait du sol. Comme ils attendaient et que le cours de l’or continuait de faiblir, cela leur faisait perdre de l'argent. Mais depuis que les cours sont à la hausse, les producteurs ont à nouveau allégé ces contrats de couvertures, de sorte qu'ils vendent leur or à des prix davantage en ligne avec la réalité des marchés. Ces dix dernières années, cet élément a soutenu la demande et donc le cours de l’or. Depuis, les principaux producteurs ont neutralisé leurs couvertures, supprimant cet élément de soutien au cours.
Plutôt à la hausse... mais pas d’objectif concret

Delaere comme Duncombe envisagent plutôt une hausse du cours du métal précieux, même s’ils refusent d’avancer un objectif concret. "Suffisamment d’éléments soutiennent la hausse du cours. Le taux devrait rester bas pendant encore au moins un an. Des tensions étreindront encore l’Occident et les pays émergents. Le véritable redressement économique n’est pas à envisager avant 3 à 5 ans, après quoi le cours de l’or refluera", annonce Duncombe. "Évidemment, les cours fluctueront dans l’intervalle, mais l’or n’en a pas moins sa place au sein d’un portefeuille d’investissement diversifié." Un avis que partage Delaere: "Des corrections plus sensibles que les précédentes pourrait survenir, mais elles ne représenteront qu’une nouvelle opportunité d’achat pour les investisseurs dont l’horizon de placement est plus éloigné."

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés