Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Vos actions peuvent-elles souffrir d'une devise chinoise plus forte?

Le week-end dernier, la Chine annonçait que sa devise, le yuan, n’était plus liée au dollar américain. Une décision lourde de conséquences, notamment sur les marchés financiers. Voici les principales.

(mon argent) - Lorsqu’un pays connaît une croissance économique vigoureuse, cela se traduit normalement par une augmentation importante de la valeur de sa monnaie. Mais une devise plus forte freine les exportations: les produits sont en effet plus chers pour les acheteurs étrangers.

C’est pour cette raison, notamment, que depuis des années, la Chine s’efforce de protéger ses exportations, moteur de l’économie locale. À cette fin, elle échange sa propre monnaie contre des dollars et des bons d'État américains. Des mesures du genre sont prises chaque fois que le cours de change yuan/dollar sort des limites fixées ou fluctue trop rapidement. Résultat: la Chine se retrouve à la tête d’une tirelire de 2.000 milliards de dollars. Jamais sa réserve de changes n'a atteint un niveau aussi élevé.

Une petite concession

Ce week-end, la Chine a donc accepté de mettre fin à la parité entre le yuan et le dollar. La communauté internationale, en particulier les États-Unis, avait déjà insisté dans ce sens à plusieurs reprises. A l'approche du G20 de ce week-end, la Chine a donc voulu faire un geste, ce qui lui évitera sans doute de devoir aborder le sujet au cours des débats à venir entre grandes puissances mondiales. Beijing nuance néanmoins le geste: la dissociation sera très progressive.

Ne nous faisons pas d’illusions. Les transactions évoquées ci-dessus vont se poursuivre: jamais la Chine ne laissera le yuan évoluer trop loin du dollar. Actuellement, le taux recherché est de 6,5 yuans par dollar, avec un écart autorisé de 0,5 pour cent dans les deux sens. Seule concession des autorités chinoises: elles se disent prêtes à adapter quelque peu le cours de change yuan/dollar, sans précisions plus explicites. Cela dit, quand on sait que la sous-évaluation de la devise chinoise est estimée entre 25 et 40% suivant les experts, la fraction de pourcentage concédée fait pâle figure.

Il est clair que la banque centrale chinoise a déjà défini le parcours de sa devise, mais discrétion et patience sont les maîtres mots d’un avenir stable, pour les autorités chinoises. Laisser le cours de change yuan/dollar évoluer librement ferait vaciller la République Populaire de Chine, et toute l'économie mondiale s'en trouverait compromise. Il convient donc de ne pas sous-estimer les conséquences de l’annonce. Cela va aussi atténuer la pression sur le taux d'inflation local, qui a atteint récemment des limites potentiellement dommageables pur l'économie.

À bref délai, il n’y aura pas de changements majeurs, mais à long terme, nous pouvons nous attendre à des évolutions plus profondes.

1. Le consommateur chinois va importer davantage

Une revalorisation du yuan apporte en effet du pouvoir d’achat à la population locale. Cela signifie notamment que les produits étrangers sont moins chers, ce qui favorise la demande dont ils font l'objet. À l’inverse, les consommateurs occidentaux devront payer plus cher les produits chinois. De 3 à 5 pour cent par an, estiment les analystes.

2. Les fabricants chinois vont produire davantage pour le marché intérieur

Un yuan plus fort entrave les exportations. La capacité de production va donc connaître une certaine réorientation. La croissance totale de la plus grande usine du monde va se maintenir pour préserver la prospérité chinoise. La production d’appareils électriques, par exemple, devra donc se tourner de plus en plus vers le marché intérieur. Nous n’avons pas de raison de craindre l’écroulement total de l’économie chinoise. Quant à la capacité concurrentielle internationale des fabricants américains, elle s’améliorera par rapport aux exportateurs chinois.

3. Les Bourses chinoises vont grimper

Les îlots de croissance se caractérisent par une corrélation positive entre la monnaie locale et le marché des actions. Dans le cas qui nous occupe, la revalorisation du yuan résulte d’un renforcement de l'économie réelle. Cela peut aider la Chine à inspirer confiance. Désormais, l’investisseur occidental aura intérêt à miser sur des entreprises locales, comme China Southern Airlines, qui profitent du développement rapide d’un marché intérieur gigantesque. D’autres fournisseurs étrangers (notamment de matières premières) qui tirent leurs revenus de la Chine, comme Nyrstar ou Bekaert, peuvent aussi compter sur des rendements supplémentaires. Les actions des purs exportateurs chinois, en revanche, vont devenir moins intéressantes.

Déjà vu!

Ce n’est pas la première fois que la Chine renonce à lier le yuan au dollar. En juillet 2005, elle annonçait déjà la fin de la parité. Durant les trois années qui ont suivi, la devise chinoise était liée à un panier de monnaies regroupant dollars, euros et yens. Le yuan en a profité pour se renforcer de quelque 20 pour cent par rapport au dollar américain; dans le même temps, la Bourse chinoise gagnait plus de 300%.

Cependant, à partir de 2008, en réaction à la crise économique globale, la Chine a redonné au dollar américain un poids de 100% dans le panier de référence. Cela a permis d’affaiblir le yuan, et de freiner du même coup le recul des exportations chinoises. Il n’est pas exclu que les responsables chinois continuent discrètement de jouer avec la composition du panier de devises de référence, en fonction de l’avantage concurrentiel qu’ils peuvent en retirer.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés