Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent
Publicité
Publicité

Envolée du marché des voitures d'occasion

Les véhicules d'occasion, à la suite de la pénurie de puces et aux retards dans le neuf, se vendent très bien. Tellement bien que les prix ont même augmenté de 5 à 10% dans certains segments.
Les SUV font partie des véhicules d'occasion dont les prix sont poussés à la hausse. ©Bloomberg

La pénurie de puces électroniques, qui touche le marché du véhicule neuf dans sa globalité, a des répercussions sur le marché de l'occasion. En août, seules 27.734 immatriculations de voitures particulières neuves ont été enregistrées, relève Traxio, contre 35.829 en 2020 et 47.705 en 2019. Parallèlement, ce recul dans le neuf est compensé par une hausse – excepté en 2020 – dans le segment de l'occasion, dont le marché représentait en août le double de celui du neuf, puisque 57.914 voitures d'occasion ont été immatriculées.

5 à 10%
hausse des prix
C'est la hausse des prix pour certains véhicules d'occasion.

"Les clients se tournent plus volontiers vers le marché de l'occasion, du fait que les délais d'attente pour les voitures neuves sont plus longs", explique Filip Rylant, porte-parole de Traxio. "Il y a également un effet pandémie/télétravail qui fait que nous roulons moins, ce qui a amené certains privés à se demander si une voiture d'occasion ne suffirait pas pour couvrir leurs besoins", ajoute Jean-Marc Ponteville, porte-parole de D'Ieteren.

Et puisque les délais de livraison de véhicules neufs sont plus longs, le nombre de véhicules d'occasion arrivant sur le marché diminue automatiquement. "Ce qui réduit l'offre, crée une tension entre l'offre et la demande et entraîne une hausse des prix de certains véhicules prisés", poursuit Filip Rylant, qui évalue la hausse des prix "de 5 à 10%" environ.

"La tension entre l'offre et la demande entraîne une hausse des prix de certains véhicules prisés."
Filip Rylant
porte-parole de Traxio

Le porte-parole de Mercedes Benz Cars, Bastien Van den Moortel, confirme: "Le prix du véhicule d'occasion est influencé par le marché, contrairement aux véhicules de stocks et aux véhicules neufs, dont les prix sont fixés par la 'valeur catalogue'. L'augmentation de la demande face à une offre en baisse fait augmenter les prix."

"Les stocks de voitures d'occasion fondent comme neige au soleil", appuie Walter Van Schevensteen, manager de My Way (D'Ieteren). "Nous cherchons des voitures dans toute l'Europe pour faire face à la demande. Sur certains marchés difficiles, lorsqu'on finit par trouver des véhicules, les revendeurs affichent parfois des prix déraisonnables", détaille le spécialiste.

"Les vendeurs d'occasions doivent débourser eux-mêmes plus d'argent pour trouver un véhicule, ce qui se répercute sur le prix d’achat", explique le porte-parole de Traxio, qui rappelle que cette "pénurie étant généralisée en Europe, les transferts de voitures d'occasion d'un pays à l'autre, pour certains constructeurs auto, sont également plus difficiles."

SUV, essence, normes euro, voiture récente...

Toutes les voitures d'occasion ne sont pas concernées par la hausse des prix. "Ce sont les modèles très en vogue, les SUV, les voitures avec un moteur à essence, respectant les dernières normes euro ou encore des occasions très récentes, avec peu de kilomètres au compteur. Les clients cherchent des véhicules récents, qui s'approchent du véhicule neuf", détaille Filip Rylant.

"Les clients cherchent souvent de jeunes occasions."
Bastien Van den Moortel
porte-parole de Mercedes Benz Cars

Certains constructeurs sont plus concernés que d'autres par les hausses de prix. Chez BMW, par exemple, "on constate, en effet, une très forte demande pour les véhicules d'occasion, mais on est moins impactés que d'autres marques. La demande a beaucoup augmenté pour les occasions récentes, mais les prix ne sont pas en hausse pour le moment", indique Jeroen Lissens, porte-parole.

Ce sont aussi les occasions récentes qui ont la cote chez My Way (D'Ieteren) et Mercedes-Benz, "les clients cherchent souvent de jeunes occasions, notamment suite aux nouvelles normes environnementales à respecter dans certaines villes", indique Bastien Van den Moortel. "La catégorie des véhicules de 0 à 2 ans fait l’objet de la demande la plus forte", confirme Walter Van Schevensteen.

Le résumé

  • La pénurie de puces, dans le segment des voitures neuves, pousse certains clients à opter pour une voiture d'occasion.
  • La demande est telle dans ce dernier segment que l'offre ne suit plus et pousse les prix à la hausse.
  • Certains modèles prisés, les SUV, les essences ou encore les occasions très récentes affichent des hausses de prix de l'ordre de 5 à 10%.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés