mon argent

Comment protéger au mieux votre maison?

©BELGA

Si vous êtes propriétaire d’une maison ou d’un appartement, une bonne assurance pour le jour où le ciel vous tombe sur la tête n’est pas un luxe superflu. Et cela, le Belge l’a bien compris, puisque 95% des ménages possèdent une assurance incendie.

Contrairement à ce que son nom pourrait laisser croire, cette assurance n’indemnise pas seulement en cas d’incendie, mais aussi en cas de tempête, d’inondation et de catastrophe naturelle. Il vaut donc mieux parler d’"assurance habitation".

En outre, l’assurance incendie indemnise aussi les dommages que vous avez vous-même malencontreusement provoqués.

La couverture de base est la même chez tous les assureurs, mais chacun met ses propres accents. C’est la raison pour laquelle il convient de bien lire les conditions du contrat et de choisir l’assurance qui correspond le mieux à vos besoins.

Qu’est-ce qui est couvert?

L’assurance habitation couvre obligatoirement:

  • L’incendie, l’explosion et l’implosion. Par exemple, l’implosion d’un téléviseur ou la chute d’une bougie qui provoque un incendie.
  • Le dommage causé par une collision avec un animal, une voiture ou un aéronef. Comme une voiture qui crashe contre votre façade ou un petit avion de tourisme qui s’écrase sur votre maison.
  • Les dégâts de la foudre.
  • Le dommage causé par des attentats et conflits du travail, comme des destructions au cours d’une manifestation qui passe devant chez vous.
  • Le dommage de la tempête et de la grêle, comme des tuiles qui s’envolent.
  • La pression de la neige ou de la glace. Par exemple, la gouttière qui cède sous le poids de la neige.
  • Les catastrophes naturelles, comme des inondations et des tremblements de terre. Une reconnaissance comme catastrophe par les autorités ou l’IRM n’est pas nécessaire.

Les extensions courantes:

  • L’action de l’électricité et de la foudre sur les appareils électriques ou électroniques, comme le dommage à votre téléviseur par surtension ou le contenu de votre congélateur qui a été décongelé à la suite d’une panne d’électricité.
  • La chute d’un arbre sur votre immeuble.
  • Les dommages causés par la suie ou la fumée.
  • Les dégâts des eaux suite à une rupture de canalisation, une infiltration par le toit, des installations sanitaires défectueuses ou des appareils ménagers électriques. Vous pouvez ainsi être indemnisé si, après la rupture d’une conduite d’eau, des taches d’humidité apparaissent sur le mur. Ou si, après une panne de votre lave-vaisselle, le parquet se retrouve sous eau. Attention, l’assurance indemnise les dommages occasionnés, pas la conduite rompue ou l’appareil défectueux lui-même
  • Le bris de vitre (fenêtres de la maison, véranda et autre), une taque vitrocéramique endommagée, une explosion dans l’écran de télévision.
  • Le dommage aux fenêtres, aux portes, etc. après une (tentative d’) effraction ou pour cause de vandalisme.
  • Le dommage causé par le mazout. Par exemple, une cuve qui fuit.

Les couvertures supplémentaires:

En dehors du dommage matériel, d’autres frais liés au sinistre peuvent également être indemnisés. Les plus courants sont:

1. Les frais...

  • exposés pour éviter des dégâts supplémentaires, comme une bâche sur un toit endommagé.
  • engagés pour prévenir un danger imminent. Par exemple, contacter un professionnel en cas d’odeur de gaz pour éviter une explosion de gaz.
  • pour conserver vos biens pendant la réparation de votre habitation.
  • de relogement – comme un hôtel – pendant la période où votre habitation est inhabitable.
  • Les frais d’expertise de votre préjudice.
  • Les frais de démolition et d’évacuation des déchets. Par exemple, lorsque votre maison doit être reconstruite après un incendie.

2. La responsabilité...

  • vis-à-vis de tiers. Ainsi, vous êtes responsable d’un incendie qui passe chez vos voisins ou de taches d’humidité sur un mur mitoyen.
  • liée au bâtiment. Songez à une tuile de votre toit qui se détache et atterrit directement sur la voiture de vos voisins.

Un propriétaire est indemnisé en valeur à neuf, de sorte que vous puissiez réparer ou reconstruire votre habitation dans son état initial. Même si les prix actuels sont nettement plus élevés que ceux qui prévalaient au moment où votre maison a été construite. Pas de différence non plus si vous habitez dans un quartier chic ou dans un coin bon marché. Pour les meubles meublants (c’est-à-dire ce qui se trouve dans votre habitation), par contre, on tient compte de la vétusté.

En quoi consistent les couvertures supplémentaires?

On peut étendre une assurance habitation avec de nombreuses couvertures optionnelles ou facultatives. Libre à vous de décider celles que vous prenez ou non.

  • La plus connue est l’assurance-vol: 40 à 50% des ménages détiennent ce type d’assurance, qui couvre les dommages à l’habitation et à ce qui s’y trouve causés par des actes de vandalisme ou une (tentative d’) effraction, ainsi que les objets volés.
  • L’assurance jardin et piscine a également le vent en poupe. Une assurance jardin peut indemniser le dommage et la perte de tout ce qui s’y trouve à la suite d’une tempête ou d’un vol: mobilier de jardin, plantes et arbres de valeur, barbecue, matériel de jardin, etc. Avec un assurance piscine, vous vous assurez contre les dommages matériels à votre piscine, à sa couverture, aux installations techniques, etc. Et comme un accident dans ou autour de la piscine est vite arrivé, l’assurance indemnise généralement les victimes (membres de votre famille ou hôtes).
  • Une autre option est une couverture "pertes indirectes". Au-delà de l’indemnisation prévue des dommages, cette couverture paie quelques pour cents en plus pour des "pertes indirectes", comme des frais de transport, une voiture de remplacement, des pertes de temps, etc.

Comment est fixée la valeur de l’habitation et des meubles meublants?

Pour être bien assuré, il est important d’estimer correctement la valeur de votre habitation et des biens qui s’y trouvent. En cas de sous-assurance, on court le risque que l’indemnité de l’assureur en cas de sinistre ne couvre qu’une partie du préjudice subi.

Guide Assurances 2018

Quelles assurances sont incontournables et lesquelles sont superflues?

Des assurances pour chaque phase de votre vie.

Le 'Guide Assurances' est paru le 20/10. Abonné à L'Echo? Cliquez ici pour le lire au format PDF.

Vous évitez la sous-assurance en utilisant une grille d’évaluation lors de la détermination de la valeur de l’immeuble. Ce questionnaire tient compte de données comme le type d’habitation (appartement, maison de rangée, semi-ouverte ou quatre façades), le nombre de chambres, la finition avec parquet, un toit de chaume, un garage, etc. "Le questionnaire est semblable à 90% chez tous les assureurs", précise Peter Wiels, de la fédération des assureurs Assuralia. "Si tout est correctement rempli, il n’y a pas de risque de sous-assurance. Sauf si entre-temps, vous avez fait des extensions et que vous avez accolé par exemple une véranda à votre maison ou que vous avez ajouté des chambres dans le grenier. Il faut toujours signaler ces travaux à votre assureur."

Si votre habitation possède des caractéristiques particulières, comme une valeur historique ou un équipement de valeur, ces éléments sont de nature à augmenter le risque, ce qui peut donner lieu à une expertise, afin de fixer la valeur du bâtiment à assurer.

Il faut aussi évaluer la valeur des meubles meublants. Pas seulement des objets chers comme des meubles ou des appareils électroniques, mais aussi des livres, des CD, du matériel de sport, peuvent faire grimper le montant à assurer. Inutile d’assurer ces biens au-delà de leur valeur: en cas de sinistre, vous ne serez jamais indemnisé pour plus que ce que vous avez perdu. En pratique, la plupart des assureurs ont recours à une règle simple: la valeur des meubles meublants correspond à 30-35% de la valeur de l’habitation. Vous pouvez cependant opter pour une formule "premier risque". Ainsi, vous vous assurez jusqu’à un certain montant sans que la règle proportionnelle ne soit appliquée.

Quel est le montant de la franchise?

En cas de sinistre, vous devez généralement payer une partie des coûts de votre propre poche. C’est ce qu’on appelle la "franchise". Pour une assurance incendie, cette franchise est de 260 euros. "Il est possible de choisir une franchise plus élevée, ce qui permet de diminuer la prime d’assurance annuelle. Mais les clients qui choisissent cette alternative sont plutôt rares", signale Gianni De Muynck, porte-parole d’Axa Belgium.

La plupart des assureurs appliquent une règle simple: la valeur des meubles meublants est estimée à 30-35% de la valeur assurée de l’habitation.

Certains assureurs fonctionnent avec une franchise "anglaise": la franchise n’est appliquée que si le sinistre est inférieur à un certain montant. S’il est supérieur, on n’applique tout simplement pas la franchise. La franchise n’est pas appliquée non plus si le client opte pour une réparation par la compagnie et ne désigne donc pas lui-même un réparateur.

Combien ça coûte?

Il va de soi que l’assurance d’une maison de rangée est moins chère que celle d’une belle villa. Les facteurs qui influencent la prime sont le type d’immeuble (villa, maison semi-ouverte, maison de rangée, appartement), le capital assuré et le fait que l’immeuble est occupé de façon permanente ou pas. De même, l’ajout d’une assurance-vol ou d’autres couvertures supplémentaires font monter la prime.

"Chez AG Insurance, la prime moyenne pour un propriétaire occupant est de 400 euros pour l’immeuble et les meubles meublants et de 230 euros pour un appartement, précise Gerrit Feyaerts, porte-parole d’AG Insurance. Pour une garantie vol, on peut partir d’une prime moyenne de 80 euros pour un propriétaire."

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content