mon argent

Indépendant : commencez par la PLCI

©Photo News

La PLCI, pension libre complémentaire pour indépendant, arrive en tête de ce que tout indépendant doit faire pour se constituer une pension complémentaire. Avant l’épargne-pension, l’épargne à long terme ou l’engagement individuel de pension.

"La PLCI arrive en tête de ce que tout indépendant doit faire pour se constituer une pension complémentaire. Avant l’épargne-pension, l’épargne à long terme ou l’engagement individuel de pension. C’est tout simplement la formule d’épargne la plus avantageuse sur le plan fiscal", nous confie Dries De Moor, director extended products & services de la caisse sociale pour travailleurs indépendants Acerta

Pour qui ?

"PLCI" est l’acronyme de "Pension libre complémentaire pour indépendants". Tout indépendant en activité principale peut souscrire à cette formule d’épargne. Un indépendant à titre complémentaire ne peut conclure une PLCI que s’il paie des cotisations sociales équivalentes au minimum dû par un indépendant à titre principal. "On parle ici d’un revenu imposable de 13.550 euros par an, ce qui n’est pas si courant pour un indépendant à titre complémentaire", précise Dries De Moor. Pour le reste, aucune condition n’est liée à la souscription d’une PLCI.

Combien peut-on verser ?

Les indépendants choisissent eux-mêmes quand et combien ils versent dans leur PLCI. A condition de ne pas dépasser un plafond. Celui-ci est égal à 8,17% du revenu annuel net d’il y a trois ans, avec un maximum absolu de 3.256,87 euros (2019). Il existe cependant une version étendue, la PLCI sociale, où le plafond est fixé à 9,4% du revenu annuel net, avec un maximum de 3.747,19 euros (2019). La PLCI sociale combine un volet constitution de pension et une protection sociale limitée. En cas d’incapacité de travail ou d’invalidité, une indemnité est versée à partir du 7e mois d’incapacité de travail: concrètement, la compagnie d’assurance continue à payer les primes de la PLCI. Et à partir du treizième mois, l’indépendant perçoit une rente mensuelle. En cas de congé de maternité, la PLCI accorde également une prime.

Quels avantages et inconvénients?

Derrière la PLCI se cache en fait une assurance-épargne. Autrement dit: les primes jouissent d’un taux d’intérêt garanti, auquel s’ajoute une participation au bénéfice, qui dépend des prestations du portefeuille de placements sous-jacent. Les versements sont intégralement déductibles. En outre, cela permet à l’indépendant de payer moins de cotisations sociales, car le revenu sur lequel les cotisations sociales sont calculées est diminué de la prime de la PLCI. "Un indépendant peut récupérer de la sorte jusqu’à 63% de la prime qu’il a payée", conclut Dries De Moor.

Le seul inconvénient, c’est qu’on atteint vite le maximum qu’on peut verser dans l’escarcelle de la PLCI. Cela contraint assez vite l’indépendant qui a un revenu plus élevé à chercher des possibilités d’épargne supplémentaires.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect