Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Comment vos choix de fin de carrière impactent votre pension

Certains scénarios de départ anticipé à la retraite sont prévus et encadrés par la loi, mais les conditions d’accès ont été resserrées ces dernières années dans la foulée du relèvement graduel de l’âge de la pension légale. Quel est leur impact sur votre pension?
©Photo News

Certains épisodes de la vie qui sont davantage subis que choisis, comme le chômage ou le RCC (régime de chômage avec complément d’entreprise, ex-prépension) impactent négativement votre pension.

Rappelons qu’il faut avoir travaillé durant 45 années pour afficher une carrière complète.

Si personne n’est obligé de travailler jusqu’à l’âge légal de la pension, ni même jusqu’à l’âge de la pension anticipée, ce choix aura évidemment un prix : vous ne toucherez aucun revenu professionnel jusqu’au jour où vous pourrez prendre votre pension légale et vous ne vous constituerez plus aucun droit de pension dans l’intervalle. Le jour venu, votre pension sera donc amputée, puisque calculée sur une carrière plus courte. En outre, pour avoir droit à la pension minimum, vous devrez avoir au moins 30 années de carrière (et au moins 2/3 d’un temps plein par année). Autant dire qu’un départ prématuré à la retraite est une option peu recommandée et rarement tenable du point de vue financier.

Certains scénarios de départ anticipé sont prévus et encadrés mais les conditions d’accès ont été resserrées ces dernières années dans la foulée du relèvement graduel de l’âge de la pension légale.

1. La pension anticipée

Actuellement, près d’un tiers des salariés et la quasi-totalité des fonctionnaires prennent leur pension anticipée. Depuis 2019, il faut avoir 63 ans et 42 années de carrière, 61 ans avec 43 années de carrière ou encore 60 ans avec 44 années de carrière.

Sur mypension.be, vous pouvez obtenir la date de votre départ à la pension et la date de départ possible (pension anticipée).

Si vous prenez votre pension anticipée, vous serez d’office pénalisé financièrement, puisque vous cotisez moins longtemps et que vous percevez votre pension plus tôt.

Depuis 2019, toutes les personnes qui bénéficient du régime de RCC (chômage avec complément d'entreprise ou ancienne prépension conventionnelle) ont la possibilité de partir à prendre leur pension avant l'âge légal s'ils remplissent les conditions d'âge et de carrière pour l'accès à la pension anticipée.

Ce changement de statut permet d’échapper à l’obligation qu’ont les personnes en RCC de rester disponibles sur le marché du travail.

 

2. Le crédit-temps de fin de carrière

Vous n’avez pas encore envie de prendre votre pension anticipée, mais l’idée de lever doucement le pied en fin de carrière vous séduit ? Le crédit-temps de fin de carrière permet au travailleur du secteur privé de réduire ses prestations pour passer à mi-temps ou à 4/5e temps, mais pas de les suspendre totalement, à la différence des autres formules de crédit-temps.

Conditions d’accès? Il faut attendre d’avoir 60 ans pour prendre ce crédit-temps. Et il faut également avoir 25 années de passé professionnel salarié et au minimum 24 mois d’ancienneté chez l’employeur auprès de qui le crédit-temps de fin de carrière est demandé, ce qui n’est pas à la portée de tout le monde.

Modalités? La durée minimale du crédit-temps de fin de carrière est fixée à 3 mois pour un passage à mi-temps et à 6 mois pour un 4/5e temps. Aucune durée maximale n’est prévue : on peut prendre ce crédit-temps jusqu’à la date de la pension.

Financièrement? En plus de la rémunération payée par l’employeur sur la base des prestations (à mi-temps ou à 4/5e temps), le travailleur a droit à une allocation mensuelle forfaitaire d’interruption de l’ONEM à titre de compensation. 

"Celui qui opte pour un crédit-temps de fin de carrière à 1/5e à partir de 60 ans et jusqu’à ses 65 ans ne sera pas pénalisé. En revanche celui qui te pour un crédit-temps à mi-temps sur la même période verra les deux premières années assimilées sur le salaire à temps-plein mais pour les trois années suivantes, l’assimilation se fera sur la base du droit minimum. Cela signifie que si son salaire est (nettement) supérieur au droit minimum, le travailleur subira une perte pour sa pension."
Michel Wuyts
Directeur et conseiller chez Fediplus

Attention, le crédit-temps de fin de carrière n’est pas toujours indolore pour la pension ! "Celui qui opte pour un crédit-temps de fin de carrière à 1/5e à partir de 60 ans et jusqu’à ses 65 ans ne sera pas pénalisé. En revanche, celui qui opte pour un crédit-temps à mi-temps sur la même période verra les deux premières années assimilées sur la base du salaire à temps-plein mais pour les trois années suivantes, l’assimilation se fera sur la base du droit minimum. Cela signifie que si son salaire est (nettement) supérieur au droit minimum, le travailleur subira une perte au niveau de sa pension", selon Michel Wuyts, directeur et conseiller chez Fediplus, une organisation experte en gestion des fins de carrière et en matière de pension.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés