Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Sept conseils pour acheter une action

Choisir une action, c’est comme choisir une nouvelle voiture ou une maison. Cela nécessite au préalable un travail en profondeur pour déterminer celle qui nous convient.
©iStock

(mon argent) - Investir dans les actions exige de bien connaître les marchés mais également de savoir exactement ce que l'on cherche. Pour vous accompagner dans un choix souvent difficile voici sept conseils précieux.

Connaître ses actions.

Tout d’abord, évitez d’acheter une action sur un coup de tête, ou sur les conseils d’un parent, d’un ami boursicoteur, voire de son banquier. Cela ne signifie pas qu’il faut négliger tous les conseils externes. Mais il faut faire au préalable l’effort de comprendre la société dont on va devenir actionnaire, s'informer sur son activité, ses concurrents, sa part de marché, sa sensibilité à la conjoncture économique.

Il faudra lire des rapports d’analystes publiés sur la valeur, et observer comment le marché a réagi aux derniers résultats. C’est une somme de facteurs qui vont permettre de faire le tri. Et une fois l’action achetée, il faudra continuer à s’informer sur le titre, et pas uniquement en regardant l’évolution du cours au jour le jour dans le journal ou sur internet. Une société (et en particulier une grande société) vit au jour le jour. Pour le reste, les critères de décision importants sont: la stabilité de l’entreprise et de sa direction, son endettement, ses perspectives de croissance, sa valorisation par rapport à ses concurrents et les performances historiques.

Valeurs de croissance

"Mon produit est révolutionnaire, et le groupe devrait connaître une croissance à deux chiffres pendant les 10 prochaines années". De nombreuses sociétés "de croissance" ont vu leur cours exploser sur les 20 dernières années sur la base de ce seul argument, pour se dégonfler tout aussi rapidement quelques trimestres plus tard.

Il ne faudra jamais ignorer les signaux de danger (arrivée d’une grande société multinationale en tant que concurrent direct, perte d’un très gros client; etc). Les sociétés de croissance sont par définition très sensibles à de tels changements de cap, et leur place dans le portefeuille devra se limiter à quelques positions à sélectionner prudemment, qu'il ne faudra pas hésiter à vendre au moindre signal inquiétant.

Les IPO, oui mais…

Les valeurs introduites en Bourse réalisent généralement une bonne performance sur leur premier trimestre de cotation. Cela a été confirmé pour les IPO réalisées en Bourse de Bruxelles depuis 5 ans. Par contre, à plus long terme, la performance est souvent beaucoup plus aléatoire.

Si Thrombogenics, Melexis ou EVS ont fait les beaux jours de leurs investisseurs, un grande partie des valeurs introduites en Bourse affichent des performances négatives depuis leur introduction. Les investisseurs qui se sont accrochés à ces titres n'ont jamais retrouvé leur mise initiale. Une fois la lune de miel terminée, nombre de ces petits groupes doivent en effet faire le plus difficile: confirmer les espoirs placés sur eux par les investisseurs. Et nombreux sont ceux qui échouent.

Viser le dividende

Le dividende est revenu à la mode. De nombreuses valeurs du BEL 20 affichent aujourd'hui des rendements supérieurs à 5%, les championnes étant les valeurs télécoms qui peuvent offrir plus de 8%. A titre de diversification, tout bon portefeuille se devra de contenir quelques valeurs à dividende élevé, même si ce sont rarement celles qui affichent une  croissance rapide.

Small is beautiful

Les petites actions ont souvent des perspectives de croissance plus attrayantes que les grandes valeurs de la cote. L’indice BEL20 ne comporte en effet que peu de valeurs de croissance, et les quelques valeurs à potentiel élevé sont très bien suivies par les courtiers internationaux. Des actions comme Thrombogenics, Arseus, Nyrstar, Galapagos, Melexis, EVS, Barco ou D’Ieteren figurent parmi les titres souvent recommandés par les analystes en actions belges.

Eviter trop de positions peu liquides

Si les petites capitalisations ont du bon, il faudra éviter d’en surcharger le portefeuille. La liquidité (capacité de revendre une position en Bourse) est parfois très limitée, et en cas de baisse rapide du marché, il sera parfois difficile de solder certaines positions dans des titres peu liquides sans subir une très forte moins-value.

Ne pas négliger les fonds

Vous avez envie d'être diversifié sur un secteur (biotechnologie) ou une région géographique (Amérique Latine), mais vous n'avez aucune idée de comment faire pour être exposé sur ces actions. Dans ce cas, il ne faut pas hésiter à opter pour les fonds de placement, même si certains appliquent des fais de gestion parfois élevés. De nombreux sites (comme celui de L'Echo) ou palmares annuels vous permettront de sélectionner les fonds les plus performants.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés