Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Sur quels piliers repose votre pension?

On dit souvent qu’une bonne pension repose sur trois piliers fiscaux. Pourtant, dans la pratique, il en existe un quatrième. Et celui-ci est de plus en plus important pour le Belge moyen.

(mon argent) – La pension légale du Belge est loin d’être affriolante. Au fil des ans, plusieurs "piliers" ont donc été instaurés pour permettre au contribuable de se constituer un complément de pension.

Premier pilier: la pension légale

Votre pension légale dépend notamment de vos revenus et de votre statut (salarié, fonctionnaire ou indépendant) pendant votre carrière. Le contribuable qui a toujours été indépendant devra se contenter d'une très modeste pension. Les salariés sont généralement légèrement mieux lotis, tandis que les fonctionnaires bénéficient des pensions les plus élevées. De plus, l’avenir ne s’annonce pas beaucoup plus rose : compte tenu du vieillissement de la population, il est de plus en plus difficile, dans la pratique, de garantir une pension confortable. L’Etat encourage donc les initiatives visant la constitution d’un complément de pension. Ces initiatives portent le nom de deuxième et troisième piliers.

Deuxième pilier: via votre activité professionnelle

Le deuxième pilier est constitué dans le cadre de votre activité professionnelle. La grande différence avec le premier pilier est qu’il ne s’agit pas d’une obligation légale. Formule très populaire parmi les salariés : l’assurance de groupe. La cotisation que votre employeur verse dans ce cadre peut être complétée par vous-même. Pour les indépendants, il existe plus spécifiquement la PLCI (Pension Libre Complémentaire pour Indépendants). Le montant maximal que vous pouvez épargner annuellement en tant qu’indépendant à titre principal, c’est-à-dire déclarer fiscalement au titre de frais professionnels, s’élève à 2.686,05 euros (pour 2008; montant indexé chaque année).

Troisième pilier: un effort individuel

Le troisième pilier est constitué de l’épargne-pension et de l’épargne à long terme. Il s’agit en l’occurrence d’initiatives individuelles qui donnent droit à une réduction d’impôts. Ces initiatives sont accessibles à tous: salariés, indépendants et fonctionnaires. En épargne-pension, deux formules sont envisageables : l’assurance épargne-pension et le fonds d’épargne-pension. Le montant maximal déductible pour l’épargne-pension s’élève à 830 euros (pour 2008). En matière d’épargne à long terme, la déduction fiscale est plafonnée à 1.990 euros par an (pour 2008).

Quatrième pilier: vos fonds propres


Le quatrième pilier tombe sous le régime non fiscal. Ce sont les efforts que vous consentez de votre propre initiative pour constituer un capital pour vos vieux jours. Pensez aux obligations ou à une seconde résidence qui pourraient être vendus lorsque l’âge de la retraite aura sonné. Mais les banques et les assureurs proposent également de plus en plus de produits spécialisés qui s’inscrivent dans le cadre de ce quatrième pilier.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés