Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent
Publicité
Publicité

Quand faut-il se réjouir pour ses actions?

Les résultats trimestriels publiés ont dépassé les attentes. Mais les investisseurs feraient bien d’envisager la situation économique dans son ensemble avant de se réjouir. Quels sont les facteurs macro-économiques qui influencent la bourse?

(mon argent) - Même si la croissance du bénéfice de l’entreprise est déterminante pour le cours d’une action, les marchés financiers sont, dans leur ensemble, guidés par des critères économiques généraux. Mais il existe à l’heure actuelle tant d’indicateurs macro-économiques que les données fondamentales perdent en visibilité. Les investisseurs ont intérêt à savoir que l’importance d’un critère varie selon la région. En fait, la prospérité d’un pays, exprimée en produit intérieur brut (PIB), repose sur quatre piliers interconnectés. Les voici.

1. Consommation

Un sondage de l’agence de presse Reuters auprès des analystes financiers, gestionnaires de fonds et négociants indique que les chiffres du chômage aux États-Unis constituent l’indicateur économique le plus suivi. Aujourd’hui, l’évolution de la confiance des consommateurs vient en deuxième place. Les chiffres liés à la construction de logements et aux ventes au détail sont, eux aussi, souvent pris en compte.

Il n’y a rien d’étonnant à ce que les investisseurs suivent ces indicateurs de près. Aux États-Unis, la part des consommateurs dans le PIB est de 70%. Il existe peu de pays où cette proportion est si importante. En Belgique et dans la zone euro, le consommateur génère environ la moitié des recettes de sa région.

Il y a donc peu d’améliorations à attendre si les mesures de stimulation de l’économie ont peu d’effet sur la consommation domestique. Ce constat détermine largement l’orientation des marchés financiers des pays développés.

2. Investissements privés

En Chine, les consommateurs interviennent pour à peine un tiers du PIB de la république populaire. Les investissements des entreprises – contribution de 44% – sont le principal moteur de l’économie. Aux États-Unis et dans la zone euro, c’est moitié moins.

Toutefois, les investisseurs ne doivent pas sous-estimer les chiffres liés à la vie des entreprises, comme la production industrielle en Europe et l’indice des responsables d’achats aux États-Unis. Une évolution positive des investissements dans les pays émergents mérite, en raison de leur poids important dans le PIB, davantage d’attention que des indicateurs comparables dans les pays développés.

3. Investissements publics

Crise politique:
un danger pour

votre portefeuille ?

Une des caractéristiques des pays émergents est l’impact relativement réduit des investissements publics. Dans la zone euro, par exemple, un cinquième de l’économie se fonde sur les dépenses des états. Aux Pays-Bas et en Belgique, les pouvoirs publics financent jusqu’à 25% de l’économie domestique. À ce niveau, songeons notamment aux services publics, travaux d’infrastructures et autres emplois de fonctionnaires.

La plupart des théories économiques estiment qu’à court terme, les investissements publics peuvent soutenir la prospérité. Mais nous constatons que de nombreux pays développés, dépensiers depuis des décennies, sont confrontés à un endettement colossal. La crise grecque est là pour rappeler que l’investisseur ne doit pas rester aveugle aux incidences négatives des dettes d’un état.

4. Exportations nettes

Au-delà du stimulant des dépenses publiques, les Etats mènent également des actions monétaires, comme la baisse des taux d’intérêt et la dévaluation de la monnaie. L’objectif est double : stimuler l’exportation et limiter les importations de manière à faire progresser les exportations nettes, soit l’écart entre export et import. Ceci devrait entraîner la croissance de l’économie domestique.

Le problème est que dans la plupart des pays, les exportations nettes représentent moins de 10% du PIB. Même si nous vivons dans une économie globalisée, l’effet en interne des mesures de stimulation des exportations semble réduit.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés