mon argent

Comment faire en sorte que votre jeune aux études soit assuré correctement?

©Photo News

Responsabilité locative, vol, dommages occasionnés à des tiers: comment faire en sorte que votre jeune aux études soit correctement couvert? Y compris s’il fait un Erasmus à l’étranger. Souvent, vos assurances existantes ou leur extension suffisent, à condition que votre enfant reste domicilié chez vous.

Samedi soir, 21h. Panique à Louvain-la-Neuve. Votre fils vous téléphone en stress. Trop absorbé par ses révisions, il a laissé le robinet de la baignoire couler. Son bain a débordé, il y a de l’eau partout et, non seulement elle a abîmé le parquet du studio, mais elle est en plus passée par le plafond dans la pièce d’en dessous. La facture des travaux de remise à neuf risque d’être salée. Et bien sûr, c’est votre fils qui sera tenu pour responsable.

C’est le cas en effet pour des dégâts qui découlent d’une négligence de sa part et, de manière générale, pour tous les dégâts occasionnés à son kot, à l’exception des dégâts provoqués par une cause de force majeure (foudre, inondation)... qu’il faudra encore prouver. Comment veiller dès lors à ce que votre jeune soit correctement couvert?

La responsabilité locative

Si vous avez bien vérifié et, le cas échéant, fait adapter vos contrats d’assurance, la responsabilité locative de votre enfant est couverte par l’assurance habitation qui couvre votre résidence principale, pour autant que votre enfant soit toujours domicilié chez vous. Cette extension, qui vise les kots (un ou plusieurs) mais aussi souvent les logements d’étudiant à l’étranger lors d’un Erasmus (avec parfois certaines restrictions en fonction des pays ou de la durée), est proposée par la majorité des assureurs. À titre d’exemple, elle fait partie du package chez Ethias, AG Insurance, Belfius, ING, etc.

Les dommages au contenu

La plupart des assureurs incluent une couverture pour les dommages occasionnés au contenu en cas d’incendie, de dégât des eaux, etc.. Vérifiez tout de même que le contenu assuré correspond bien au contenu réel de l’habitation.

Le vol

Les kots sont des cibles de choix pour les voleurs, qui font le tour du propriétaire en un rien de temps et peuvent souvent tomber sur un condensé d’objets de valeur: ordinateur portable, tablette, téléphone, console de jeux, bijoux, etc.

Guide Assurances 2018

Quelles assurances sont incontournables et lesquelles sont superflues?

Des assurances pour chaque phase de votre vie.

Le 'Guide Assurances' est paru le 20/10. Abonné à L'Echo? Cliquez ici pour le lire au format PDF.

Si votre assurance habitation prévoit une couverture contre le vol, cette dernière pourra être étendue, comme les autres couvertures, au kot de votre enfant. Il s’agit toutefois d’une extension optionnelle dans la plupart des cas.

La responsabilité civile

Même si elle n’est pas obligatoire, vous avez très probablement souscrit une assurance familiale qui couvre les dommages que vous, vos enfants ou même votre chien pourraient occasionner à autrui ou aux affaires d’autrui. En cas d’incident, vous êtes en effet tenu civilement (et donc financièrement) responsable des dommages que vous occasionnez, par exemple si votre enfant envoie un ballon dans la fenêtre du voisin. Mieux vaut donc avoir une "bonne RC" pour éviter les ennuis. Sachez qu’en principe, votre assurance familiale continue à couvrir votre enfant qui habite en kot, toujours dans l’hypothèse qu’il reste domicilié chez vous.

Et si le jeune se domicilie dans son kot?

Tant que votre enfant vit officiellement sous votre toit, il reste en principe couvert par vos assurances habitation et familiale. S’il décide de se domicilier dans son kot ou son petit studio, il devra voler de ses propres ailes en matière d’assurance et souscrire sa propre assurance couvrant sa responsabilité locative. "Pour ce type de logement, il faut compter en général une centaine d’euros par an pour la prime (habitation +contenu)", précise Gerrit Feyaerts, porte-parole de AG Insurance.

Attention, si l’assurance habitation du propriétaire comporte une clause d’abandon de recours votre fils ne devra en principe pas souscrire sa propre assurance habitation. Pourquoi? Cette clause prévoit qu’en cas de sinistre, l’assurance habitation du propriétaire intervient et que l’assureur ne peut pas se retourner ensuite contre le locataire. L’insertion d’une telle clause a cependant un prix, que le propriétaire peut tout à fait répercuter sur le locataire. Les assureurs conseillent toutefois au locataire de souscrire malgré tout une assurance habitation, afin d’assurer ses propres biens et par sécurité, étant donné qu’il ne connaît pas les détails de la police souscrite par son propriétaire. Ce système de "partage d’assurance" ne semble donc pas toujours être un bon choix financier.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content