mon argent

Ne concentrez pas toute votre capacité d'épargne dans votre crédit hypothécaire

©Photo News

Verser toute votre capacité d’épargne dans un crédit hypothécaire, quitte à compresser au maximum la durée de remboursement, n’est pas forcément le choix le plus judicieux.

Le Belge a une brique dans le ventre et tout le monde s’accorde à dire que l’un des principaux piliers de la pension provient de l’immobilier. Etre propriétaire de son propre logement est un atout de taille à l’heure de la pension, étant donné qu’à ce moment-là, vous avez théoriquement remboursé votre crédit hypothécaire et que vous êtes libéré d’une grosse charge financière. Ceci dit, il ne faut pas négliger la partie "mobilière" de votre patrimoine. Verser toute votre capacité d’épargne dans un crédit hypothécaire, quitte à compresser au maximum la durée de remboursement, n’est pas forcément le choix le plus judicieux.

Exemple 1 

Camille a 30 ans. Elle a la possibilité de consacrer 1.000 euros par mois à la constitution de son patrimoine et dispose de 35 années devant elle. Nous ne tenons pas compte ici de l’inflation et basons notre simulation sur un taux d’intérêt de 1,5% pour son emprunt hypothécaire et sur un rendement de 2% pour son épargne.

Nicolas Cellières, planificateur financier et fondateur d'Optivy, a réalisé les simulations suivantes:

1/Si Camille rembourse son crédit hypothécaire à hauteur de 1.000 euros par mois pendant 15 ans et qu'elle épargne ensuite la même somme pendant 20 ans, elle aura accumulé un capital de 294.232 euros à ses 65 ans.

2/ Si elle rembourse son crédit hypothécaire à hauteur de 777 euros par mois pendant 20 ans, qu'elle épargne la différence sur cette période (233 euros/mois) et qu’ensuite elle épargne 1.000 euros par mois pendant 15 ans, elle aura accumulé un capital de 297.724 euros à ses 65 ans.

On le voit, rembourser son crédit hypothécaire "trop" vite n’apporte rien en termes de constitution de patrimoine. Vous avez même intérêt (mais on le reconnaît, la différence est minime) à augmenter un peu la durée de votre emprunt pour vous occuper à la partie mobilière de votre patrimoine.

Cependant, une autre simulation donne un résultat qui peut sembler plus étonnant (si vous êtes familier du concept des intérêts composés).

Exemple 2

Imaginons que Camille décide de d’abord se constituer un patrimoine mobilier et d’ensuite devenir propriétaire. Concrètement, elle commencera par épargner 1.000 euros par mois durant 15 ans et remboursera ensuite son crédit hypothécaire à hauteur de 777 euros par mois pendant 20 ans, période pendant laquelle elle continue à épargner la différence, soit 233 euros par mois. Dans ce cas, son capital s’élèverait à 376.795 euros à ses 65 ans ! Mais attention, comme le souligne Nicolas Cellières, "d’autres facteurs, tels que la fiscalité, les frais et la valeur de l’immobilier, peuvent influencer considérablement cette analyse."

 Cette approche n’est pas conventionnelle et ne va sans doute pas convaincre facilement dans un pays où le rêve des jeunes est encore toujours de devenir propriétaire. Elle a toutefois le mérite d’illustrer en quoi il est important de commencer à se constituer une épargne le plus tôt possible. Pour Nicolas Cellières, "la constitution d’un capital au plus vite est la clé pour la liberté et le confort financiers". L’immobilier, c’est l’un des piliers de votre pension si vous en avez les moyens, mais attention de ne pas négliger les autres aspects indispensables de votre futur patrimoine, qui vous permettra de (bien) vivre à la pension.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect