Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Les chiffres "vérité" des pensions

Certains chiffres font peur et la plupart attestent à tout le moins que le système a des ratés et qu’une réforme s’imposait. Même si in fine, prendre ses dispositions pour compléter sa pension légale restera indispensable…
Dans un souci d’équité et pour valoriser l’effort, la pension doit refléter plus fidèlement la carrière, et en particulier l’effort réellement fourni durant la vie active. ©David Rozing/Hollandse Hoogte

On a déjà tout essayé pour communiquer sur la réforme des pensions qui a bien du mal à passer. Froids et objectifs, les chiffres et statistiques ont le mérite de recadrer le débat et permettre de comprendre les enjeux de la réforme qui est en marche, à défaut de l’accepter ou de s’en réjouir.

Avant de laisser parler les chiffres, petite remise en situation. L’objectif des réformes lancées par le ministre des Pensions, Daniel Bacquelaine, est de faire en sorte que la durée de notre carrière soit davantage en ligne avec l’évolution de l’espérance de vie. Cela implique en priorité de retarder l’âge de sortie (effective!) du marché du travail.

Une harmonisation entre les trois régimes (salariés, indépendants, fonctionnaires) s’impose également pour assurer une meilleure justice, notamment à l’heure où les carrières mixtes sont devenues la norme. Un euro cotisé pour la pension doit donner lieu à une prestation identique quel que soit le type de travail presté.

Dans un souci d’équité et pour valoriser l’effort, la pension doit refléter plus fidèlement la carrière, et en particulier l’effort réellement fourni durant la vie active. À l’avenir, on donnera donc davantage de valeur aux années travaillées (notamment par rapport à certaines périodes assimilées comme le chômage).

On prendra également mieux en compte la pénibilité de certains emplois et fonctions pour permettre à ceux qui les ont exercés de prendre leur pension plus tôt sans être pénalisés.

Ces principes devront être encadrés par le futur système de pension à points. Au fil de son parcours professionnel et du travail fourni, chacun accumulera des points qui, le jour venu, seront convertis en euros pour sa pension.

Les 2e et 3e piliers devenus indispensables

Mais remettre les pensions légales sur les rails en harmonisant le système et en le rendant plus équitable ne suffira pas pour nous garantir un niveau de vie suffisant à la retraite.

Le gouvernement entend dès lors permettre à tous les travailleurs de se constituer une pension complémentaire à des conditions fiscalement avantageuses. Dans le cadre du 2e pilier (assurance groupe) d’abord. Et si possible, de compléter le dispositif par une épargne-pension individuelle (3e pilier). Dans le même ordre d’idée, chaque travailleur qui le souhaite peut continuer à travailler sans entraves après une carrière complète pour s’assurer une vie plus confortable.

Les chiffres clés des pensions

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés