Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

Une assurance-vie pour votre maîtresse

L'assurance-vie n'est pas seulement un investissement ou un excellent moyen de planification successorale. Vous pouvez également l’utiliser pour financer l’achat de votre maison ou pour favoriser un amant ou une maîtresse…
Une assurance-vie peut même être utilisée pour favoriser une maîtresse ou un amant.

Favoriser un amant ou une maîtresse

Sous ce titre un peu provocateur se cache une possibilité réelle de l'assurance-vie: le preneur d'assurance nomme le bénéficiaire de son choix. Le plus souvent, le conjoint et/ou les enfants. Mais la réalité est parfois autre. Aucun chiffre disponible, naturellement. Seuls des commentaires officieux et quelques rires sous cape de courtiers ou d'assureurs.

Nommer sa maîtresse ou son amant comme bénéficiaire est non seulement possible mais aussi, n'en déplaise aux héritiers, parfaitement légal. Il suffit que la/le «promis(e)» ait accepté le bénéfice du contrat - par une simple lettre à l'assureur - pour qu'il soit impossible de le révoquer.

Une nuance malgré tout: le capital «donné» ne peut outrepasser la part (la «réserve») qui revient, du fait de la loi, aux héritiers.

 

Emprunter de l'argent

Les aléas de la vie font qu'un besoin de liquidités peut se faire ressentir. Certes, ce n'est pas sa vocation mais le contrat d'assurance balise quelques pistes.

«L'avance consiste en un emprunt sur la réserve d'un contrat d'assurance-vie, sans rupture dudit contrat», explique Astrid Conem, de Fortis Insurance Belgium. Le hic: il s'agit d'une sorte de prêt personnel. Naturellement… Si les assureurs ne sont pas des entreprises philanthropiques, les intérêts exigés ne sont cependant pas démesurés. Comptez en moyenne 1% en plus du taux d'intérêt octroyé pour le côté épargne.

Les avances ne sont pas toujours possibles. Le droit au rachat, lui, l'est. Il consiste à demander à reprendre ses billes à l'assureur. Mais attention, un rachat met fin au contrat. L'avance est donc à privilégier en cas de besoin urgent d'argent.

 

Financer une maison

Qui pense acquisition immobilière songe avant tout au crédit hypothécaire, avec emprunt à la banque. Il existe d'autre voies, parmi lesquelles l'assurance-vie (ou l'assurance de groupe, selon le même principe). Le preneur d'assurance peut donner en gage ce droit de créance qu'il a à l'égard de l'assureur en faveur d'un créancier - par exemple une banque -, en garantie d'un emprunt.

Concrètement, le preneur d'assurance donne en gage, au profit d'un créancier, le droit de créance qu'il a à l'égard de l'assureur. Si le preneur d'assurance ne rembourse pas son emprunt à la banque, celle-ci peut alors faire usage de son gage et, par exemple, racheter le contrat d'assurance-vie.

La formule sera envisagée essentiellement comme complément à un crédit classique ou pour le financement (partiel) d'une seconde résidence.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés