L'auditeur énergétique, votre allié pour rendre votre maison moins énergivore

©Photo News

Vous voulez rendre votre habitation moins énergivore, mais vous ne savez pas par où commencer votre chantier? Prenez contact avec les conseillers gratuits des Régions! Ou encore mieux: procédez à un audit énergétique! En Wallonie comme à Bruxelles, le montant de certaines primes destinées à la rénovation et aux économies d’énergie a par ailleurs été revu à la hausse.

Pour encourager les Wallons à faire des économies d’énergie, les montants de plusieurs primes à la rénovation et à l’efficacité énergétique des bâtiments ont été sensiblement augmentés le 1er mars dernier. Et la Région wallonne a annoncé une grande réforme pour ces mêmes primes à partir du mois de septembre. Celle-ci rendra obligatoire (mais toujours subventionné) un audit énergétique préalable, dans l’optique de prioriser les travaux à effectuer.

En effet, "il faudra suivre cette priorisation pour profiter des primes", a prévenu Jean-Luc Crucke (MR), le ministre wallon de l’Énergie. "De cette façon, on évitera que des primes soient octroyées pour des travaux réalisés en dépit du bon sens, par exemple le placement d’une nouvelle chaudière avant d’avoir une bonne toiture", a ajouté Valérie De Bue (MR), la ministre wallonne du Logement. De plus, ce sera désormais l’auditeur qui fixera le montant des primes et non plus l’administration wallonne.

Pourquoi un audit énergétique?

Avant d’entamer des travaux de rénovation dans un logement, il faudrait idéalement faire appel à un auditeur agréé afin de faire réaliser un audit énergétique, aussi appelé Procédure d’Avis Énergétique (PAE). Cette procédure permet en effet de connaître les points faibles d’un logement, d’émettre un avis sur sa qualité énergétique globale et d’identifier les travaux à réaliser prioritairement pour diminuer les consommations d’énergie.

Guide Consommation Durable 2018

Des conseils pour économiser de l'énergie et de l'argent en polluant moins

Le 'Guide Consommation durable' est paru le 21/4. Cliquez ici pour le lire au format PDF.

Contrairement au certificat PEB, qui atteste du niveau global de performance énergétique d’un logement et qui est obligatoire en cas de vente ou de mise en location d’un bien, l’audit énergétique a jusqu’ici toujours été une mesure volontaire. C’est un petit investissement à consentir mais qui, au final, peut rapporter très gros. "Petit"? Oui, car il existe des primes (en Wallonie et à Bruxelles) pour adoucir la facture de cet audit. Ce serait donc vraiment dommage de s’en passer.

En quoi consiste un audit énergétique?

En fonction de l’habitation, "l’audit prend en général 2 ou 3 heures, selon François de Montlivault, ingénieur civil architecte et auditeur énergétique agréé par la Région wallonne. Les propriétaires qui nous consultent envisagent généralement de faire des travaux et aimeraient que ceux-ci soient énergétiquement performants, notamment pour avoir moins froid en hiver et surtout réduire les dépenses en énergie. Par exemple, ils veulent isoler leur toit et remplacer leur chaudière vieille de 15 ans. C’est un bon début, mais il y a peut-être d’autres investissements (moins chers) à effectuer en priorité pour améliorer la situation énergétique de leur bâtiment."

L’auditeur explique d’ailleurs qu’il donne la priorité à des actions qui sont faciles à mettre en œuvre et qui ne coûtent pas très cher. "Bien souvent, ce sont même celles qui rapportent le plus, comme isoler les tuyauteries du chauffage ou placer un isolant derrière les radiateurs."

Autre cas: un propriétaire qui habite dans un bungalow veut absolument isoler ses murs. Cependant, l’audit va lui démontrer (de manière chiffrée) qu’il aurait plutôt intérêt à isoler d’abord son toit, vu que par définition un bungalow a plus de "toit" que de "murs". "D’autres propriétaires veulent absolument investir dans un poêle à pellets, or, un audit énergétique pourrait leur démontrer que ce n’est pas forcément une chaudière adaptée à leur type d’habitation."

Exemple

Fabrice possède une villa de prestige construite en 2002 et qui dispose d’une piscine. Il a consulté François de Montlivault, car il avait l’intention de remplacer ses deux chaudières par une pompe à chaleur air/eau et par une chaudière à condensation, ainsi que d’installer des panneaux solaires. Il voulait savoir si ses idées d’investissements pour réduire ses dépenses énergétiques étaient bonnes et s’il n’y avait pas moyen de faire encore mieux.

"Dans un premier temps, j’ai analysé la situation existante du bâtiment, à savoir l’enveloppe (les parois qui sont en contact avec l’extérieur au sens large) et les installations (chauffage, ventilation, etc.). Sans trop entrer dans les détails techniques, l’analyse a révélé qu’actuellement le bâtiment a besoin de 86.853 kWh d’énergie primaire (celle consommée dans le bâtiment, mais aussi l’énergie nécessaire pour produire cette énergie, NDLR) pour fonctionner, que ce soit au niveau du gaz et de l’électricité. Si nous mettons en œuvre les améliorations proposées par Fabrice, l’audit indique que les besoins en énergie primaire tomberont à 39.574 kWh, ce qui est déjà une belle réduction. En revanche, si Fabrice suit mes conseils d’amélioration (où il n’est pas question de contraintes budgétaires), ses besoins se limiteront à 35.878 kWh."

Aussi, François de Montlivault lui recommande-t-il entre autres de renforcer l’isolation du plafond sous les combles, de ne remplacer qu’une seule de ses chaudières par une pompe à chaleur, de placer un chauffe-eau solaire (à coupler au chauffage de la piscine) et de placer un maximum des panneaux photovoltaïques.

À ce stade-ci, il n’est pas encore question de coûts. "Je donne l’information tous azimuts sur ce qu’il est possible de faire à court, moyen ou long terme. Il y a toujours une pédagogie dans l’audit et c’est ce que j’aime. À défaut d’avoir le budget nécessaire pour réaliser toutes ces améliorations, les demandeurs sortent avec une information: ils comprennent ce qu’ils ont et ce qu’ils peuvent faire ou pourront faire un jour. Les coûts que je mentionne dans l’audit se dilueront en effet dans le temps, puisque les matériaux et les prix évoluent au fil des années, tandis que le principe reste le même."

Quelle est la rentabilité d’un audit énergétique?

De fait, l’audit comprend toujours une partie estimation des coûts, pour aider le demandeur à prendre ses décisions d’investissement (ou non). Dans le cas des améliorations proposées par Fabrice (exemple ci-dessus), l’audit indique que ses projets (le remplacement des deux chaudières et l’installation de panneaux photovoltaïques) nécessiteront un investissement total d’environ 42.726 euros (dont 4.750 euros de primes) et qu’ils permettront de réaliser 2.708 euros d’économies par an, soit un retour sur investissement en 14 ans.

Dans le cas des améliorations proposées par l’auditeur, l’investissement total sera de 61.500 euros (dont 10.000 euros de primes). Celles-ci permettront d’économiser 3.532 euros par an, soit un retour sur investissement en 15 ans.

"À nouveau, ces chiffres peuvent paraître énormes, mais ils correspondent à ceux d’une villa de prestige. Le demandeur en fait ce qu’il veut. Il pourrait dans un premier temps seulement changer une de ses chaudières, comme je le lui ai conseillé, plutôt que de remplacer les deux. Ça lui coûterait 13.870 euros, dont 4.250 euros de primes, et ça lui permettrait de faire déjà une économie annuelle de 1.838 euros. S’il suit son idée de base, qui est de remplacer les deux chaudières, le coût sera de 22.726 euros pour une économie annuelle de 1.747 euros, soit un retour sur investissement en 13 ans au lieu de 5 ans avec la solution que je lui propose."

Combien coûte un audit énergétique?

Le prix varie en fonction de l’habitation. Dans les grandes lignes, comptez en moyenne 800 euros pour une maison peu compliquée dans la détermination de son volume et des caractéristiques de ses installations. Pour un appartement, l’audit se limite à l’analyse de l’enveloppe. Son coût est donc moins élevé (environ 500 euros ou nettement moins si la surface est relativement petite) et il varie en fonction de la complexité des parois du logement. Grâce à la prime accordée par la Région pour la réalisation d’un audit, vous pouvez récupérer entre 220 et 660 euros en Wallonie. Cette prime est toutefois plafonnée à 70% du montant de la facture. La prime bruxelloise s’élève à 400 euros et est plafonnée à maximum 50% de la facture.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content