Mon argent La réponse à toutes vos questions d'argent

10 astuces pour décrocher un job en temps de crise

La recherche d'un emploi n'est pas une partie de plaisir, surtout en ces temps chahutés où les chiffres du chômage ne cessent de grimper. Celui qui réussira à décrocher un entretien d'embauche pourra s'estimer heureux. Encore faut-il passer la rampe. Petit rappel des choses à faire et à ne pas faire.

(mon argent) - La récession touche peut-être déjà à sa fin sur les places boursières mais sur le front de l’emploi, les nouvelles ne sont guère réjouissantes. Selon les prévisions d’automne publiées hier par la Commission européenne, le taux d’emploi en Belgique risque de se tasser davantage que dans les autres pays de l’Union. Les chercheurs d’emploi ont donc tout intérêt à être sur les starting blocks lors de leurs entretiens d’embauche. 10 conseils pour réussir avec panache.

1. Pour les jeunes diplômés et autres personnes non aguerries à ce type d’exercice, ne pensez pas que vous aller passer un examen oral. Si l’enjeu est de taille pour vous, dites-vous bien que c’est aussi le cas de votre futur employeur. Le recruteur que vous aurez en face de vous n’est ni un juge suprême, ni à l’inverse un bon copain. S'il vous paraît froid ou à la limite du désagréable, ne vous offusquez pas. C’est peut-être une manière de vous tester ou peut-être qu’il est tout aussi stressé que vous. Les entreprises font souvent appel à des personnes extérieures pour faire passer les entretiens et ces recruteurs ont également une obligation de résultat.

2. Avant l’entretien d’embauche, bien se préparer n’est pas une option. La première chose à faire est de se renseigner sur l’entreprise dans laquelle vous postulez. Surfez sur le Net, renseignez-vous autour de vous, compulsez les journaux, magazines et sites spécialisés comme l’Echo (www.lecho.be), Trends-Tendances (www.trends.be) ou consultez la rubrique Informations sur les entreprises du site Références.

3. Dressez une liste de vos capacités et de vos compétences (il ne faut pas confondre les deux). Si l’exercice est difficile, imaginez le profil de la personne idéale pour le job et cochez ce qui vous correspond.

4. Anticipez les questions-types de l’entretien d’embauche (pourquoi postulez-vous chez nous? pourquoi vous plutôt que quelqu’un d’autre? Quelle est votre plus grande qualité?...). Si la question "Quel est votre principal défaut?" vous fait peur, n’esquivez surtout pas en donnant un trait de caractère qui s’apparente plus à une qualité. Exemple : je suis perfectionniste, je suis exigeant(e) etc. A l’inverse, évitez les réponses du style "je suis colérique", "je ne supporte pas l’autorité", "je suis renfermé" et autres défauts du même acabit. Vous pouvez être franc du moment que vous remettez les choses en contexte :expliquez dans quelle situation ce trait de caractère est ressorti et faites amende honorable (attention, il n’est pas nécessaire de battre sa coulpe pendant 10 minutes). Montrez que vous tentez de vous améliorer. Comme le dit l’adage "nul n’est parfait". Cliquez ici pour consulter un aperçu de 20 questions classiques des entretiens d'embauche.

5. Si vous répugnez à vous mettre en avant, faites-vous violence et mettez votre humilité dans votre poche. Parlez de vous de façon positive car vous savez ce que vous valez, quels sont vos atouts et comment ils pourraient être bénéfiques à l’entreprise. A l’inverse, les candidats qui débordent d’un trop-plein de confiance en eux et se vantent ne guère appréciées par les recruteurs qui s’imaginent que ce genre de personne sera difficile à gérer. Il s’agit- comme toujours dans la vie- de trouver le juste milieu. Vous n’êtes ni super-génial-extraordinaire ni un nul.

6. Souriez, évitez la poignée de main molle et soyez aux taquets pendant tout l’entretien, même si il s’éternise. Il faut dégager une impression d’énergie et d’enthousiasme. N’ayez pas peur de provoquer le plus de contacts oculaires possibles. Ceci dit, ne tombez pas dans l’excès en fixant constamment la personne qui vous interviewe.Cela pourrait la mettre mal à l’aise et vous faire passer pour quelqu’un d’arrogant.

7. Une petite touche d’humour est toujours la bienvenue. Vous n’êtes pas en visite chez le pape et rien ne vous oblige à devoir paraître sérieux(se) d’un bout à l’autre de l’entretien. Un bon mot détend généralement l’atmosphère. Qui sait, votre recruteur a peut-être déjà auditionné dix candidats avant vous, il commence à fatiguer et cela vous distinguera peut-être de vos prédecesseurs. Bien sûr, ce n’est pas une obligation et ne cherchez pas à faire de l’humour à tout prix si le moment ou la personne ne s’y prête pas. Il n’y a rien de pire qu’une blague qui tombe à plat.

8. Soyez concis et précis dans vos réponses. Ne vous lancez pas dans des exposés interminables car le temps vous est compté et le recruteur risque de décrocher. Exprimez-vous simplement et évitez de "jargonner". Ne soyez pas évasif et bannissez de votre vocabulaire les expressions comme "euh…" ou "je ne sais pas". Attention, être bref ne veut pas dire que vous deviez répondre par monosyllabes. Pensez toujours à donner des exemples concrets, à raconter une (petite histoire) pour illustrer votre propos plutôt que de rester dans des généralités. Ne vous tortillez pas sur votre chaise dès qu’il y a un moment de silence et ne vous sentez pas obligé de combler les blancs par une sorte de loghorrée. N’oubliez pas que le recruteur peut être en train de vous tester et de chercher à vous mettre mal à l’aise. De même,si vous n’avez pas compris une question, n’ayez pas peur de le dire. Vous n’allez pas passer pour quelqu’un de stupide à cause de cela. Il vaut mieux signaler son incompréhension plutôt que de faire semblant et répondre à côté de la plaque. 

9. Même si cela fait un certain temps que vous êtes à la recherche d’un emploi et que vous voulez absolument décrocher ce travail, n’ayez pas l’air désespéré. Les recruteurs apprécient l’enthousiasme mais s’ils sentent que vous êtes aux abois, ils peuvent croire que votre motivation est uniquement financière.

10. A la fin de l’entretien, posez des questions! Vous pouvez demander combien d’autres candidats sont sur les rangs, quand est-ce que vous aurez de leurs nouvelles, si vous pouvez les recontacter le cas échéant ou même proposer un entretien ultérieur si la situation s’y prête. N’oubliez pas de remercier votre interlocuteur pour le temps qu’il vous a consacré.Ne vous décomposez pas si le recruteur n’a pas abordé la question du salaire ou s’il n’a pas précisé quand il vous recontacterait. Il attend peut-être d’avoir vu tous les candidats avant de faire un choix définitif.

Plus d'astuces carrière?

Si vous cherchez un job, ou des conseils et informations sur la recherche d’emploi, la rédaction des CV et des lettres de motivation, les entretiens d’embauche etc., consultez aussi le site de references.be

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés