Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Voici pourquoi vous prêtez 100 euros à la Grèce...

Les autorités européennes ont débloqué un crédit d’urgence de 30 milliards d’euros pour l’an prochain, afin de combattre la crise de solvabilité de la Grèce. La Belgique en assumerait 1,07 milliard d’euros, ce qui représente un peu plus de 100 euros par habitant.

(mon argent) – Vendredi dernier, le taux sur les obligations d’État grecques s’est hissé en cours de journée à plus de 7,5%, soit plus de 4 points de pourcentage de plus que le taux payé sur les obligations d’État allemandes. La solution proposée ce week-end par l’Union européenne était donc absolument nécessaire pour stopper l’hémorragie et éviter la faillite imminente du pays.

Ce capital de 30 milliards d’euros est un emprunt, ce qui signifie que si la Grèce en fait usage, elle devra le rembourser. Qui plus est, le pays est contraint de payer un intérêt annuel sur cette somme. Ce taux a été fixé ce week-end, après calcul complexe, à environ 5%. Ce lundi matin, force est de constater que cette solution a apaisé les esprits: le taux à long terme grec est revenu à 6,7%.

Impayable

Cet accord n’est pas intervenu sans coup férir. L’Allemagne s’y était notamment fermement opposée. La chancelière allemande Angela Merkel souhaitait en effet que les crédits octroyés à la Grèce ne soient pas assimilés à des taux trop divergents du taux du marché. L’Allemagne craint que d’autres pays de la zone euro demandent une mesure d’aide similaire s’ils étaient confrontés à un problème semblable. Cette crainte s’est d’ailleurs aiguisée ces derniers mois, surtout pour le Portugal et l’Espagne. L’an dernier, c’est l’Irlande qui a été secouée par la crise des crédits.

Taux du marché* (en pourcentage) dans les principaux pays de la zone euro
  • Grèce 6,69
  • Irlande 4,58
  • Portugal 4,34
  • Italie 3,89
  • Espagne 3,87
  • Belgique 3,57
  • Autriche 3,51
  • France 3,46
  • Finlande 3,40
  • Pays-Bas 3,38
  • Allemagne 3,15

* obligations d'Etat à 10 ans, au 12/04/2010

Cela dit, les taux de marché de ces pays sont toujours bien inférieurs au niveau atteint par la Grèce. Après la Grèce, les taux les plus élevés sont pratiqués en Irlande et au Portugal, à respectivement 4,6 et 4,3%. Ces pays ne devraient pas connaître dans l’immédiat de problème de l’envergure de ceux de la Grèce, même si d’éventuels abaissements de rating peuvent encore rapidement changer la donne. Les investisseurs doivent donc faire preuve de vigilance.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés